08 12 2019
Retour a la home
Rubrique Économie
Économie
Rubrique Société
Société
Rubrique Technologies
Technologies
Rubrique Culture
Culture
MOTS CLÉS
 
Tous les mots

DOSSIERS...
 Le projet |  L’équipe |  L’association |  Nos outils  | Actualités |  Sources |  Alertes  
Abonnés : connectez-vous

 
Oubli du mot de passe
TRANSFERT S'ARRETE
Transfert décryptait l'actualité des nouvelles technologies, proposait un fil info quotidien et une série d'outils de veille. Notre agence, refusant toute publicité, dépendait de ses abonnements.
  COPINAGES
Ecoutez Routine.
Protégez-vous.
Chiffre du jour
700 000
dépistages génétiques chaque année en Europe, selon la Commission européenne (...)
Revue de Web
 Lindows harcelé
 Cyberdissidents vietnamiens en appel
 Plus de CO2 = moins d’eau potable
Phrase du jour
"Ce service public que nous assurons a besoin de votre soutien pour perdurer"
L’association Inf’OGM, qui justifie la fin de la gratuité de son bulletin d’information (...)

Dossier
Le nucléaire mis au secret
Dossiers récents
 Racisme en ligne : l’affaire Sos-racaille
 Le fichage des passagers aériens
 La bataille des brevets logiciels
 L’impasse énergétique
 L’hydrogène, une énergie (presque) propre
Tous les dossiers
Spacer
Unes de la semaine

lundi 1er/12 Transfert.net

vendredi 28/11 Économie

jeudi 27/11 Société

mercredi 26/11 Culture

mardi 25/11 Économie

Spacer


28/09/2000 • 00h00

Danaher : ” Unir nos amis et diviser nos ennemis

 
Kevin Danaher, 50 ans, est le leader charismatique de Global Exchange, une ONG californienne anti-mondialisation de 40 employés. Il travaille depuis 1988 à mettre en relation et à développer des communautés traditionnelles dans le monde, mais a progressivement radicalisé son action depuis Seattle.


DR
Retour au sommaire :" Vive la dissidence !"

Transfert - Qu’est ce qui a changé depuis Seattle ?

Kevin Danaher - Les manifestations de Prague sont dans la lignée de celles de Seattle. La résistance globale est beaucoup plus forte aujourd’hui. Internet a été crucial dans ce renouveau de la résistance. En avril 2000, lors des protestations contre le précédent sommet de la Banque mondiale et du Fonds monétaire international (A16, pour April 16th), nous étions entre 20 000 et 30 000 dans les rues de Washington, contre 25 l’année précédente ! Internet est un élément central de l’infrastructure du mouvement, et a rendu les choses bien plus simples. Pendant le A16, nous avions environ 20 000 clics par jour et beaucoup de téléchargements de nos argumentaires, que les gens impriment pour faire leurs propres tracts. Il faut se rappeler que beaucoup de nos troupes sont des étudiants, qui utilisent les nouvelles technologies de façon très créative.

Quel est l’enjeu des manifestations à Prague ?

S’il fallait résumer l’enjeu de Prague en un slogan, ce serait : " Unir nos amis et diviser nos ennemis ". À Seattle, les discordes entre administrations américaines, pays du Sud et du Nord, Europe et ...tats-Unis, ont été une de nos grandes victoires. À Washington, cette année, le FMI a refusé tout débat et lancé des attaques ad hominem. C’est une preuve de leur faiblesse. Pour la résistance, la grande question est : pouvons-nous garder ce haut niveau de camaraderie entre des pôles différents, entre ceux qui veulent réformer les institutions comme l’OMC, et ceux qui veulent faire table rase et les abolir ? Personnellement, je suis abolitionniste.

Croyez-vous pouvoir globaliser la résistance pour vous opposer à celle des marchés ?

Nous voulons opposer le cycle de la vie au cycle de l’argent. Nous ne voulons pas d’une solidarité transnationale réservée aux élites. Nous avons clairement le sentiment d’opposer à la globalisation des marchés l’Autre Globalisation. Nous fomentons une internationale des communautés traditionnelles. Aujourd’hui, c’est un réseau de personnes, de villes, d’écoles... Comme il y a eu la séparation de l’...glise et de l’...tat au début du siècle dernier, nous demandons la séparation de l’Entreprise et de l’...tat.

Quel rôle concret joue Internet dans ce mouvement ?

Internet a une capacité technique : il permet à de nombreuses voix de s’exprimer. Il n’y a qu’à regarder les centaines de liens entre sites militants. Mais il a aussi une influence politique : l’organisation en réseau correspond à ce que nous pensons de l’échec du modèle de résistance léniniste, fondée sur un parti d’avant-garde centralisé renversant le pouvoir dans un pays. Le modèle qui domine aujourd’hui dans notre mouvement est horizontal, non-hiérarchique et fluide. Il ressemble à une roue, avec des rayons reliés au centre et entre eux. Nous avons l’intention de donner une forme permanente au mouvement né à Seattle : c’est l’un des objets du Sommet Social prévu à Porto Allegre au Brésil fin janvier prochain. La tête sera tournante et temporaire. On ne sait pas encore quelle forme exacte adopter : Parti global des citoyens, V° Internationale, appelez-la comme vous voulez... Nous posons aujourd’hui la première couche de ce qui va être la première révolution globale contre le capitalisme. Si vous remarquez, les Zapatistes, en 1994, ne cherchaient pas à non plus à renverser le gouvernement mexicain. Ils avaient au contraire des buts globaux.

Le mouvement né à Seattle est très médiatique. Est-ce une bonne chose ?


DR
Notre rapport aux médias traditionnels est duel. Ils n’ont jamais mis l’accent sur nos messages et ont préféré se concentrer sur les quelques violences qu’on a pu voir à Seattle. Mais nous les avons tout de même pénétrés. Plusieurs magazines économiques nous ont par exemple cités comme des interlocuteurs intéressants. L’intérêt vient des journalistes, dont certains, à titre personnel, se sentent proches de nos revendications.

Quelles sont les limites du militantisme par Internet ? Les limites de la technologie sont claires : toute technologie bénéficiera toujours plus à nos ennemis qu’à nous, parce ce qu’ils ont beaucoup plus d’argent. Mais s’ils sont maîtres des tuyaux, et aussi gros soient-ils, notre contenu sera toujours meilleur que le leur. Et nous gagnerons sur ce terrain. Quand tout le monde parle d’économie de la connaissance ou du savoir, nous pensons que c’est à notre avantage. La résistance est beaucoup plus forte depuis l’arrivée d’Internet. Tous les coûts de production ont baissé, dans l’édition militante par exemple. Nous arrivons à faire descendre des gens dans la rue. Il n’y aura jamais une manif rassemblant des milliers de millionnaires... Nous utilisons Internet comme un outil. Et l’éducation dans ce domaine ne fait que grandir chez les militants. Par exemple, nous apprenons tous à hiérarchiser l’info. Je détruis automatiquement les e-mails de certains interlocuteurs, alors que je me rue sur d’autres. Internet nous donne également un autre challenge : apporter l’équipement aux gens du Sud, sinon, notre mouvement restera occidental et nordique. Le danger est la course contre le temps : pouvons-nous convaincre assez de gens ? Car les pays pauvres veulent naturellement consommer. Il ne faut pas sous-estimer le pouvoir des produits. C’est la drogue la plus puissante que j’aie jamais prise. Mais nous sommes confiants... Donnez-moi un débat loyal avec n’importe lequel de nos détracteurs, devant n’importe quel public, et je sortirai vainqueur...

Internet offre-t-il aujourd’hui un débat loyal avec vos ennemis ?

Non. Si Global Exchange avait ne serait-ce que le budget de publicité d’une multinationale comme Nike... Nous pourrions faire infiniment plus. Mais le Réseau nous a tout de même permis de montrer qu’il était possible de faire trembler les fondations du Système.

Mais vous n’aurez jamais ce budget... Le rapport de forces s’améliore. Par exemple, il y a aux ...tats-Unis des riches ou des héritiers qui ne croient plus au profit roi. Et de nouvelles entreprises qui croient en d’autres principes. Regardez les National Green Pages, qui recensent des milliers de business alternatifs, ou CoOp America, à Washington. Pour nous, c’est ça, la " nouvelle économie ".

 
Dans la même rubrique

28/11/2003 • 18h33

La Criirad porte plainte contre la Cogema pour avoir diffusé des infos sur les déchets nucléaires

27/11/2003 • 17h14

La Cnil met les"étiquettes intelligentes" sur sa liste noire

26/11/2003 • 18h54

Un observatoire associatif pour lutter contre les inégalités

24/11/2003 • 22h09

EDF refuse d’étudier la résistance de l’EPR à une attaque de type 11-septembre

24/11/2003 • 18h36

La Grèce bannit la biométrie de ses aéroports à un an des Jeux olympiques
Dossier RFID
Les étiquettes "intelligentes"
Dernières infos

28/11/2003 • 19h29

Quand le déclin de la production pétrole mondiale va-t-il débuter ?

28/11/2003 • 19h19

Les réserves de pétrole sont dangereusement surévaluées, dénonce un groupe d’experts

27/11/2003 • 19h01

Un traité onusien veut obliger les belligérants à nettoyer les "résidus explosifs de guerre"

26/11/2003 • 19h06

"The Meatrix", un modèle de dessin animé militant, hilarant et viral

26/11/2003 • 18h47

Pour les Etats-Unis, les essais nucléaires ne sont pas encore de l’histoire ancienne

25/11/2003 • 19h13

Les hébergeurs indépendants ne sont toujours pas responsables, pour l’instant

25/11/2003 • 19h04

Les licences Creative Commons bientôt disponibles en français

24/11/2003 • 18h16

10 000 manifestants réclament la fermeture de la School of Americas

21/11/2003 • 19h36

Deux affaires judiciaires relancent la polémique sur la responsabilité des hébergeurs

21/11/2003 • 19h04

Un anti-raciste poursuivi en justice pour antisémitisme

21/11/2003 • 18h48

Le festival Jonctions confronte art, technologies et éthique

20/11/2003 • 19h28

Un fonctionnaire ne peut utiliser sa messagerie professionnelle à des fins religieuses

20/11/2003 • 19h00

Les technologies de surveillance automatisée tiennent salon au Milipol 2003

20/11/2003 • 18h22

Zouhaïr Yahyaoui libre, les cyberdissidents tunisiens restent harcelés par le régime

20/11/2003 • 16h29

Le site parodique Send Them Back milite pour le renvoi de tous les mp3 "volés" à la RIAA


Contacts |  Haut de page |  Archives
Tous droits réservés | © Transfert.net | Accueil
Logiciels libres |  Confidentialité |  Revue de presse