16 11 2019
Retour a la home
Rubrique Économie
Économie
Rubrique Société
Société
Rubrique Technologies
Technologies
Rubrique Culture
Culture
MOTS CLÉS
 
Tous les mots

DOSSIERS...
 Le projet |  L’équipe |  L’association |  Nos outils  | Actualités |  Sources |  Alertes  
Abonnés : connectez-vous

 
Oubli du mot de passe
TRANSFERT S'ARRETE
Transfert décryptait l'actualité des nouvelles technologies, proposait un fil info quotidien et une série d'outils de veille. Notre agence, refusant toute publicité, dépendait de ses abonnements.
  COPINAGES
Ecoutez Routine.
Protégez-vous.
Chiffre du jour
700 000
dépistages génétiques chaque année en Europe, selon la Commission européenne (...)
Revue de Web
 Lindows harcelé
 Cyberdissidents vietnamiens en appel
 Plus de CO2 = moins d’eau potable
Phrase du jour
"Ce service public que nous assurons a besoin de votre soutien pour perdurer"
L’association Inf’OGM, qui justifie la fin de la gratuité de son bulletin d’information (...)

Dossier
Le nucléaire mis au secret
Dossiers récents
 Racisme en ligne : l’affaire Sos-racaille
 Le fichage des passagers aériens
 La bataille des brevets logiciels
 L’impasse énergétique
 L’hydrogène, une énergie (presque) propre
Tous les dossiers
Spacer
Unes de la semaine

lundi 1er/12 Transfert.net

vendredi 28/11 Économie

jeudi 27/11 Société

mercredi 26/11 Culture

mardi 25/11 Économie

Spacer


5/05/1999 • 16h22

Dan Simmons : ” L’Amérique est bel et bien foutue si elle ne grandit pas. ”

Le 20 avril dernier, une tuerie d’une rare violence avait lieu dans un lycée américain du Colorado : le Columbine High School. Hier matin et pour la première fois depuis le drame, les élèves de Columbine sont retournés en classe. Les cours ont lieu dans un autre établissement qui accueille le matin ses propres élèves et, l’après-midi, les jeunes du lycée dévasté. Les élèves n’ont plus le droit d’entrer et de sortir du campus entre les cours. Une telle organisation pose d’importants problèmes logistiques... Pascal Barollier, rédacteur en chef adjoint de )transfert a demandé à Dan Simmons *, auteur de l’Echiquier du Mal, ancien enseignant, et père d’une lycéenne du même âge, de faire le point sur le carnage d’avril. En exclusivité et pour )transfert, l’écrivain livre ses réflexions sur l’Amérique de la violence...


Dan Simmons
DR
Chaque homme, femme et enfant d’Amérique a son opinion sur les "causes profondes" de la fusillade tragique du lycée de Columbine. C’est une occasion où j’ai le sentiment que le silence est sûrement la meilleure réponse, comme dans l’histoire écrite par J.D. Salinger où l’aîné des frères, Seymour, estime que le aurait été bien plus éloquent si chacun s’était tenu là en silence, jusqu’à ce qu’un premier homme fasse un pas de côté, brandisse en silence son poing vers le ciel, et s’en aille.

Mais étant un homme et ayant une opinion sur presque tout, et au-delà du fait que je me réfère au langage comme un moyen formel de réfléchir de la même façon que E.M. Forrester écrivait "Comment savoir ce que je pense avant de voir ce que je dis ?", cette fusillade s’est produite à moins d’une heure de chez moi, mon épouse était dans ce quartier ce jour-là, ma fille est une lycéenne de l’âge de nombreuses victimes et j’ai été enseignant pendant 18 ans, responsable moralement et légalement de la protection des enfants. Je ressens de profondes émotions au sujet de cette tragédie et du climat de folie en Amérique qui l’a permis... Non, pas permis... rendu inévitable.

"Mafia en trench-coat"

Les tireurs, deux lycéens blancs, étaient des tueurs "égalitaires" : ils ont tiré par trois fois sur un garçon, en pleine tête, parce qu’il était noir. Ils ont tué une fille car elle disait croire en dieu. Ils ont abattu un autre garçon parce qu’il était handicapé mental. Ils proclamaient qu’ils chassaient les "musclés" (sportifs) et ont tué plusieurs garçons et filles car ils portaient des casquettes de base-ball dont la visière n’était pas tournée vers l’arrière. Quelques-uns des survivants et d’autres témoins de la tuerie ont raconté que les deux garçons semblaient passer le meilleur moment de leur vie - cette vie qui ne se comptait plus qu’en minutes, puisqu’ils se suicidèrent -riant et blaguant. Avant de loger une balle dans la gorge d’une jeune fille qui tentait de se cacher, ils crièrent "Peekaboo" (coucou, je t’ai vu). "Hé, regarde la cervelle de nègre, c’est cool", dirent-ils après avoir tué un lycéen noir. "Hé, ça serait plus fun de s’en faire certains au couteau", commentaient-ils en rechargeant leurs semi-automatiques.

Je reçois des courriers électroniques d’amis écrivains, auteurs de romans d’horreur ou de SF, qui s’inquiètent de voir les "gothiques" et autres gamins membres de la "mafia en trench-coat", les fans de rock agressif, les étudiants obsédés de Marilyn Manson * et de jeux du genre DOOM où il s’agit d’abattre le plus de gens possibles, être montrés du doigt et " satanisés ". Ils mettent en avant le fait que ces deux garçons étaient rejetés et dénigrés. Quelque chose devait craquer, disent-ils.

Ces propos n’ont pas de sens : un baratin illogique. Les deux tueurs de Littleton planifiaient le massacre depuis plus d’un an. Ils se sont procurés des armes illégalement ainsi que des milliers de cartouches. Ils se sont vantés sur Internet de ce qu’ils s’apprêtaient à faire, et y ont appris la façon de fabriquer des bombes, avec des détails suffisants pour mettre au point près de 50 engins explosifs artisanaux, dont certains assez puissants pour détruire un grand lycée et tuer la plupart de ses 1000 élèves ce jour-là. L’un des garçons se vantait de jouer à DOOM chaque jour, en ayant pris le temps de reconfigurer les plans du jeu afin qu’il ressemble au lycée de Columbine. Treize élèves innocents sont morts aujourd’hui, ainsi qu’un enseignant, et plus de 50 gamins sont blessés et des centaines sont traumatisés à vie.

Incapacité à distinguer la réalité

Deux jours avant la fusillade, je suis allé voir le film La Matrice car l’un des conseillers en scénario de James Cameron m’avait contacté pour me signaler que de nombreux rebondissements de l’histoire avaient été volés à mes romans de la série Hyperion par le réalisateur. J’ai vu le film ; il n’y a pas de raison de le poursuivre en justice. Le jeune réalisateur a dépouillé une dizaine d’autres vrais auteurs de SF. Mais tous les éléments volés sont totalement sortis du contexte et mélangés au magma confus des arts martiaux, réalité virtuelle, et fantasme pornographique de pouvoir. Dans une scène de La Matrice, Keanu Reeves, un pâle pirate informatique marginal, rejeté par la société mais secrètement imparti d’une mission de nouveau messie, pénètre dans l’immeuble d’une administration et déclenche l’alarme du détecteur de métaux. Lorsque la police lui demande d’ouvrir son pardessus, il rejette en arrière un long manteau noir et exhibe une dizaine de pistolets semi-automatiques et mitraillettes. Puis il se met à tirer, tuant les policiers en masse. Ce n’est pas très grave les flics et les civils que Keanu est en train de flinguer sont de simples êtres humains virtuels, des projections de son propre esprit ou de vicieuses intelligences artificielles déguisées en hommes. La boucherie continue dans un beau ralenti, le soleil se reflétant sur les douilles vides, tandis que Keanu emprunte un hélicoptère et use d’un mini-canon pour trucider encore quelques dizaines de personnes. Un magnifique ballet, un fantasme pornographique de pouvoir.

Au moment de la projection de cette scène dans un cinéma de Washington DC, cette semaine, alors que les funérailles des élèves de Columbine n’étaient pas terminées, les spectateurs, pour la plupart de l’âge des élèves tués, rirent et applaudirent en scandant : "Columbine ! Columbine !"

L’Amérique est bel et bien foutue si elle ne grandit pas. La collusion mortelle d’une atmosphère de violence permanente via tous les médias, combinée à notre insanité nationale vis-à-vis de la possession d’armes à feu et de leur usage, provoquée par l’incapacité des jeunes gens à distinguer la réalité de la fiction, la démission des parents, des enseignants, des directeurs d’école et des politiciens, trop peureux pour tenter quelque chose, nous conduisent jusqu’à l’intérieur du lycée de Columbine tel qu’on peut le voir aujourd’hui : rempli de sacs à dos déchirés, de livres ensanglantés, de cahiers abandonnés, de sandwichs à moitié mangés, de flaques d’eau du système anti-incendie, de marres noires de sang, de fragments de crânes aux reflets blancs dans la pénombre, de morceaux de cerveau séchés sur les murs et le sol, de centaines, littéralement de centaines, de chaussures abandonnées par les jeunes filles dans leur panique ou lorsqu’elles furent abattues par les deux garçons.

J’aime les Etats-Unis d’Amérique. J’ai hontes des Etats-unis d’Amérique

Cette semaine, le jour des funérailles de trois élèves, le "choqueur professionnel" Howard Stern *, relayé par les radios et télévisions locales, s’est permis une blague sur les images vidéo des adolescentes qui fuyaient le lycée les mains sur la tête comme le demandait la police car elle ignorait qui était armé, et fouillait tous ceux qui s’échappaient les seins des filles remuant sous leurs T-shirts et sweat-shirts, des filles de 15, 16, 17 et 18 ans courant pour sauver leur vie après avoir vu leurs camarades se faire tirer dessus. "Eh, vous avez vu certaines de ces poulettes courant avec leurs mains sur la tête ?" lança Howard Stern en riant. "Ces tireurs auraient dz en tirer quelque unes avant de les descendre".

Je n’ai pas peur de "sataniser" les gamins de la "mafia en trench-coat", gothiques et néo-nazis, qui passent leur vie à se plaindre d’être rejetés en enfilant leurs bottes de combat, croix gammées et lunettes noires pour aller à l’école, et qui occupent leurs journées et leurs nuits à vivre leurs fantasmes de revanche sur le net, au cinéma et dans les salles de jeux vidéo. J’ai peur pour les cibles, les enfants, les enseignants, les familles, la communauté. Il ne faut plus craindre de s’opposer à ceux qui, comme Howard Stern ou les prochains "rejetés" en colère sont capables de crier : " Ils l’ont mérité ", en profitant du lâche anonymat d’Internet. Nous avons dépassé le stade du débat, même au sein de cette démocratie désordonnée. Arrêter ce genre de choses, réinstaurer la supervision des adultes dans nos foyers et écoles, arrêter le cancer de ces innombrables armes à feu, faire appliquer la loi sur l’obligation de remisage des armes de chasse et fusils à pompe, rendre illégale la possession d’armes de poing, arrêter ce discours de science-fiction qui consiste à ne pas lier la violence à la douleur et aux pertes. Tout cela est désormais une pure question d’hygiène nationale.

Les lois sur les armes ne seront pas votées. L’Amérique vit aujourd’hui dans un monde désillusionné dans lequel la majorité des citoyens croient au gros mensonge de la NRA : "Ce ne sont pas les armes qui tuent les gens, mais les gens qui tuent les gens." Pendant ce temps, nous massacrons 35000 des nôtres chaque année. Si les pays appartenant à la société post-industrielle de l’information qui recouvrent la " civilisation occidentale " forment une vraie famille de nations, alors l’Amérique doit être clairement perçue comme le beau-frère complètement taré qui refuse de prendre ses médicaments psychiatriques, le parano¥aque désillusionné, la bave au coin de la bouche, qui porte un long trench-coat et des tatouages de croix gammées parce qu’il n’a jamais eu la maturité pour former sa propre personnalité. Et il est, bien szr, armé jusqu’aux dents.

J’aime les Etats-Unis d’Amérique. J’ai honte des Etats-Unis d’Amérique. Je présente mes plus profondes amitiés aux familles des élèves assassinés et de l’enseignant, aux nombreux enfants blessés et aux milliers de familles affectées qui ne se remettront jamais tout à fait de cet acte insensé et inutile.

Dan Simmons, Longmont, Colorado 30 avril 1999

(traduit de l’anglais par Pascal Barollier)

 
Dans la même rubrique

28/11/2003 • 18h33

La Criirad porte plainte contre la Cogema pour avoir diffusé des infos sur les déchets nucléaires

27/11/2003 • 17h14

La Cnil met les"étiquettes intelligentes" sur sa liste noire

26/11/2003 • 18h54

Un observatoire associatif pour lutter contre les inégalités

24/11/2003 • 22h09

EDF refuse d’étudier la résistance de l’EPR à une attaque de type 11-septembre

24/11/2003 • 18h36

La Grèce bannit la biométrie de ses aéroports à un an des Jeux olympiques
Dossier RFID
Les étiquettes "intelligentes"
Dernières infos

28/11/2003 • 19h29

Quand le déclin de la production pétrole mondiale va-t-il débuter ?

28/11/2003 • 19h19

Les réserves de pétrole sont dangereusement surévaluées, dénonce un groupe d’experts

27/11/2003 • 19h01

Un traité onusien veut obliger les belligérants à nettoyer les "résidus explosifs de guerre"

26/11/2003 • 19h06

"The Meatrix", un modèle de dessin animé militant, hilarant et viral

26/11/2003 • 18h47

Pour les Etats-Unis, les essais nucléaires ne sont pas encore de l’histoire ancienne

25/11/2003 • 19h13

Les hébergeurs indépendants ne sont toujours pas responsables, pour l’instant

25/11/2003 • 19h04

Les licences Creative Commons bientôt disponibles en français

24/11/2003 • 18h16

10 000 manifestants réclament la fermeture de la School of Americas

21/11/2003 • 19h36

Deux affaires judiciaires relancent la polémique sur la responsabilité des hébergeurs

21/11/2003 • 19h04

Un anti-raciste poursuivi en justice pour antisémitisme

21/11/2003 • 18h48

Le festival Jonctions confronte art, technologies et éthique

20/11/2003 • 19h28

Un fonctionnaire ne peut utiliser sa messagerie professionnelle à des fins religieuses

20/11/2003 • 19h00

Les technologies de surveillance automatisée tiennent salon au Milipol 2003

20/11/2003 • 18h22

Zouhaïr Yahyaoui libre, les cyberdissidents tunisiens restent harcelés par le régime

20/11/2003 • 16h29

Le site parodique Send Them Back milite pour le renvoi de tous les mp3 "volés" à la RIAA


Contacts |  Haut de page |  Archives
Tous droits réservés | © Transfert.net | Accueil
Logiciels libres |  Confidentialité |  Revue de presse