24 03 2017
Retour a la home
Rubrique Économie
Économie
Rubrique Société
Société
Rubrique Technologies
Technologies
Rubrique Culture
Culture
MOTS CLÉS
 
Tous les mots

DOSSIERS...
 Le projet |  L’équipe |  L’association |  Nos outils  | Actualités |  Sources |  Alertes  
Abonnés : connectez-vous

 
Oubli du mot de passe
TRANSFERT S'ARRETE
Transfert décryptait l'actualité des nouvelles technologies, proposait un fil info quotidien et une série d'outils de veille. Notre agence, refusant toute publicité, dépendait de ses abonnements.
  COPINAGES
Jouez sur iPhone à Lucioles.
Sauvez la planète en lisant Terra Eco.
Et pourquoi pas plonger dans Nautilus ?
Ecoutez Routine.
Chiffre du jour
700 000
dépistages génétiques chaque année en Europe, selon la Commission européenne (...)
Revue de Web
 Lindows harcelé
 Cyberdissidents vietnamiens en appel
 Plus de CO2 = moins d’eau potable
Phrase du jour
"Ce service public que nous assurons a besoin de votre soutien pour perdurer"
L’association Inf’OGM, qui justifie la fin de la gratuité de son bulletin d’information (...)

Dossier
Le nucléaire mis au secret
Dossiers récents
 Racisme en ligne : l’affaire Sos-racaille
 Le fichage des passagers aériens
 La bataille des brevets logiciels
 L’impasse énergétique
 L’hydrogène, une énergie (presque) propre
Tous les dossiers
Spacer
Unes de la semaine

lundi 1er/12 Transfert.net

vendredi 28/11 Économie

jeudi 27/11 Société

mercredi 26/11 Culture

mardi 25/11 Économie

Spacer


6/11/2003 • 14h26

Des bactéries génétiquement modifiées pour soigner le diabète

Pour les malades, les OGM qui produisent de l’insuline sont génétiquement corrects

La journée mondiale du diabète, destinée à sensibiliser le public à cette maladie chronique provoquée par un manque d’insuline, se déroulera le 14 novembre 2003. Aujourd’hui, 100 millions de personnes sont touchées par le diabète dans le monde, dont 1,8 million en France. La maladie est en expansion rapide : le nombre de malades devrait tripler dans les vingt prochaines années. En France, depuis dix ans, tous les diabétiques traités à l’insuline utilisent de l’insuline d’origine humaine produite à partir de bactéries génétiquement modifiées. Une méthode qui permet de fabriquer cette hormone en grande quantité et d’obtenir d’excellents résultats dans le traitement des malades.

Produite dans notre pancréas, l’insuline permet à notre organisme d’absorber le glucose que nous avalons. Les diabétiques ne parviennent pas à fabriquer cette hormone, en raison d’un pancréas défaillant. Ils doivent donc s’injecter des doses d’insuline plusieurs fois par jour.

Jusque dans les années 80, l’insuline destinée aux malades était d’origine animale : on abattait des porcs ou des bœufs avant de leur retirer le pancréas et d’en extraire cette hormone, qu’on tentait de purifier le mieux possible.

Le génie chimique pas encore au point

Selon les spécialistes, on ne sait toujours pas fabriquer de l’insuline chimique. "Malgré les progrès constants que fait la chimie de synthèse pour mettre au point de nouvelles molécules à usage thérapeutique, il est impossible d’obtenir de l’insuline de manière artificielle", affirmait, le 26 novembre 2002, le professeur Jean-Hugues Trouvin dans une présentation sur la sécurité sanitaire des OGM utilisés en thérapeutique à l’Académie nationale de médecine.

Aujourd’hui, l’insuline est obtenue par manipulation de bactéries, auxquelles on implante l’information génétique nécessaire à la production d’insuline humaine.

Le gène humain de l’insuline est inséré dans le génome d’une bactérie de l’espèce Escherichia Coli, cultivée en laboratoire. Celle-ci, par la technique de "l’ADN recombinant", va reproduire en grande quantité l’insuline humaine, que l’on sait extraire aisément. L’insuline ainsi obtenue est tolérée par l’organisme humain, sans effet de rejet.

"Les insulines animales n’étaient pas faciles à purifier et produisaient des réactions cutanées locales au niveau des injections", souligne Isabelle Fillion, de l’Association Française des Diabétiques. "De plus, leur action se rapprochait moins de la vraie insuline, elles étaient donc moins efficaces et conduisaient plus fréquemment aux effets à long terme dramatiques de la maladie, tels que la cécité, les arrêts cardiaques ou l’amputation des pieds."

Quels effets à long terme ?

Cependant, les très bons résultats obtenus par génie génétique ne doivent pas masquer l’existence de risques. Ainsi, certains malades ont noté la disparition des symptômes précurseurs d’hypoglycémie (qui se produit lorsque la dose d’insuline injectée est trop élevée ; dans ce cas, le sujet malade doit ingérer rapidement du sucre).

Pour Isabelle Fillion, cette abscence de symptôme s’explique "par les progrès apportés par l’insuline ’humaine’, qui permet de s’approcher de plus en plus des valeurs de glycémie (taux de sucre dans le sang) normales et qui amène les diabétiques, souvent en hyperglycémie, à être plus sujets aux hypoglycémies". Des risques jusqu’à présent peu étudiés par les spécialistes. Car après vingt ans d’existence de l’insuline obtenue par génie génétique, les recherches sur les conséquences des traitements à long terme par des insulines humaines restent rares.

Quant à la contamination possible d’autres organismes par ces OGM, le problème ne se pose pas. En effet, la production d’insuline humaine dans les laboratoires pharmaceutiques, effectuée en milieu strictement "confiné", ne présente aucun risque pour l’environnement.

Présentation de Jean-Hugues Trouvin sur la "Sécurité sanitaire des OGM utilisés en thérapeutique" à l’Académie Nationale de Médecine, le 26 novembre 2002:
http://www.infogm.org/IMG/rtf/trouv...

L’Association Française des Diabétiques (Allo Diabète: 01.40.09.68.09):
http://www.afd.asso.fr

Les laboratoires pharmaceutiques qui fabriquent de l’insuline dans le monde:
http://www.lilly.fr/public/maladies...
http://www.novonordisk.fr
http://www.aventispharma.fr/main/0,...

 
Dans la même rubrique

27/11/2003 • 19h01

Un traité onusien veut obliger les belligérants à nettoyer les "résidus explosifs de guerre"

26/11/2003 • 18h47

Pour les Etats-Unis, les essais nucléaires ne sont pas encore de l’histoire ancienne

20/11/2003 • 19h00

Les technologies de surveillance automatisée tiennent salon au Milipol 2003

19/11/2003 • 16h23

Un logiciel met tous les physiciens à la (bonne) page

17/11/2003 • 18h38

Une pétition européenne met en doute la fiabilité du vote électronique
Dossier RFID
Les étiquettes "intelligentes"
Dernières infos

28/11/2003 • 19h29

Quand le déclin de la production pétrole mondiale va-t-il débuter ?

28/11/2003 • 19h19

Les réserves de pétrole sont dangereusement surévaluées, dénonce un groupe d’experts

28/11/2003 • 18h33

La Criirad porte plainte contre la Cogema pour avoir diffusé des infos sur les déchets nucléaires

27/11/2003 • 17h14

La Cnil met les"étiquettes intelligentes" sur sa liste noire

26/11/2003 • 19h06

"The Meatrix", un modèle de dessin animé militant, hilarant et viral

26/11/2003 • 18h54

Un observatoire associatif pour lutter contre les inégalités

25/11/2003 • 19h13

Les hébergeurs indépendants ne sont toujours pas responsables, pour l’instant

25/11/2003 • 19h04

Les licences Creative Commons bientôt disponibles en français

24/11/2003 • 22h09

EDF refuse d’étudier la résistance de l’EPR à une attaque de type 11-septembre

24/11/2003 • 18h36

La Grèce bannit la biométrie de ses aéroports à un an des Jeux olympiques

24/11/2003 • 18h16

10 000 manifestants réclament la fermeture de la School of Americas

21/11/2003 • 19h36

Deux affaires judiciaires relancent la polémique sur la responsabilité des hébergeurs

21/11/2003 • 19h04

Un anti-raciste poursuivi en justice pour antisémitisme

21/11/2003 • 18h48

Le festival Jonctions confronte art, technologies et éthique

20/11/2003 • 19h28

Un fonctionnaire ne peut utiliser sa messagerie professionnelle à des fins religieuses


Contacts |  Haut de page |  Archives
Tous droits réservés | © Transfert.net | Accueil
Logiciels libres |  Confidentialité |  Revue de presse