14 12 2019
Retour a la home
Rubrique Économie
Économie
Rubrique Société
Société
Rubrique Technologies
Technologies
Rubrique Culture
Culture
MOTS CLÉS
 
Tous les mots

DOSSIERS...
 Le projet |  L’équipe |  L’association |  Nos outils  | Actualités |  Sources |  Alertes  
Abonnés : connectez-vous

 
Oubli du mot de passe
TRANSFERT S'ARRETE
Transfert décryptait l'actualité des nouvelles technologies, proposait un fil info quotidien et une série d'outils de veille. Notre agence, refusant toute publicité, dépendait de ses abonnements.
  COPINAGES
Ecoutez Routine.
Protégez-vous.
Chiffre du jour
700 000
dépistages génétiques chaque année en Europe, selon la Commission européenne (...)
Revue de Web
 Lindows harcelé
 Cyberdissidents vietnamiens en appel
 Plus de CO2 = moins d’eau potable
Phrase du jour
"Ce service public que nous assurons a besoin de votre soutien pour perdurer"
L’association Inf’OGM, qui justifie la fin de la gratuité de son bulletin d’information (...)

Dossier
Le nucléaire mis au secret
Dossiers récents
 Racisme en ligne : l’affaire Sos-racaille
 Le fichage des passagers aériens
 La bataille des brevets logiciels
 L’impasse énergétique
 L’hydrogène, une énergie (presque) propre
Tous les dossiers
Spacer
Unes de la semaine

lundi 1er/12 Transfert.net

vendredi 28/11 Économie

jeudi 27/11 Société

mercredi 26/11 Culture

mardi 25/11 Économie

Spacer


22/01/2001 • 19h01

Comment l’UMTS a été bâclé

Les entreprises de télécommunications ont pris leur temps avant de croire à l’Internet mobile. Du coup, les délais de lancement de l’UMTS (Universal Mobile Telecommunications Service) ne seront pas respectés.

En janvier 2002, théoriquement, les Français devraient pouvoir naviguer sur Internet avec leur téléphone cellulaire de "troisième génération" (3G). C’est la date prévue pour le lancement de l’UMTS (Universal Mobile Telecommunications Service) dans toute l’Europe. Elle est inscrite dans les contrats de licence que l’Autorité de régulation des télécommunications (ART) s’apprête à délivrer, en juin prochain, aux quatre opérateurs qui seront sélectionnés pour commercialiser l’UMTS dans l’Hexagone. À noter : la France est le dernier pays parmi les Quinze à attribuer ces licences 3G. Et ce n’est que le début des retards. En effet, même si les opérateurs respectent le calendrier de l’ART dans les formes – campagne de pub, mise en service d’un début de réseau, présentation de quelques applications vedettes – l’UMTS ne sera pas prêt. Bruno Salgues, chercheur à l’Institut national des télécommunications, en veut pour preuve l’état d’impréparation des équipementiers et des fournisseurs de services : "Les mobiles UMTS ? Ils flambent ! Les circuits grillent après quelques minutes de manipulation… Pire encore : j’ai eu entre les mains pour la première fois il y a deux jours un téléphone GPRS, alors qu’Internet mobile deuxième génération est censé fonctionner cette année. Quant aux services… tous ceux que j’ai vu défiler sur le GPRS sont des services WAP." Selon le chercheur, la panoplie réseaux-terminaux-services de l’UMTS ne sera complète qu’en 2010.

Le revirement Internet des télécoms

Et pourtant, les opérateurs mettent déjà les bouchées doubles. Ils ont investi et vont investir de telles sommes dans la téléphonie de troisième génération, qu’ils ont intérêt à commercialiser leur service au plus tôt, pour encaisser les premières rentrées d’argent. La Commission n’est pas non plus étrangère à cette précipitation. C’est elle qui a imposé l’échéance de 2002 pour l’UMTS, espérant qu’ainsi l’Europe devancerait les Etats-Unis dans la mise en œuvre de l’Internet mobile, et comblerait son retard technologique. Mais ce bel entrain n’est sans doute pas suffisant pour respecter le calendrier de la 3G.

En fait, le projet UMTS est victime de ses débuts mouvementés. Longtemps, le monde des télécoms n’a pas cru à Internet, au point de vouloir l’enterrer. En 1995, France Télécom juge qu’il s’agit d’un "réseau sans avenir". La commutation par paquets (le protocole IP) est encore une tocade d’informaticiens. On ne jure que par l’ISDN (Integrated Services Digital Network). C’est un réseau numérique et haut débit commercialisé en France sous la marque Numéris par France Télécom. Mais ce n’est pas de l’Internet. Naturellement, l’UMTS première version est conçu comme un support pour les communications ISDN. Le petit monde des télécoms européen y travaille depuis 1991, dans le cadre d’IMT 2000 (International Mobile Telephone). Ironiquement, cette initiative de l’Union Internationale des Télécommunications devait aboutir à la naissance de la 3G en 2000…

Seulement, en novembre 1997, les grands des télécoms réunis à Rome sous l’égide de l’ETSI (European Telecommunications Standards Institute) réalisent qu’il va falloir composer avec le Réseau. S’ils ne font pas fonctionner les téléphones mobiles sous protocole IP, d’autres le feront à leur place. En novembre, ils décident donc de laisser tomber l’UMTS première version. C’est un désaveu pour l’ETSI, qui s’efface. Désormais, le 3GPP (3G Partnership Project, projet de partenariat 3G) se chargera de coordonner l’effort de standardisation européen.

En 1999, à la conférence d’Helsinki organisée par l’Union internationale des télécommunications, les travaux aboutissent… à la présentation de cinq normes UMTS ! Pas mal, pour un format "universel". En octobre 2000, nouvelle réunion à Québec. L’UIT demande qu’on s’accorde sur trois normes. Sur fond, comme d’habitude, de rivalités entre les ...tats-Unis, l’Europe et le Japon. Non seulement on n’a pas réussi à combattre cet atavisme, mais en plus l’UMTS n’existe toujours pas après neuf ans de réflexion.

L’invention de la 3G

Pendant ce temps, les futurs "mobinautes" s’impatientent. Que faire pour s’accaparer le marché du haut débit sans fil ? Inventer des normes intermédiaires, pardi ! Puisque le GSM fonctionne pas mal, les grands des télécoms intronisent le WAP comme "Internet mobile deuxième génération" et le couplent au réseau-tortillard du début des années 90. Suivant une subtile gradation, les opérateurs mettront ensuite à la disposition des utilisateurs la "téléphonie mobile 2,5G" : au choix, le GPRS (General Packet Radio Service), ou Edge (une autre norme) Il ne reste plus qu’à rebaptiser l’UMTS : "3G". Un peu de baratin, quelques schémas technos, et on en viendrait presque à croire que tout avait été prévu dès le départ…

Les opérateurs, les équipementiers, les organismes de régulation, les fournisseurs de services, et même les banquiers qui financent l’affaire sont donc obligés de croire dur comme fer en l’UMTS – pour la date prévue. Que se passera-t-il en 2002 ? Souvenons-nous du flop du WAP. Voici comment l’explique Paul Amsellem, créateur de la plate-forme mobile phonevalley.com : "Les opérateurs ont mis la pression sur les constructeurs. Ces derniers ont dû installer dans l’urgence des navigateurs WAP sur des terminaux inadaptés. C’était la chronique d’une mort annoncée." L’UMTS semble prendre le même chemin. Erreur fatale.

3GPP:
http://www.3gpp.org Forum UMTS:
http://www.forum-umts.org Union internationale des télécommunications:
http://www.itu.org
 
Dans la même rubrique

28/11/2003 • 19h29

Quand le déclin de la production pétrole mondiale va-t-il débuter ?

28/11/2003 • 19h19

Les réserves de pétrole sont dangereusement surévaluées, dénonce un groupe d’experts

25/11/2003 • 19h13

Les hébergeurs indépendants ne sont toujours pas responsables, pour l’instant

25/11/2003 • 19h04

Les licences Creative Commons bientôt disponibles en français

21/11/2003 • 19h36

Deux affaires judiciaires relancent la polémique sur la responsabilité des hébergeurs
Dossier RFID
Les étiquettes "intelligentes"
Dernières infos

28/11/2003 • 18h33

La Criirad porte plainte contre la Cogema pour avoir diffusé des infos sur les déchets nucléaires

27/11/2003 • 19h01

Un traité onusien veut obliger les belligérants à nettoyer les "résidus explosifs de guerre"

27/11/2003 • 17h14

La Cnil met les"étiquettes intelligentes" sur sa liste noire

26/11/2003 • 19h06

"The Meatrix", un modèle de dessin animé militant, hilarant et viral

26/11/2003 • 18h54

Un observatoire associatif pour lutter contre les inégalités

26/11/2003 • 18h47

Pour les Etats-Unis, les essais nucléaires ne sont pas encore de l’histoire ancienne

24/11/2003 • 22h09

EDF refuse d’étudier la résistance de l’EPR à une attaque de type 11-septembre

24/11/2003 • 18h36

La Grèce bannit la biométrie de ses aéroports à un an des Jeux olympiques

24/11/2003 • 18h16

10 000 manifestants réclament la fermeture de la School of Americas

21/11/2003 • 19h04

Un anti-raciste poursuivi en justice pour antisémitisme

21/11/2003 • 18h48

Le festival Jonctions confronte art, technologies et éthique

20/11/2003 • 19h28

Un fonctionnaire ne peut utiliser sa messagerie professionnelle à des fins religieuses

20/11/2003 • 19h00

Les technologies de surveillance automatisée tiennent salon au Milipol 2003

20/11/2003 • 18h22

Zouhaïr Yahyaoui libre, les cyberdissidents tunisiens restent harcelés par le régime

20/11/2003 • 16h29

Le site parodique Send Them Back milite pour le renvoi de tous les mp3 "volés" à la RIAA


Contacts |  Haut de page |  Archives
Tous droits réservés | © Transfert.net | Accueil
Logiciels libres |  Confidentialité |  Revue de presse