16 11 2018
Retour a la home
Rubrique Économie
Économie
Rubrique Société
Société
Rubrique Technologies
Technologies
Rubrique Culture
Culture
MOTS CLÉS
 
Tous les mots

DOSSIERS...
 Le projet |  L’équipe |  L’association |  Nos outils  | Actualités |  Sources |  Alertes  
Abonnés : connectez-vous

 
Oubli du mot de passe
TRANSFERT S'ARRETE
Transfert décryptait l'actualité des nouvelles technologies, proposait un fil info quotidien et une série d'outils de veille. Notre agence, refusant toute publicité, dépendait de ses abonnements.
  COPINAGES
Ecoutez Routine.
Chiffre du jour
700 000
dépistages génétiques chaque année en Europe, selon la Commission européenne (...)
Revue de Web
 Lindows harcelé
 Cyberdissidents vietnamiens en appel
 Plus de CO2 = moins d’eau potable
Phrase du jour
"Ce service public que nous assurons a besoin de votre soutien pour perdurer"
L’association Inf’OGM, qui justifie la fin de la gratuité de son bulletin d’information (...)

Dossier
Le nucléaire mis au secret
Dossiers récents
 Racisme en ligne : l’affaire Sos-racaille
 Le fichage des passagers aériens
 La bataille des brevets logiciels
 L’impasse énergétique
 L’hydrogène, une énergie (presque) propre
Tous les dossiers
Spacer
Unes de la semaine

lundi 1er/12 Transfert.net

vendredi 28/11 Économie

jeudi 27/11 Société

mercredi 26/11 Culture

mardi 25/11 Économie

Spacer


23/04/2001 • 18h14

Condamné, Jeboycottedanone boit du petit lait

Comme on pouvait s’y attendre, jeboycottedanone a été condamné lundi 23 avril à cesser sa "contrefaçon" des marques Danone. Bloqué depuis vendredi, le site se relance sous une autre adresse et pourrait être à nouveau attaqué pour les mêmes motifs.

Le droit des marques est bien un outil efficace pour faire taire les critiques... C’est la conclusion que l’on peut tirer de la décision qu’a rendu, lundi 23 avril, le juge des référés du tribunal de grande instance de Paris. Condamné pour "contrefaçon", le site jeboycottedanone.com doit cesser l’usage des marques Danone, tant dans ses pages que dans son nom de domaine, tant sous la forme de logos que de citations nominatives. Le juge a donné huit jours à Olivier Malnuit, le journaliste-animateur du site, pour obtempérer, sous réserve de 1 000 francs d’amende par jour de retard et l’a condamné à verser 5 000 francs à Danone. Pour jeboycottedanone, "la justice a, pour l’heure, décidé de donner raison à des géants industriels qui empêchent toute forme d’expression et d’information citoyenne les concernant". Michel-Paul Escande, l’avocat de Danone, s’est, lui, félicité d’une décision "juste en droit et équilibrée en faits". Son client a sobrement déclaré "avoir obtenu gain de cause". Sensible et symbolique, l’affaire Danone ne va pourtant pas s’arrêter avec la fin de ce premier épisode juridique.

Ouijeboycottedanone.com

En effet, Emmanuel Pierrat, l’avocat d’Olivier Malnuit, a déjà décidé de se pourvoir en appel pour tenter de renverser le jugement, dans une démarche "pleine d’optimisme et d’illusion". La date de l’audience n’est pas encore fixée. Mais il y a de fortes chances qu’un nouveau site appelant au boycott de Danone sera alors disponible, sous l’adresse jeboycottedanone.net, par exemple. Cet autre nom de domaine a en effet été déposé par le Réseau Voltaire et activé samedi 21 avril, après que le site jeboycottedanone.com ait été interrompu. La veille, la société de dépôt de noms de domaine 7 Ways, citée par Danone dans l’assignation, avait décidé de suspendre le site avant la décision de justice. Motif : elle n’appréciait pas un article mis en ligne sur jeboycottedanone.com. François Collignon, directeur de la registration chez 7 Ways et président de l’association des registrars européens, se justifie : "M. Malnuit a écrit que 7 Ways refusait d’obtempérer aux injonctions de Danone et refuserait de comparaître. Or, nous n’avons jamais eu de contact avec Danone, ni avec M. Malnuit, et nous sommes venus à l’audience." Après avoir tenté de joindre Olivier Malnuit dans la journée, 7 Ways a attendu jusqu’à 21 heures avant de fermer le site pour "mise en cause de la neutralité du registrar". Un cas de figure décrit dans les règlements émis par l’ICANN, l’organisme qui gère l’attribution des noms de domaine. L’avocat d’Olivier Malnuit estime, lui, qu’il s’agit là d’un prétexte et juge l’attitude de 7 Ways "frileuse" dans une affaire où "il faut un certain courage". Mettant ces principes en application, l’avocat a annoncé, avec Olivier Malnuit, le lancement de ouijeboycottedanone.com, qui devrait être légèrement différent de la version originale. "Le site ira au-delà de la simple question du boycott et exposera la politique de communication de Danone, ainsi que les problèmes de droit de la propriété intellectuelle", résume, malicieusement, Pierrat.

Une humeur révolutionnaire

Le fond de l’affaire Danone contre jeboycottedanone est en effet juridique. En attaquant le site contestataire à l’aide du droit des marques et non en diffamation, le yaourtier-biscuitier-limonadier a souligné une exception marquante : il n’est pas possible de citer une marque sans être attaquable. Jusqu’au-boutistes, Malnuit et Pierrat souhaitent donc ouvrir un front de réforme du Code de la propriété intellectuelle : "La décision du juge nous refuse toute exception de citations, que ce soit au nom du droit à l’information ou du droit à la parodie critique. Eh bien, créons-les", propose Pierrat. Lors de la conférence de presse qu’ils tiendront dans le courant de la semaine, l’avocat et son client promettent également de dévoiler les nombreux soutiens politiques ou syndicaux que la "grande émotion" autour de l’affaire n’a pas manqué de susciter. Même s’ils se sentent d’humeur un peu "révolutionnaire", il ne sera pas facile pour les membres de ce front de renverser un état de fait établi en droit depuis le XIXe siècle. L’affaire sera donc encore riche en rebondissements, d’autant plus que Danone estimait, lundi soir, que jeboycottedanone.net et ouijebocottedanone.com devraient "en toute logique" être assignés par le groupe, s’ils se rendent également responsables de "contrefaçon".

Danone:
http://www.danone.com Je boycotte Danone (Réseau Voltaire):
http://www.jeboycottedanone.net 7ways:
http://www.7ways.com Association européenne des registrars:
http://www.co-eur.org
 
Dans la même rubrique

28/11/2003 • 18h33

La Criirad porte plainte contre la Cogema pour avoir diffusé des infos sur les déchets nucléaires

27/11/2003 • 17h14

La Cnil met les"étiquettes intelligentes" sur sa liste noire

26/11/2003 • 18h54

Un observatoire associatif pour lutter contre les inégalités

24/11/2003 • 22h09

EDF refuse d’étudier la résistance de l’EPR à une attaque de type 11-septembre

24/11/2003 • 18h36

La Grèce bannit la biométrie de ses aéroports à un an des Jeux olympiques
Dossier RFID
Les étiquettes "intelligentes"
Dernières infos

28/11/2003 • 19h29

Quand le déclin de la production pétrole mondiale va-t-il débuter ?

28/11/2003 • 19h19

Les réserves de pétrole sont dangereusement surévaluées, dénonce un groupe d’experts

27/11/2003 • 19h01

Un traité onusien veut obliger les belligérants à nettoyer les "résidus explosifs de guerre"

26/11/2003 • 19h06

"The Meatrix", un modèle de dessin animé militant, hilarant et viral

26/11/2003 • 18h47

Pour les Etats-Unis, les essais nucléaires ne sont pas encore de l’histoire ancienne

25/11/2003 • 19h13

Les hébergeurs indépendants ne sont toujours pas responsables, pour l’instant

25/11/2003 • 19h04

Les licences Creative Commons bientôt disponibles en français

24/11/2003 • 18h16

10 000 manifestants réclament la fermeture de la School of Americas

21/11/2003 • 19h36

Deux affaires judiciaires relancent la polémique sur la responsabilité des hébergeurs

21/11/2003 • 19h04

Un anti-raciste poursuivi en justice pour antisémitisme

21/11/2003 • 18h48

Le festival Jonctions confronte art, technologies et éthique

20/11/2003 • 19h28

Un fonctionnaire ne peut utiliser sa messagerie professionnelle à des fins religieuses

20/11/2003 • 19h00

Les technologies de surveillance automatisée tiennent salon au Milipol 2003

20/11/2003 • 18h22

Zouhaïr Yahyaoui libre, les cyberdissidents tunisiens restent harcelés par le régime

20/11/2003 • 16h29

Le site parodique Send Them Back milite pour le renvoi de tous les mp3 "volés" à la RIAA


Contacts |  Haut de page |  Archives
Tous droits réservés | © Transfert.net | Accueil
Logiciels libres |  Confidentialité |  Revue de presse