25 05 2020
Retour a la home
Rubrique Économie
Économie
Rubrique Société
Société
Rubrique Technologies
Technologies
Rubrique Culture
Culture
MOTS CLÉS
 
Tous les mots

DOSSIERS...
 Le projet |  L’équipe |  L’association |  Nos outils  | Actualités |  Sources |  Alertes  
Abonnés : connectez-vous

 
Oubli du mot de passe
TRANSFERT S'ARRETE
Transfert décryptait l'actualité des nouvelles technologies, proposait un fil info quotidien et une série d'outils de veille. Notre agence, refusant toute publicité, dépendait de ses abonnements.
  COPINAGES
Ecoutez Routine.
Protégez-vous.
Auditez votre cybersécurité.
Chiffre du jour
700 000
dépistages génétiques chaque année en Europe, selon la Commission européenne (...)
Revue de Web
 Lindows harcelé
 Cyberdissidents vietnamiens en appel
 Plus de CO2 = moins d’eau potable
Phrase du jour
"Ce service public que nous assurons a besoin de votre soutien pour perdurer"
L’association Inf’OGM, qui justifie la fin de la gratuité de son bulletin d’information (...)

Dossier
Le nucléaire mis au secret
Dossiers récents
 Racisme en ligne : l’affaire Sos-racaille
 Le fichage des passagers aériens
 La bataille des brevets logiciels
 L’impasse énergétique
 L’hydrogène, une énergie (presque) propre
Tous les dossiers
Spacer
Unes de la semaine

lundi 1er/12 Transfert.net

vendredi 28/11 Économie

jeudi 27/11 Société

mercredi 26/11 Culture

mardi 25/11 Économie

Spacer


16/03/2001 • 17h33

Des livres dans les ordis ? Pas sûr...

Le Salon du Livre, qui a ouvert ses portes vendredi 16 mars, fait de plus en plus de place au numérique. Les nouvelles maisons d’édition en ligne fleurissent, ce qui n’est pas du goût de tout le monde, malgré quelques projets intéressants.


Antoine Audouard
Marc Fernandez
"Les éditeurs électroniques sont intellectuellement malhonnêtes." Antoine Audouard n’en démord pas. Pour lui, la plupart des sites qui proposent des éditions électroniques ou papier de nombreux auteurs en herbe, non publiés par les éditeurs classiques, s’apparentent plutôt à une arnaque. "C’est une nouvelle forme de publication à compte d’auteur", estime cet ancien directeur général de Robert Laffont. Pourtant, Antoine Audouard n’a rien d’un anti-Internet, même s’il avoue aimer le papier et le contact physique avec le livre. "J’ai quitté Robert Laffont en 1999 pour me lancer dans l’écriture. J’en ai profité pour fureter du côté d’Internet." Et, depuis deux ans, il est à l’origine du Prix Internet du livre. "Notre site fonctionne activement entre le mois de décembre, au moment de la sélection, et février, lors de l’annonce du gagnant." Cette année, c’est Marc Lévy qui a remporté la palme, avec son roman Et si c’était vrai..., publié chez... Robert Laffont. "Nous avons eu près de 5 300 votants et 75 000 visites en deux mois." Antoine Audouard est plutôt content de son bébé, même s’il aimerait le développer encore. "Le Net ne va pas tuer le livre, c’est ridicule de penser une chose pareille. En revanche, on entend beaucoup de conneries sur le sujet. À mon sens, la vraie question est de se demander comment utiliser Internet et sa spécificité quand on est une maison d’édition classique."

Donner un coup de main

Une question qu’apparemment ne se posent pas les ténors de l’édition en ce moment. À propos des supposées nouvelles possibilités qui s’offrent, grâce au Net, à des auteurs non publiés et méconnus, Antoine Audouard reste plus que sceptique. "Certains nous disent qu’ils repèrent de nouveaux talents. Mon œil oui ! Les éditeurs reçoivent entre 3 et 6 000 manuscrits par an, il est clair que certains auteurs leur échappent, mais ce sont les risques du métier." Pour minimiser ces risques, les éditeurs un peu frileux ou étourdis pourront désormais se tourner... vers Internet, en se connectant sur Manuscrit.com, lancé vendredi soir, lors de l’inauguration du Salon du livre. Nicolas Philippe, le président de cette jeune société, entend bien utiliser Internet pour publier des auteurs, connus ou non, chez des maisons d’éditions classiques. "Nous sommes partis du constat que les éditeurs étaient submergés par les manuscrits. Nous allons leur donner un coup de main, annonce-t-il fièrement. En clair, nous avons mis en place le premier comité de lecture de France."

Contrat à durée limitée


Nicolas Philippe
Marc Fernandez
L’idée est plutôt intéressante. Tout le monde peut envoyer, gratuitement, son texte à Manuscrit.com, qui se charge avant tout de le protéger en le déposant à la Société des gens de lettres (SGDL). Un contrat d’auteur est alors signé. "Pour la première fois dans le secteur de l’édition électronique, ce contrat est à durée limitée. Il court sur 18 mois." Une fois écoulé ce laps de temps, si le texte n’a été exploité que sur le Net, chacun est libre de reprendre ses droits. Mieux encore, si le texte a plu au comité de lecture, composé d’internautes, de critiques littéraires et de professionnels du livre, Manuscrit.com s’engage à faire tout son possible pour le faire publier. "Tout ça sans aucune contribution de la part de l’auteur. Il touchera ses droits normalement si son livre est vendu, même sous forme électronique", explique Nicolas Philippe. En concluant : "Nous ne recherchons pas les auteurs les plus riches, mais les plus talentueux."

Prix Internet du livre:
http://www.leprixinternet.com Manuscrit.com:
http://www.manuscrit.com
 
Dans la même rubrique

28/11/2003 • 18h33

La Criirad porte plainte contre la Cogema pour avoir diffusé des infos sur les déchets nucléaires

27/11/2003 • 17h14

La Cnil met les"étiquettes intelligentes" sur sa liste noire

26/11/2003 • 18h54

Un observatoire associatif pour lutter contre les inégalités

24/11/2003 • 22h09

EDF refuse d’étudier la résistance de l’EPR à une attaque de type 11-septembre

24/11/2003 • 18h36

La Grèce bannit la biométrie de ses aéroports à un an des Jeux olympiques
Dossier RFID
Les étiquettes "intelligentes"
Dernières infos

28/11/2003 • 19h29

Quand le déclin de la production pétrole mondiale va-t-il débuter ?

28/11/2003 • 19h19

Les réserves de pétrole sont dangereusement surévaluées, dénonce un groupe d’experts

27/11/2003 • 19h01

Un traité onusien veut obliger les belligérants à nettoyer les "résidus explosifs de guerre"

26/11/2003 • 19h06

"The Meatrix", un modèle de dessin animé militant, hilarant et viral

26/11/2003 • 18h47

Pour les Etats-Unis, les essais nucléaires ne sont pas encore de l’histoire ancienne

25/11/2003 • 19h13

Les hébergeurs indépendants ne sont toujours pas responsables, pour l’instant

25/11/2003 • 19h04

Les licences Creative Commons bientôt disponibles en français

24/11/2003 • 18h16

10 000 manifestants réclament la fermeture de la School of Americas

21/11/2003 • 19h36

Deux affaires judiciaires relancent la polémique sur la responsabilité des hébergeurs

21/11/2003 • 19h04

Un anti-raciste poursuivi en justice pour antisémitisme

21/11/2003 • 18h48

Le festival Jonctions confronte art, technologies et éthique

20/11/2003 • 19h28

Un fonctionnaire ne peut utiliser sa messagerie professionnelle à des fins religieuses

20/11/2003 • 19h00

Les technologies de surveillance automatisée tiennent salon au Milipol 2003

20/11/2003 • 18h22

Zouhaïr Yahyaoui libre, les cyberdissidents tunisiens restent harcelés par le régime

20/11/2003 • 16h29

Le site parodique Send Them Back milite pour le renvoi de tous les mp3 "volés" à la RIAA


Contacts |  Haut de page |  Archives
Tous droits réservés | © Transfert.net | Accueil
Logiciels libres |  Confidentialité |  Revue de presse