24 01 2020
Retour a la home
Rubrique Économie
Économie
Rubrique Société
Société
Rubrique Technologies
Technologies
Rubrique Culture
Culture
MOTS CLÉS
 
Tous les mots

DOSSIERS...
 Le projet |  L’équipe |  L’association |  Nos outils  | Actualités |  Sources |  Alertes  
Abonnés : connectez-vous

 
Oubli du mot de passe
TRANSFERT S'ARRETE
Transfert décryptait l'actualité des nouvelles technologies, proposait un fil info quotidien et une série d'outils de veille. Notre agence, refusant toute publicité, dépendait de ses abonnements.
  COPINAGES
Ecoutez Routine.
Protégez-vous.
Chiffre du jour
700 000
dépistages génétiques chaque année en Europe, selon la Commission européenne (...)
Revue de Web
 Lindows harcelé
 Cyberdissidents vietnamiens en appel
 Plus de CO2 = moins d’eau potable
Phrase du jour
"Ce service public que nous assurons a besoin de votre soutien pour perdurer"
L’association Inf’OGM, qui justifie la fin de la gratuité de son bulletin d’information (...)

Dossier
Le nucléaire mis au secret
Dossiers récents
 Racisme en ligne : l’affaire Sos-racaille
 Le fichage des passagers aériens
 La bataille des brevets logiciels
 L’impasse énergétique
 L’hydrogène, une énergie (presque) propre
Tous les dossiers
Spacer
Unes de la semaine

lundi 1er/12 Transfert.net

vendredi 28/11 Économie

jeudi 27/11 Société

mercredi 26/11 Culture

mardi 25/11 Économie

Spacer


5/09/2001 • 18h32

Chez Steria, on empêche de filtrer en rond

Depuis quelques mois, un bras de fer oppose la section CGT de la SSII Steria et la direction à propos de l’utilisation du Web et des messageries électroniques par le syndicat et les employés. Interview du délégué syndical central de l’entreprise, Hocine Chemlal.

Chez Steria, une importante société de services et d’ingénierie informatique (SSII), les salariés disposent depuis des années d’un accès au Net et d’un Intranet, mais aucune information ne filtre sur les moyens de surveillance électronique utilisés par la direction. En avril 2001, Hocine Chemlal, délégué syndical CGT, se voyait sanctionné pour avoir envoyé deux e-mails d’information syndicale ; en mai, les salariés de la société découvraient qu’ils ne pouvaient plus accéder à certains sites en ligne... Entre autres, celui de la CGT. Depuis, des négociations sont en cours entre les représentants de la CGT et la direction, sur une réglementation de l’usage d’Internet par les syndicats. Mais l’échange s’annonce déjà difficile compte tenu des réticences de la direction à informer son personnel. Hocine Chemlal, fait le point sur les tractations. Interview.

Où en êtes-vous des négociations avec la direction ?

La direction veut bien discuter d’une réglementation de l’usage d’Internet, c’est-à-dire qu’elle entend nous laisser un accès limité à l’Intranet. Nous pourrons nous en servir mais sans avoir le droit de communiquer avec les salariés par l’intermédiaire de cet affichage virtuel. Ce n’est pas du tout ce que nous voulons, au contraire. L’Intranet doit pouvoir servir de relais d’information entre syndicat et salariés, ce qui nous est pour l’instant interdit. C’est d’ailleurs pourquoi en avril, j’ai eu recours à l’e-mail pour faire passer des informations aux salariés avant d’être sanctionné. Or, il faut bien comprendre que l’e-mail est devenu le moyen le plus efficace pour informer les salariés de l’entreprise. Steria compte environ 5 000 personnes et 80 % d’entre elles sont dispersées dans toute la France chez nos clients. Dans cette configuration, la distribution de tracts a peu d’impact, il faut nous adapter aux nouveaux moyens de communication. Ce que la société ne tient pas à faire, excepté peut-être pour surveiller ses salariés.

Quels sont les moyens utilisés par l’entreprise pour contrôler l’usage d’Internet par les salariés ?

Actuellement, il n’y en a pas. Enfin, d’après ce que nous a dit la direction. Le logiciel de filtrage, qui avait été mis en place en mai 2001, a été suspendu par la direction début juillet au prétexte qu’il s’agissait d’un simple test. Je pense que c’est en partie dû à notre contestation. Ce filtrage a été mis en place au moyen du logiciel Websense pour limiter le surf des salariés. Nous nous en sommes rendu compte car certains employés nous ont alerté. Ils ne pouvaient plus accéder à certains sites comme ceux des supermarchés en ligne. Le site de la CGT était lui aussi inaccessible. Quand on essayait de s’y connecter le serveur renvoyait le message "identifié dans la catégorie activiste". Par contre, les sites pornographiques et des sites comme celui du Hezbollah ou de l’ETA n’étaient pas bloqués... Nous avons donc écrit une déclaration, que nous avons présentée au comité d’entreprise à la fin du mois de juin, pour informer les salariés du groupe. Mais la direction et le comité d’entreprise, dont les représentants appartiennent en majorité à la CGC regroupée avec les listes indépendantes, a refusé de transmettre cette déclaration au personnel. D’après la loi, la direction n’a pas l’obligation d’informer les salariés de ce qui se dit au CE. Donc pour l’instant, nous avons peu de moyens de faire passer notre message, mis à part celui d’expliquer nos revendications autant qu’on le peut aux salariés et de mettre le débat sur la place publique.

Les négociations que vous menez aujourd’hui avec la direction portent-elle aussi sur la surveillance du surf des salariés ?

La direction ne semble pas vouloir aborder la question pour l’instant. Mais, nous, nous voulons évidemment la mise en place d’une charte de réglementation autour de l’utilisation d’Internet et des messageries électroniques. Nous voulons savoir dans quelle mesure ce logiciel, mis en place un temps par la direction, peut tracer le surf des employés, quel est le prestataire qui a été chargé de la mise en place du système, si ce traitement des données a été déclaré à la CNIL, quelles sont les fonctionnalités de ce produit etc. C’est toutes ces demandes qui étaient contenues dans la déclaration que nous n’avons pas été autorisée à diffuser aux salariés.

Quels sont alors aujourd’hui vos moyens d’action ?

D’une part, nous continuons les négociations avec la direction en espérant obtenir plus de transparence. D’autre part, nous voulons obtenir une décision de justice concernant les e-mails syndicaux. Une audience devant le tribunal des prud’hommes aura lieu en mars, concernant la sanction dont j’ai fait l’objet (un avertissement officiel de la part de la direction) pour avoir envoyé deux e-mails aux employés. Sachant que je n’ai même pas utilisé le matériel de l’entreprise pour envoyer ces messages, ils sont partis depuis les ordinateurs de la fédération CGT. Donc, si nous obtenons du tribunal qu’il admette la non justification de cette sanction, ce sera une façon de nous reconnaître le droit d’user d’une messagerie électronique pour les informations syndicales. Cette utilisation pourra ensuite, bien sûr, être réglementée pour ne pas encombrer les serveurs de l’entreprise. Mais nous n’en sommes pas encore là.

Site de la délégation CGT de Steria:
http://www.cgtsteria.fr.st/
 
Dans la même rubrique

28/11/2003 • 18h33

La Criirad porte plainte contre la Cogema pour avoir diffusé des infos sur les déchets nucléaires

27/11/2003 • 17h14

La Cnil met les"étiquettes intelligentes" sur sa liste noire

26/11/2003 • 18h54

Un observatoire associatif pour lutter contre les inégalités

24/11/2003 • 22h09

EDF refuse d’étudier la résistance de l’EPR à une attaque de type 11-septembre

24/11/2003 • 18h36

La Grèce bannit la biométrie de ses aéroports à un an des Jeux olympiques
Dossier RFID
Les étiquettes "intelligentes"
Dernières infos

28/11/2003 • 19h29

Quand le déclin de la production pétrole mondiale va-t-il débuter ?

28/11/2003 • 19h19

Les réserves de pétrole sont dangereusement surévaluées, dénonce un groupe d’experts

27/11/2003 • 19h01

Un traité onusien veut obliger les belligérants à nettoyer les "résidus explosifs de guerre"

26/11/2003 • 19h06

"The Meatrix", un modèle de dessin animé militant, hilarant et viral

26/11/2003 • 18h47

Pour les Etats-Unis, les essais nucléaires ne sont pas encore de l’histoire ancienne

25/11/2003 • 19h13

Les hébergeurs indépendants ne sont toujours pas responsables, pour l’instant

25/11/2003 • 19h04

Les licences Creative Commons bientôt disponibles en français

24/11/2003 • 18h16

10 000 manifestants réclament la fermeture de la School of Americas

21/11/2003 • 19h36

Deux affaires judiciaires relancent la polémique sur la responsabilité des hébergeurs

21/11/2003 • 19h04

Un anti-raciste poursuivi en justice pour antisémitisme

21/11/2003 • 18h48

Le festival Jonctions confronte art, technologies et éthique

20/11/2003 • 19h28

Un fonctionnaire ne peut utiliser sa messagerie professionnelle à des fins religieuses

20/11/2003 • 19h00

Les technologies de surveillance automatisée tiennent salon au Milipol 2003

20/11/2003 • 18h22

Zouhaïr Yahyaoui libre, les cyberdissidents tunisiens restent harcelés par le régime

20/11/2003 • 16h29

Le site parodique Send Them Back milite pour le renvoi de tous les mp3 "volés" à la RIAA


Contacts |  Haut de page |  Archives
Tous droits réservés | © Transfert.net | Accueil
Logiciels libres |  Confidentialité |  Revue de presse