15 11 2019
Retour a la home
Rubrique Économie
Économie
Rubrique Société
Société
Rubrique Technologies
Technologies
Rubrique Culture
Culture
MOTS CLÉS
 
Tous les mots

DOSSIERS...
 Le projet |  L’équipe |  L’association |  Nos outils  | Actualités |  Sources |  Alertes  
Abonnés : connectez-vous

 
Oubli du mot de passe
TRANSFERT S'ARRETE
Transfert décryptait l'actualité des nouvelles technologies, proposait un fil info quotidien et une série d'outils de veille. Notre agence, refusant toute publicité, dépendait de ses abonnements.
  COPINAGES
Ecoutez Routine.
Protégez-vous.
Chiffre du jour
700 000
dépistages génétiques chaque année en Europe, selon la Commission européenne (...)
Revue de Web
 Lindows harcelé
 Cyberdissidents vietnamiens en appel
 Plus de CO2 = moins d’eau potable
Phrase du jour
"Ce service public que nous assurons a besoin de votre soutien pour perdurer"
L’association Inf’OGM, qui justifie la fin de la gratuité de son bulletin d’information (...)

Dossier
Le nucléaire mis au secret
Dossiers récents
 Racisme en ligne : l’affaire Sos-racaille
 Le fichage des passagers aériens
 La bataille des brevets logiciels
 L’impasse énergétique
 L’hydrogène, une énergie (presque) propre
Tous les dossiers
Spacer
Unes de la semaine

lundi 1er/12 Transfert.net

vendredi 28/11 Économie

jeudi 27/11 Société

mercredi 26/11 Culture

mardi 25/11 Économie

Spacer


6/12/2000 • 18h54

Club-Internet : polémique sur la faim et les moyens

son flash
Troisième jour de grève de la faim pour Bruno Lebeau. Ce délégué FO chez Club-Internet veut faire céder la direction sur une question de salaires. Retour sur une étrange affaire.


Bruno Lebeau
Karine Portrait
Il a le visage encore rond et les mains qui tremblent un peu. Bruno Lebeau est fatigué. Ce délégué syndical Force ouvrière, employé au service commercial de Club-Internet, a entamé le 4 décembre une grève de la faim. Qu’il mènera jusqu’au bout. La raison ? Une question de salaires. Depuis mars, la direction des ressources humaines a mis en place un système de primes : 1 200 francs si une moyenne de 80 appels quotidiens est respectée. Dans ce service, la rémunération moyenne est de 8 000 à 9 000 francs brut. Bruno Lebeau réclame donc l’intégration de la prime au salaire fixe.

Négociations interrompues
<script language=JavaScript> = 4 ) // Check for Flash version 4 or greater in Netscape document.write(’’) ; else if ( !(navigator.appName && navigator.appName.indexOf("Netscape")>=0 && navigator.appVersion.indexOf("2.")>=0)) // Netscape 2 will display the IMG tag below so don’t write an extra one document.write(’’) ; //—> <img src="http://www.transfert.net/ancien/fr/cyber_societe/lebeauflash.gif" width=330 height=361 usemap="#lebeauflash" border=0>
Les négociations ont commencé en septembre. Une première réunion officielle s’est tenue début novembre. Une seconde, le jeudi 30 novembre. Ce jour-là, Catherine Dutoya, directrice des ressources humaines, explique pourquoi elle ne peut pas accepter les revendications du syndicaliste. Brune, le regard vif, elle maintient : "Nous pensions qu’intégrer la prime n’était pas la bonne solution." Bruno Lebeau décide alors de suspendre la séance. Une initiative que le jeune homme de trente ans explique ainsi : "Je ne voulais pas qu’ils signent un PV de désaccord qui aurait mis fin aux négociations." En effet, le code du travail est clair : obligation de négocier. Pas de conclure. La DRH s’en défend, elle n’envisageait pas un tel recours : "On s’était donné rendez-vous lundi 4 décembre pour poursuivre les négociations."

Ce lundi 4 décembre, c’est un mail qui prévient l’ensemble du personnel de la boîte : Bruno Lebeau a cessé de s’alimenter. Pour protester. "Démesuré", "choquant", "disproportionné" : le geste n’est pas compris par la direction. "C’est un mode de pression inappropriée et inacceptable. Nous sommes pris en otage", argumente Catherine Dutoya. Bruno Lebeau, lui, se justifie. Il parle de moyen et pas de finalité, de démarche personnelle, et pas syndicale. De stratégie. "Une grève classique n’aurait mené à rien. En 10 jours, le mouvement aurait été cassé. En cessant de m’alimenter, je peux espérer que le grand public s’intéresse à notre situation, que nous prenions du poids. Alors nous pourrons commencer efficacement une grève normale."

Travailler au service commercial n’est effectivement pas une activité de tout repos. Installés dans de grands espaces clairs, casques sur les oreilles, les employés répondent aux appels des clients et des curieux, proposent les dernières offres, trient le courrier, réclamations et abonnements. Un call center tout ce qui a de plus classique et éprouvant. Même la DRH juge ce travail fatigant et stressant. "Mais chez nous, précise t-on très vite, il est possible d’évoluer." Une partie des salariés louent l’ambiance plutôt agréable qui règne sur leur lieu de travail. Mais dans la salle de pause, d’autres parlent aussi de "supérieur tatillon, de "pression", et de cette prime de 1 200 francs impossible à avoir sans travailler "gratuitement" au-delà des horaires. Pourtant, les avis restent partagés sur la démarche. Certains soutiennent la grève de la faim, y voient un geste courageux et au service des conditions de travail ; d’autres condamnent : "On n’a pas le droit de se mettre ainsi en danger." Beaucoup comprennent les motifs de l’action mais pas la méthode. "C’est une bonne cause, mais je ne peux pas approuver ce genre de chose."

CFDT opposée

Le délégué FO ne pourra en tout cas pas compter sur le soutien de la CFDT. Thierry Bonnet, délégué de la centrale de Nicole Notat, a un discours on ne peut plus mesuré : "Le harcèlement moral ? Juste lui [Bruno Lebeau] et quelques personnes qui ont des problèmes avec leur supérieur. L’augmentation des salaires ? Ce n’était pas le moment." Et le coup final : "Bruno en fait plus qu’il n’en faut. On en arrive même à ne pas parler de certaines choses devant lui pour ne pas qu’il les monte en épingle. Surtout qu’il cantonne son rôle à son service : si l’avantage n’est pas intéressant pour son service, personne ne devrait l’avoir. "

Reste l’acte, désespéré. Bruno Lebeau prend son rôle à cœur. Prêt, dit-il, à aller jusqu’au bout. Même s’il dit "ne pas vouloir être martyr, ni héros", il en endosse les habits. Monte le ton devant la direction, s’énerve quand le chef du personnel s’adresse à lui. Plus le temps passe, plus l’issue s’avère difficile à envisager.

Le site de Bruno Lebeau:
http://foclub.iespana.es
 
Dans la même rubrique

28/11/2003 • 18h33

La Criirad porte plainte contre la Cogema pour avoir diffusé des infos sur les déchets nucléaires

27/11/2003 • 17h14

La Cnil met les"étiquettes intelligentes" sur sa liste noire

26/11/2003 • 18h54

Un observatoire associatif pour lutter contre les inégalités

24/11/2003 • 22h09

EDF refuse d’étudier la résistance de l’EPR à une attaque de type 11-septembre

24/11/2003 • 18h36

La Grèce bannit la biométrie de ses aéroports à un an des Jeux olympiques
Dossier RFID
Les étiquettes "intelligentes"
Dernières infos

28/11/2003 • 19h29

Quand le déclin de la production pétrole mondiale va-t-il débuter ?

28/11/2003 • 19h19

Les réserves de pétrole sont dangereusement surévaluées, dénonce un groupe d’experts

27/11/2003 • 19h01

Un traité onusien veut obliger les belligérants à nettoyer les "résidus explosifs de guerre"

26/11/2003 • 19h06

"The Meatrix", un modèle de dessin animé militant, hilarant et viral

26/11/2003 • 18h47

Pour les Etats-Unis, les essais nucléaires ne sont pas encore de l’histoire ancienne

25/11/2003 • 19h13

Les hébergeurs indépendants ne sont toujours pas responsables, pour l’instant

25/11/2003 • 19h04

Les licences Creative Commons bientôt disponibles en français

24/11/2003 • 18h16

10 000 manifestants réclament la fermeture de la School of Americas

21/11/2003 • 19h36

Deux affaires judiciaires relancent la polémique sur la responsabilité des hébergeurs

21/11/2003 • 19h04

Un anti-raciste poursuivi en justice pour antisémitisme

21/11/2003 • 18h48

Le festival Jonctions confronte art, technologies et éthique

20/11/2003 • 19h28

Un fonctionnaire ne peut utiliser sa messagerie professionnelle à des fins religieuses

20/11/2003 • 19h00

Les technologies de surveillance automatisée tiennent salon au Milipol 2003

20/11/2003 • 18h22

Zouhaïr Yahyaoui libre, les cyberdissidents tunisiens restent harcelés par le régime

20/11/2003 • 16h29

Le site parodique Send Them Back milite pour le renvoi de tous les mp3 "volés" à la RIAA


Contacts |  Haut de page |  Archives
Tous droits réservés | © Transfert.net | Accueil
Logiciels libres |  Confidentialité |  Revue de presse