25 07 2017
Retour a la home
Rubrique Économie
Économie
Rubrique Société
Société
Rubrique Technologies
Technologies
Rubrique Culture
Culture
MOTS CLÉS
 
Tous les mots

DOSSIERS...
 Le projet |  L’équipe |  L’association |  Nos outils  | Actualités |  Sources |  Alertes  
Abonnés : connectez-vous

 
Oubli du mot de passe
TRANSFERT S'ARRETE
Transfert décryptait l'actualité des nouvelles technologies, proposait un fil info quotidien et une série d'outils de veille. Notre agence, refusant toute publicité, dépendait de ses abonnements.
  COPINAGES
Jouez sur iPhone à Lucioles.
Sauvez la planète en lisant Terra Eco.
Et pourquoi pas plonger dans Nautilus ?
Ecoutez Routine.
Chiffre du jour
700 000
dépistages génétiques chaque année en Europe, selon la Commission européenne (...)
Revue de Web
 Lindows harcelé
 Cyberdissidents vietnamiens en appel
 Plus de CO2 = moins d’eau potable
Phrase du jour
"Ce service public que nous assurons a besoin de votre soutien pour perdurer"
L’association Inf’OGM, qui justifie la fin de la gratuité de son bulletin d’information (...)

Dossier
Le nucléaire mis au secret
Dossiers récents
 Racisme en ligne : l’affaire Sos-racaille
 Le fichage des passagers aériens
 La bataille des brevets logiciels
 L’impasse énergétique
 L’hydrogène, une énergie (presque) propre
Tous les dossiers
Spacer
Unes de la semaine

lundi 1er/12 Transfert.net

vendredi 28/11 Économie

jeudi 27/11 Société

mercredi 26/11 Culture

mardi 25/11 Économie

Spacer


28/05/2003 • 16h16

Des chercheurs font des batteries avec des bactéries

Pour produire de l’électricité, laissons-les respirer...

Les portables de demain seront peut-être un jour rechargeables... au sucre. Des microbiologistes de l’université du Massachusetts étudient en effet comment certaines bactéries peuvent s’agréger en biofilms capables de générer de l’électricité en continu.

Tous les êtres vivants doivent respirer pour produire de l’énergie. Au niveau des molécules, cette respiration se traduit par un échange d’électrons. Dans les cellules humaines et chez certaines bactéries vivant à l’air libre, des électrons sont échangés avec l’oxygène. Dans les milieux sans oxygène, les bactéries doivent échanger ces électrons avec d’autres composés, parfois métalliques : la respiration cellulaire génère alors un courant électrique correspondant au déplacement des électrons dans le métal.

G. sulfurreducens s’occupe de tout

Dans un article publié en mars dans la revue scientifique Applied And Environmental Microbiology, Derek Lovley et ses collaborateurs du Laboratoire de microbiologie de l’université du Massachusetts avaient montré comment des électrodes métalliques pouvaient recueillir l’énergie électrique produite lors de la respiration de la bactérie Geobacter sulfurreducens.

Evidemment, le courant généré par quelques cellules isolées est insuffisant pour alimenter un quelconque appareil.

En cas de carence en nutriments, ou si on la dépose sur une surface d’acétate, G. sulfurreducens a tendance à s’agglutiner à ses semblables et forme ainsi une pellicule appelée "biofilm". Selon le site BioMedNet, l’équipe de Lovley vient de mesurer que la respiration cellulaire d’un tel biofilm transforme le sucre environnant en électricité, avec une efficacité de 90 %.

G. sulfurreducens a déjà été étudiée pour son activité dépolluante, notamment pour nettoyer les sols contaminés par de l’uranium ou des phénols.

En manipulant, comme il l’ont déjà fait, le génome de la bactérie pour la rendre plus efficace et plus résistante, Lovley et ses collègues espèrent rapidement être en mesure de fabriquer des biofilms pouvant alimenter des équipements électroniques embarqués.

Le grand public sera-t-il mis au courant ?

D’ici quelques années, les batteries ainsi produites pourraient être plus autonomes (les bactéries sont vivantes), plus compactes (un biofilm est moins épais qu’une plaque) et plus résistantes (c’est une des qualités de la bactérie sulfurreducens) que celles d’aujourd’hui.

Pour les chercheurs, les batteries à bactéries pourraient d’abord servir à des équipements scientifiques comme les sondes de localisation sous-marine, que l’on attache aux baleines, par exemple. Elles seraient utiles, notamment, dans des endroits où les panneaux solaires sont inutilisables, comme les fonds sous-marins ou les grottes soutterraines. Ensuite, les bactéries, comme toute haute technologie, pourrait progressivement travailler au service du plus grand public.

L’université du Massachusetts
http://www.umass.edu/

Le Laboratoire de microbiologie de l’université du Massachusetts
http://www.bio.umass.edu/micro/

BioMedNet
http://news.bmn.com/news/story?day=...

La revue Applied And Environmental Microbiology
http://aem.asm.org/

 
Dans la même rubrique

27/11/2003 • 19h01

Un traité onusien veut obliger les belligérants à nettoyer les "résidus explosifs de guerre"

26/11/2003 • 18h47

Pour les Etats-Unis, les essais nucléaires ne sont pas encore de l’histoire ancienne

20/11/2003 • 19h00

Les technologies de surveillance automatisée tiennent salon au Milipol 2003

19/11/2003 • 16h23

Un logiciel met tous les physiciens à la (bonne) page

17/11/2003 • 18h38

Une pétition européenne met en doute la fiabilité du vote électronique
Dossier RFID
Les étiquettes "intelligentes"
Dernières infos

28/11/2003 • 19h29

Quand le déclin de la production pétrole mondiale va-t-il débuter ?

28/11/2003 • 19h19

Les réserves de pétrole sont dangereusement surévaluées, dénonce un groupe d’experts

28/11/2003 • 18h33

La Criirad porte plainte contre la Cogema pour avoir diffusé des infos sur les déchets nucléaires

27/11/2003 • 17h14

La Cnil met les"étiquettes intelligentes" sur sa liste noire

26/11/2003 • 19h06

"The Meatrix", un modèle de dessin animé militant, hilarant et viral

26/11/2003 • 18h54

Un observatoire associatif pour lutter contre les inégalités

25/11/2003 • 19h13

Les hébergeurs indépendants ne sont toujours pas responsables, pour l’instant

25/11/2003 • 19h04

Les licences Creative Commons bientôt disponibles en français

24/11/2003 • 22h09

EDF refuse d’étudier la résistance de l’EPR à une attaque de type 11-septembre

24/11/2003 • 18h36

La Grèce bannit la biométrie de ses aéroports à un an des Jeux olympiques

24/11/2003 • 18h16

10 000 manifestants réclament la fermeture de la School of Americas

21/11/2003 • 19h36

Deux affaires judiciaires relancent la polémique sur la responsabilité des hébergeurs

21/11/2003 • 19h04

Un anti-raciste poursuivi en justice pour antisémitisme

21/11/2003 • 18h48

Le festival Jonctions confronte art, technologies et éthique

20/11/2003 • 19h28

Un fonctionnaire ne peut utiliser sa messagerie professionnelle à des fins religieuses


Contacts |  Haut de page |  Archives
Tous droits réservés | © Transfert.net | Accueil
Logiciels libres |  Confidentialité |  Revue de presse