09 12 2019
Retour a la home
Rubrique Économie
Économie
Rubrique Société
Société
Rubrique Technologies
Technologies
Rubrique Culture
Culture
MOTS CLÉS
 
Tous les mots

DOSSIERS...
 Le projet |  L’équipe |  L’association |  Nos outils  | Actualités |  Sources |  Alertes  
Abonnés : connectez-vous

 
Oubli du mot de passe
TRANSFERT S'ARRETE
Transfert décryptait l'actualité des nouvelles technologies, proposait un fil info quotidien et une série d'outils de veille. Notre agence, refusant toute publicité, dépendait de ses abonnements.
  COPINAGES
Ecoutez Routine.
Protégez-vous.
Chiffre du jour
700 000
dépistages génétiques chaque année en Europe, selon la Commission européenne (...)
Revue de Web
 Lindows harcelé
 Cyberdissidents vietnamiens en appel
 Plus de CO2 = moins d’eau potable
Phrase du jour
"Ce service public que nous assurons a besoin de votre soutien pour perdurer"
L’association Inf’OGM, qui justifie la fin de la gratuité de son bulletin d’information (...)

Dossier
Le nucléaire mis au secret
Dossiers récents
 Racisme en ligne : l’affaire Sos-racaille
 Le fichage des passagers aériens
 La bataille des brevets logiciels
 L’impasse énergétique
 L’hydrogène, une énergie (presque) propre
Tous les dossiers
Spacer
Unes de la semaine

lundi 1er/12 Transfert.net

vendredi 28/11 Économie

jeudi 27/11 Société

mercredi 26/11 Culture

mardi 25/11 Économie

Spacer


25/06/2001 • 19h51

Cyber-criminalité : pourquoi tant de haine ?

Les pays européens se dotent, les uns après les autres, de textes répressifs qui pourraient bien brider l’avenir du Net. Pire, leurs initiateurs sont souvent de bonne foi.

On croirait un concours international : projet de loi sur la société de l’information (PLSI) en France, Regulation of investigatory powers act (RIP act) en Grande-Bretagne, LSI en Espagne, Traité du Conseil de l’Europe sur la cyber-criminalité, Convention de La Haye... Autant de textes qui, sous couvert de favoriser le commerce électronique, tentent de brider l’usage pourtant légitime qui peut être fait du Réseau. Ces projets ou textes sont particulièrement répressifs et traduisent principalement une peur de ce que l’expression publique peut entraîner. À chaque fois, l’identification, le fichage, la surveillance des internautes est au centre du dispositif réglementaire. Pourquoi ? Pour mieux identifier toute personne qui prendrait position contre une entreprise ? Comme un journaliste auteur d’un site parodique de Danone lourdement condamné ? Tout se passe comme si les ...tats souhaitaient donner les moyens aux entreprises de réprimer toute information critique publiée sur un Réseau non maîtrisable et dont elles commencent à saisir l’effet boule de neige...

Il ne s’agit pas de soutenir l’idée que tout peut être dit au nom de la liberté d’expression. Mais plutôt de rappeler que la prise de position responsable, via Internet ou tout autre médium, ne doit pas être criminalisée. Qui s’offusque de ce qui est publié dans les journaux satiriques ? Quelle entreprise demande par mail à ce que soient brûlés tous les anciens numéros d’un journal sous prétexte qu’un article a déplu à la direction de la communication ? C’est pourtant souvent le cas pour les webzines.

Tous pirates !

Pour faire bonne mesure, à côté des vilains utilisateurs de fichiers MP3, les auteurs de ces textes n’hésitent pas à criminaliser tous les script-kiddies du monde. À trop vouloir emprisonner (5 ans dans le PLSI) des enfants qui lancent des attaques de type déni de service ou qui apposent leur tag sur une page d’accueil, il y a un léger risque que les responsables politiques ne semblent pas prendre en considération. Celui de taper sur les lampistes. Car les vrais pirates, ceux qui peuvent avoir une influence sensible sur l’économie ou sur un groupe d’entreprises, ceux-là ne se font pas attraper. Ou moins souvent, tout du moins.

Par ailleurs, l’élaboration de ces textes se fait dans la désorganisation la plus totale en dépit des dénégations des autorités. On trouve ainsi dans le PLSI un article 35 qui précise que la mise à disposition d’un programme permettant de réaliser un délit informatique doit être sanctionnée. Ce dérapage intellectuel avait été modifié dans le projet de Convention du Conseil de l’Europe. En effet, il sera sans doute difficile de mettre Bill Gates en prison sous prétexte qu’il fournit des fenêtres DOS capables de lancer des pings par milliers. Ou de lui reprocher la mise à disposition de chevaux de Troie (pardon, d’outils d’administration à distance), comme c’est le cas de la plupart des sociétés commercialisant des logiciels de sécurité informatique. Ne parlons même pas des protocoles du Réseau qui permettent, en toute légalité, de " faire parler " une machine connectée à Internet à un point qui ferait pâlir n’importe quel auteur de ces textes. C’est un problème qui renvoie à la manière dont le réseau a été construit. Rien à voir avec les pirates. Le problème lié à cet article 35 est par ailleurs terrible pour les auteurs de logiciels libres de sécurité informatique. Car ils ne bénéficieront même pas de la présomption d’innocence accordée - à on ne sait quel titre - aux entreprises du secteur... Et il ne restera plus aux administrateurs et aux responsables sécurité, après l’adoption du PLSI, qu’à tester leurs réseaux avec des incantations chamaniques.

L’obscurité vaut-elle mieux que la lumière ?

Il est par ailleurs probable que ces textes aient un effet contraire au but recherché. À force de rendre mille choses illégales, ceux qui veulent prendre la parole (même de manière responsable) ne le feront plus en public. En d’autres termes, le Web deviendra une vitrine commerciale à peu près aseptisée tandis que de petites communautés se créeront autour de thèmes qui ne plaisent pas forcément aux autorités ou aux entreprises initiatrices de ces textes. La sécurité informatique ne sera plus un sujet partagé et discuté ouvertement. Quelques " élus " se partageront les failles dans la plus grande obscurité. Pourtant, il n’est pas nécessaire d’être commissaire divisionnaire pour comprendre qu’il est plus facile, pour un représentant de l’ordre, de surveiller un groupuscule ayant pignon sur rue, plutôt qu’un groupe terroriste passé dans la clandestinité... Non ?

 
Dans la même rubrique

28/11/2003 • 18h33

La Criirad porte plainte contre la Cogema pour avoir diffusé des infos sur les déchets nucléaires

27/11/2003 • 17h14

La Cnil met les"étiquettes intelligentes" sur sa liste noire

26/11/2003 • 18h54

Un observatoire associatif pour lutter contre les inégalités

24/11/2003 • 22h09

EDF refuse d’étudier la résistance de l’EPR à une attaque de type 11-septembre

24/11/2003 • 18h36

La Grèce bannit la biométrie de ses aéroports à un an des Jeux olympiques
Dossier RFID
Les étiquettes "intelligentes"
Dernières infos

28/11/2003 • 19h29

Quand le déclin de la production pétrole mondiale va-t-il débuter ?

28/11/2003 • 19h19

Les réserves de pétrole sont dangereusement surévaluées, dénonce un groupe d’experts

27/11/2003 • 19h01

Un traité onusien veut obliger les belligérants à nettoyer les "résidus explosifs de guerre"

26/11/2003 • 19h06

"The Meatrix", un modèle de dessin animé militant, hilarant et viral

26/11/2003 • 18h47

Pour les Etats-Unis, les essais nucléaires ne sont pas encore de l’histoire ancienne

25/11/2003 • 19h13

Les hébergeurs indépendants ne sont toujours pas responsables, pour l’instant

25/11/2003 • 19h04

Les licences Creative Commons bientôt disponibles en français

24/11/2003 • 18h16

10 000 manifestants réclament la fermeture de la School of Americas

21/11/2003 • 19h36

Deux affaires judiciaires relancent la polémique sur la responsabilité des hébergeurs

21/11/2003 • 19h04

Un anti-raciste poursuivi en justice pour antisémitisme

21/11/2003 • 18h48

Le festival Jonctions confronte art, technologies et éthique

20/11/2003 • 19h28

Un fonctionnaire ne peut utiliser sa messagerie professionnelle à des fins religieuses

20/11/2003 • 19h00

Les technologies de surveillance automatisée tiennent salon au Milipol 2003

20/11/2003 • 18h22

Zouhaïr Yahyaoui libre, les cyberdissidents tunisiens restent harcelés par le régime

20/11/2003 • 16h29

Le site parodique Send Them Back milite pour le renvoi de tous les mp3 "volés" à la RIAA


Contacts |  Haut de page |  Archives
Tous droits réservés | © Transfert.net | Accueil
Logiciels libres |  Confidentialité |  Revue de presse