22 11 2019
Retour a la home
Rubrique Économie
Économie
Rubrique Société
Société
Rubrique Technologies
Technologies
Rubrique Culture
Culture
MOTS CLÉS
 
Tous les mots

DOSSIERS...
 Le projet |  L’équipe |  L’association |  Nos outils  | Actualités |  Sources |  Alertes  
Abonnés : connectez-vous

 
Oubli du mot de passe
TRANSFERT S'ARRETE
Transfert décryptait l'actualité des nouvelles technologies, proposait un fil info quotidien et une série d'outils de veille. Notre agence, refusant toute publicité, dépendait de ses abonnements.
  COPINAGES
Ecoutez Routine.
Protégez-vous.
Chiffre du jour
700 000
dépistages génétiques chaque année en Europe, selon la Commission européenne (...)
Revue de Web
 Lindows harcelé
 Cyberdissidents vietnamiens en appel
 Plus de CO2 = moins d’eau potable
Phrase du jour
"Ce service public que nous assurons a besoin de votre soutien pour perdurer"
L’association Inf’OGM, qui justifie la fin de la gratuité de son bulletin d’information (...)

Dossier
Le nucléaire mis au secret
Dossiers récents
 Racisme en ligne : l’affaire Sos-racaille
 Le fichage des passagers aériens
 La bataille des brevets logiciels
 L’impasse énergétique
 L’hydrogène, une énergie (presque) propre
Tous les dossiers
Spacer
Unes de la semaine

lundi 1er/12 Transfert.net

vendredi 28/11 Économie

jeudi 27/11 Société

mercredi 26/11 Culture

mardi 25/11 Économie

Spacer


19/10/2000 • 17h47

Chez France Télécom, le surf gratuit se paie

Depuis le 1er septembre, France Télécom offre 20 heures par mois de surf gratuit à ses salariés. En échange d’engagements très contestés par les syndicats.

France Télécom n’est pas une société comme les autres. France Télécom est une netcompagnie. Dans un document interne distribué aux salariés, la définition est écrite noir sur blanc : "Une netcompagnie est bien plus qu’une société qui vend des accès à Internet ; une netcompagnie intègre les outils Internet et intranet dans son mode de fonctionnement." Tout un programme.

Et quand des employés travaillent dans une netcompagnie, ils deviennent des "net compagnons" à qui la direction propose un accès gratuit à Internet et à l’intranet de la société. Objectif : "Parler 3 fois plus Net."

Une personne - qui souhaite garder l’anonymat - nous a envoyé la convention qui régit cette offre. En la signant, le salarié s’engage à perfectionner ses connaissances, participer à des enquêtes ou des expérimentations sur l’usage du Net, respecter l’image externe de France Telecom et se soucier de la sécurité des outils et des données de France Telecom. En échange, la "ligne managériale" suivra, conseillera et guidera son salarié dans cette belle aventure. "Gagnant-gagnant", selon la formule de l’opérateur. Porte-parole de France Telecom, Bruno Janet explique : "Notre objectif est de démocratiser l’Internet. Le Net imprègne toutes nos activités et nous voulons que nos salariés soient à la fois les artisans et les bénéficiaires de cette mutation."

Vie professionnelle / vie privée

Cette offre a été proposée sans concertation avec les syndicats, qui demandent maintenant des précisions sur certaines clauses du contrat. Contacté par Transfert, Rémi Claudet, secrétaire fédéral Ile-de-France de Sud Telecom s’inquiète : "Les engagements demandés au salarié sont très flous et peuvent être interprétés n’importe comment. Nous avons demandé des précisions, mais bien sûr, nous ne serons reçus que fin novembre."

Et il y en a des interrogations. Que signifie, par exemple, "accepter de se perfectionner" ? Rémi Claudet ébauche une réponse : "L’intérêt est grand pour FT de pousser les salariés à faire chez eux ce qu’ils n’ont plus le temps de faire au bureau : prendre connaissance des nouveaux produits à promouvoir ou poser des congés. En fait, c’est peu à peu gommer la frontière entre vie privée et vie professionnelle." Bien que rentré chez lui, le "netcompagnon", connecté par Wanadoo et lié par les engagements qu’il a signés, reste dans le giron de l’entreprise. Du cyberpaternalisme ? On peut se poser la question lorsqu’on lit cette phrase : "Grâce à ces offres, tous les salariés de FT peuvent devenir des ambassadeurs d’Internet." France Telecom nie toute mauvaise intention. Patrick Thielemans, responsable presse, précise : "En ce qui concerne le perfectionnement, libre aux salariés de choisir les modules de formation proposés. Il n’y a aucune obligation. Sur les enquêtes [concernant l’usage d’Internet, ndlr] également, c’est sur la base du volontariat."

Clause de moralité ?

L’entreprise se réserve quand même le droit d’utiliser les éléments recueillis pour améliorer ses offres commerciales. Autre point d’interrogation des syndicats, la clause "Respecter l’image externe de France Telecom" Bruno Janet s’offusque, il ne comprend pas en quoi cette phrase est ambiguë. "Respecter l’image externe ? C’est respecter les valeurs et l’éthique de l’entreprise comme, par exemple, ne pas diffuser d’information à caractère raciste ou diffamatoire." Point-barre. Mais que se passera-t-il si un employé de France Télécom utilise la connexion, fournie par l’entreprise, pour éditer un site personnel un peu porno ? Ou politique ? Ou vantant une secte ? Ethique ou pas éthique ? Qui fixera ce qui est acceptable et ce qui ne l’est pas ? Pas facile d’édicter des clauses morales pour ce qui ne releve que d’une connexion Internet...

1 124 000 abonnés à Wanadoo en France

152 346 employés en France

14 000 souscripteurs à l’offre 20 heures gratuites

Offre complémentaire…

L’offre "net compagnon" prévoit aussi que ceux qui ne disposent pas de PC puisse obtenir un poste pour 149 francs par mois pendant trois ans. Et dans le Sud-Ouest, la direction a eu une idée formidable : 3 000 francs de déduction sur l’achat du PC. En échange, un engagement de l’agent "à s’investir dans la diffusion et la banalisation d’Internet par sa participation à des manifestations organisées par l’agence sur son temps libre, 2 à 3 fois par an et pour une durée de trois ans." Joëlle Roeye, responsable Télécom CGT s’enflamme : "Si on fait le calcul, ça fait 333 francs la journée de travail  ! Qu’il y ait des conditions, c’est tout à fait normal, mais elles ne doivent pas s’inscrire, comme c’est le cas ici, dans une démarche de travail supplémentaire."

Le site de France Télécom
http://www.francetelecom.fr Le site du syndicat SUD
http://www.sudptt.fr Le site de la CGT
http://www.cgt.fr Le tract de Sud:
http://perso.wanadoo.fr/sudbearn/te...
 
Dans la même rubrique

28/11/2003 • 18h33

La Criirad porte plainte contre la Cogema pour avoir diffusé des infos sur les déchets nucléaires

27/11/2003 • 17h14

La Cnil met les"étiquettes intelligentes" sur sa liste noire

26/11/2003 • 18h54

Un observatoire associatif pour lutter contre les inégalités

24/11/2003 • 22h09

EDF refuse d’étudier la résistance de l’EPR à une attaque de type 11-septembre

24/11/2003 • 18h36

La Grèce bannit la biométrie de ses aéroports à un an des Jeux olympiques
Dossier RFID
Les étiquettes "intelligentes"
Dernières infos

28/11/2003 • 19h29

Quand le déclin de la production pétrole mondiale va-t-il débuter ?

28/11/2003 • 19h19

Les réserves de pétrole sont dangereusement surévaluées, dénonce un groupe d’experts

27/11/2003 • 19h01

Un traité onusien veut obliger les belligérants à nettoyer les "résidus explosifs de guerre"

26/11/2003 • 19h06

"The Meatrix", un modèle de dessin animé militant, hilarant et viral

26/11/2003 • 18h47

Pour les Etats-Unis, les essais nucléaires ne sont pas encore de l’histoire ancienne

25/11/2003 • 19h13

Les hébergeurs indépendants ne sont toujours pas responsables, pour l’instant

25/11/2003 • 19h04

Les licences Creative Commons bientôt disponibles en français

24/11/2003 • 18h16

10 000 manifestants réclament la fermeture de la School of Americas

21/11/2003 • 19h36

Deux affaires judiciaires relancent la polémique sur la responsabilité des hébergeurs

21/11/2003 • 19h04

Un anti-raciste poursuivi en justice pour antisémitisme

21/11/2003 • 18h48

Le festival Jonctions confronte art, technologies et éthique

20/11/2003 • 19h28

Un fonctionnaire ne peut utiliser sa messagerie professionnelle à des fins religieuses

20/11/2003 • 19h00

Les technologies de surveillance automatisée tiennent salon au Milipol 2003

20/11/2003 • 18h22

Zouhaïr Yahyaoui libre, les cyberdissidents tunisiens restent harcelés par le régime

20/11/2003 • 16h29

Le site parodique Send Them Back milite pour le renvoi de tous les mp3 "volés" à la RIAA


Contacts |  Haut de page |  Archives
Tous droits réservés | © Transfert.net | Accueil
Logiciels libres |  Confidentialité |  Revue de presse