24 03 2017
Retour a la home
Rubrique Économie
Économie
Rubrique Société
Société
Rubrique Technologies
Technologies
Rubrique Culture
Culture
MOTS CLÉS
 
Tous les mots

DOSSIERS...
 Le projet |  L’équipe |  L’association |  Nos outils  | Actualités |  Sources |  Alertes  
Abonnés : connectez-vous

 
Oubli du mot de passe
TRANSFERT S'ARRETE
Transfert décryptait l'actualité des nouvelles technologies, proposait un fil info quotidien et une série d'outils de veille. Notre agence, refusant toute publicité, dépendait de ses abonnements.
  COPINAGES
Jouez sur iPhone à Lucioles.
Sauvez la planète en lisant Terra Eco.
Et pourquoi pas plonger dans Nautilus ?
Ecoutez Routine.
Chiffre du jour
700 000
dépistages génétiques chaque année en Europe, selon la Commission européenne (...)
Revue de Web
 Lindows harcelé
 Cyberdissidents vietnamiens en appel
 Plus de CO2 = moins d’eau potable
Phrase du jour
"Ce service public que nous assurons a besoin de votre soutien pour perdurer"
L’association Inf’OGM, qui justifie la fin de la gratuité de son bulletin d’information (...)

Dossier
Le nucléaire mis au secret
Dossiers récents
 Racisme en ligne : l’affaire Sos-racaille
 Le fichage des passagers aériens
 La bataille des brevets logiciels
 L’impasse énergétique
 L’hydrogène, une énergie (presque) propre
Tous les dossiers
Spacer
Unes de la semaine

lundi 1er/12 Transfert.net

vendredi 28/11 Économie

jeudi 27/11 Société

mercredi 26/11 Culture

mardi 25/11 Économie

Spacer


12/09/2003 • 15h24

Des éditeurs scientifiques en ligne rejoignent le front anti-brevets logiciels

Les associations de consommateurs européennes bientôt en renfort
 

Un groupe d’acteurs de l’édition électronique scientifique française a rejoint le front des opposants au projet de directive européenne visant à instaurer une brevetabilité des logiciels (lire notre dossier). Dans un communiqué du 9 septembre, le site revues.org et d’autres réseaux universitaires du domaine des sciences humaines soulignent la menace juridique que présente la transposition de cette directive. Ce texte, qui doit être voté par le Parlement européen le 22 septembre fait peser un risque sur leurs outils de publication "libres". Le front des opposants aux brevets logiciels s’élargit hors du cercle des spécialistes et s’apprête à recevoir le soutien du puissant Bureau européen des unions de consommateurs (Beuc).

"L’utilisation des logiciels libres garantit notre indépendance technologique parce qu’ils respectent les standards préconisés par la communauté internationale", expliquent les signataires du communiqué publié par Revues.org, tous issus de l’édition électronique en sciences humaines.

"Grâce aux logiciels libres, nous maîtrisons l’ensemble des processus technologiques que nous mettons en oeuvre ; nous pouvons ainsi adopter et préserver, dans la durée, des formats de documents également libres et transparents qui ne sont pas dépendants d’intérêts privés dont la vocation n’est pas d’assurer la préservation des patrimoines culturels et scientifiques", poursuivent les auteurs des sites, dont Cyberthèses, Elvir.org, le Centre de communication scientifique directe (CCSD) et Revues.org, qui rassemble 18 revues de sciences humaines.

Issus de structures comme le CNRS (Centre national de recherche scientifique) ou l’ENS (Ecole normale supérieure), les signataires ont depuis été rejoints par des dizaines d’acteurs universitaires français. Tous appellent les eurodéputés à voter contre le projet de directive qui vise à instaurer pour les logiciels des brevets inspirés de la législation américaine, alors qu’ils sont encadrés aujourd’hui par le droit d’auteur.

"Terrorisme juridique"

Pour ne pas paraître alarmiste, Marin Dacos, fondateur de Revues.org (qu’il dirige en tant que chargé de recherche du CNRS, à l’université d’Avignon) précise sa position : "Nous ne disons pas que les logiciels libres vont disparaître à cause des brevets. Mais le texte de la directive est tellement flou que nous craignons qu’il permette à des grands groupes de déposer des méthodes techniques informatiques ou des types de procédés. Du coup, ces groupes pourront intenter des procès contre des systèmes similaires "libres", comme ceux que nous utilisons."

Comme de nombreux acteurs de l’internet en Europe, comme les 245 000 signataires de la pétition Eurolinux, les éditeurs de revues scientifiques électroniques craignent une forme de "terrorisme juridique" de la part des détenteurs de brevets.

Des outils développés hors brevet à des fins bien précises d’édition sont menacés. L’équipe de Revues.org a développé, en empruntant parfois des briques logicielles à d’autres logiciels libres, un outil spécifique de publication pour ses 1000 articles annuels : de documents Word, un format propriétaire Microsoft, ils sont passés en Rtf (rich text format), un format ouvert qui est ensuite automatiquement converti en XML (eXtensible Markup Language), un langage qui permet de gérer des bases de données. Cyberthèses, qui est une initiative internationale de mise en ligne de thèses de recherche universitaire, a lui mis au point un outil "libre" adapté à des textes très longs, remplis de notes de bas de page. De son côté, le CCSD, qui met en ligne des milliers d’articles de chercheurs en physique avant qu’ils ne soient publiés dans des revues scientifiques internationales, s’est assuré de pouvoir recevoir des documents dans tous types de formats texte, dont LateX, un traitement de texte très utilisé en sciences exactes.

Offensive américaine

"Si un jour la société X affirme qu’elle a déposé un brevet pour un procédé de conversion Word/Rtf/XML et qu’elle nous fait un procès, cela met en grand danger notre mission scientifique et publique. Et ce, même si elle finit par perdre devant les tribunaux", affirme Marin Dacos.

L’Office européen des brevets délivre déjà des brevets logiciels sous la forme détournée de simples "procédés techniques". Les trois-quarts de ces 30 000 vrais-faux brevets logiciels ont été accordés à des sociétés américaines, à l’instar du fameux libraire en ligne Amazon, qui en a récemment obtenu un pour une technique de "bons d’achat virtuels".

Les opposants à la brevetabilité avancent depuis longtemps que la directive proposée pénaliserait économiquement le secteur logiciel européen et plus particulièrement ses PME et PMI. Selon eux, le changement bénéficierait surtout aux grands groupes, au premier rang desquels les Américains.

L’eurodéputée UMP Dominique Vlasto le reconnaît clairement, en réponse à un email envoyé cette semaine par des opposants à la directive et republié par la section virtuelle du Parti Socialiste français : "Les Etats-Unis ont déjà fait savoir que si l’Union européenne s’opposait à la brevetabilité des logiciels, ils se tourneraient vers l’OMC pour contester ce qu’ils ne manqueraient pas d’assimiler à une forme de protectionnisme."

Ouvrir le débat

Par leur appel, les acteurs de l’édition scientifique électronique souhaitent élargir le débat sur les brevets logiciels, qu’ils estiment trop cantonné au milieu des spécialistes de l’informatique et des logiciels libres.

Malgré la grande technicité de la directive, le front des opposants reçoit, à force de mobilisation, le soutien d’organisations sans lien direct avec le secteur logiciel. Depuis deux ou trois jours, le Bureau européen des unions de consommateurs (Beuc) prépare une sortie contre le texte.

"Le projet de directive est tellement compliqué et les définitions du domaine couvert par les brevets tellement floues que nos experts juridiques ont du mal à déterminer les conséquences exactes pour les clients et utilisateurs" explique-t-on au siège bruxellois de cette puissante fédération qui compte L’UFC-Que Choisir, le CLCV et Orgéco parmi ses membres. Nous prendrons une position précise au début de la semaine prochaine."

La complexité technique et juridique participe d’une stratégie hostile à la transparence démocratique, accusent les opposants à la directive. Pour élargir le débat public et convaincre les eurodéputés sur une question qui divise les partis politiques, il ne reste qu’une dizaine de jours, avant l’examen du texte en session plénière du parlement à Bruxelles.

Le communiqué "Des acteurs de l’édition électronique en France s’opposent aux brevets logiciels":
http://www.revues.org/brevetslogici...

Revues.org:
(->http://www.revues.org]

Cyberthèses:
http://sourcesup.cru.fr/cybertheses

Le Centre de communication scientifique directe (CNRS):
http://ccsd.cnrs.fr/

"La bataille des brevets logiciels" (dossier Transfert.net):
http://www.transfert.net/d60

 
Dans la même rubrique

27/11/2003 • 19h01

Un traité onusien veut obliger les belligérants à nettoyer les "résidus explosifs de guerre"

26/11/2003 • 18h47

Pour les Etats-Unis, les essais nucléaires ne sont pas encore de l’histoire ancienne

20/11/2003 • 19h00

Les technologies de surveillance automatisée tiennent salon au Milipol 2003

19/11/2003 • 16h23

Un logiciel met tous les physiciens à la (bonne) page

17/11/2003 • 18h38

Une pétition européenne met en doute la fiabilité du vote électronique
Dossier RFID
Les étiquettes "intelligentes"
Dernières infos

28/11/2003 • 19h29

Quand le déclin de la production pétrole mondiale va-t-il débuter ?

28/11/2003 • 19h19

Les réserves de pétrole sont dangereusement surévaluées, dénonce un groupe d’experts

28/11/2003 • 18h33

La Criirad porte plainte contre la Cogema pour avoir diffusé des infos sur les déchets nucléaires

27/11/2003 • 17h14

La Cnil met les"étiquettes intelligentes" sur sa liste noire

26/11/2003 • 19h06

"The Meatrix", un modèle de dessin animé militant, hilarant et viral

26/11/2003 • 18h54

Un observatoire associatif pour lutter contre les inégalités

25/11/2003 • 19h13

Les hébergeurs indépendants ne sont toujours pas responsables, pour l’instant

25/11/2003 • 19h04

Les licences Creative Commons bientôt disponibles en français

24/11/2003 • 22h09

EDF refuse d’étudier la résistance de l’EPR à une attaque de type 11-septembre

24/11/2003 • 18h36

La Grèce bannit la biométrie de ses aéroports à un an des Jeux olympiques

24/11/2003 • 18h16

10 000 manifestants réclament la fermeture de la School of Americas

21/11/2003 • 19h36

Deux affaires judiciaires relancent la polémique sur la responsabilité des hébergeurs

21/11/2003 • 19h04

Un anti-raciste poursuivi en justice pour antisémitisme

21/11/2003 • 18h48

Le festival Jonctions confronte art, technologies et éthique

20/11/2003 • 19h28

Un fonctionnaire ne peut utiliser sa messagerie professionnelle à des fins religieuses


Contacts |  Haut de page |  Archives
Tous droits réservés | © Transfert.net | Accueil
Logiciels libres |  Confidentialité |  Revue de presse