04 07 2020
Retour a la home
Rubrique Économie
Économie
Rubrique Société
Société
Rubrique Technologies
Technologies
Rubrique Culture
Culture
MOTS CLÉS
 
Tous les mots

DOSSIERS...
 Le projet |  L’équipe |  L’association |  Nos outils  | Actualités |  Sources |  Alertes  
Abonnés : connectez-vous

 
Oubli du mot de passe
TRANSFERT S'ARRETE
Transfert décryptait l'actualité des nouvelles technologies, proposait un fil info quotidien et une série d'outils de veille. Notre agence, refusant toute publicité, dépendait de ses abonnements.
  COPINAGES
Ecoutez Routine.
Protégez-vous.
Auditez votre cybersécurité.
Chiffre du jour
700 000
dépistages génétiques chaque année en Europe, selon la Commission européenne (...)
Revue de Web
 Lindows harcelé
 Cyberdissidents vietnamiens en appel
 Plus de CO2 = moins d’eau potable
Phrase du jour
"Ce service public que nous assurons a besoin de votre soutien pour perdurer"
L’association Inf’OGM, qui justifie la fin de la gratuité de son bulletin d’information (...)

Dossier
Le nucléaire mis au secret
Dossiers récents
 Racisme en ligne : l’affaire Sos-racaille
 Le fichage des passagers aériens
 La bataille des brevets logiciels
 L’impasse énergétique
 L’hydrogène, une énergie (presque) propre
Tous les dossiers
Spacer
Unes de la semaine

lundi 1er/12 Transfert.net

vendredi 28/11 Économie

jeudi 27/11 Société

mercredi 26/11 Culture

mardi 25/11 Économie

Spacer


18/01/2002 • 18h25

” Changer les règles du Net, c’est tuer la poule aux œufs d’or ”

Le chapitre français de l’Internet Society lance un " comité d’études sur les monopoles sur les standards ", destiné à mettre en lumière les stratégies commerciales aboutissant à restreindre la liberté sur le réseau. Entretien avec Bernard Lang, membre du groupe.

Votre comité d’études dit s’adresser aux gouvernants. Pourquoi ?

Parce que le problème que nous soulevons est politique avant toute chose. Il concerne l’évolution du Net et le développement de la propriété intellectuelle. Nous voulons pointer les dangers qui menacent l’ouverture du réseau.

Quels sont-ils ?

Je ne vais pas vous dévoiler les conclusions du comité alors qu’il ne s’est même pas encore réuni... Mais personnellement, je pense qu’il est, par exemple, indispensable de maintenir le principe du " bout en bout " qui a présidé à la création du réseau. Autrement dit, l’intelligence doit être aux extrémités, les câbles se contentant de transporter des paquets de données sans se soucier de ce qu’il y a dedans. Si on commence à modifier le réseau en favorisant les protocoles de communication liés à certaines applications au risque d’en bloquer d’autres, ou en enlevant la capacité à certains utilisateurs d’être émetteurs, alors on nuira gravement à l’innovation.

Pourquoi cette inquiétude ?

Le modèle AOL, par exemple, est fondé sur un réseau privé qui propose un accès au web. Il entre en contradiction avec l’esprit d’Internet en créant artificiellement une asymétrie, puisque ses utilisateurs ne peuvent pas avoir accès à toutes les applications du Net. Mais bien au-delà, il s’agit du contrôle que des grands groupes cherchent à exercer sur les protocoles et les standards. Le W3C [World Wide Web consortium, organisme de standardisation du web, qui regroupe des ingénieurs des principales entreprises du secteur NDLR], a connu très récemment une offensive visant à lui faire reconnaître des technologies brevetées comme standards. Or, breveter un standard équivaut à rançonner le marché. C’est absurde : la valeur d’un standard tient beaucoup plus au nombre de ses utilisateurs qu’à la qualité des techniques utilisées. Par ailleurs, le même W3C rencontre des difficultés pour mener à bien la mise au point d’une norme liée au XML [langage de description des données mises en ligne NDLR] parce qu’elle fait l’objet d’un brevet.

Quel rôle peuvent jouer les Etats que vous voulez interpeller ?

Il y a ce qu’ils peuvent faire et ce qu’ils peuvent dire. Autrement dit, leur action en tant qu’utilisateurs —refuser de se servir de logiciels qui ne respectent pas certaines règles— et leur action en tant que législateurs. Dans ce cadre, ils peuvent orienter des choix techniques qui ont des conséquences politiques sur l’organisation sociale. C’est une réflexion dans l’esprit des théories de Lawrence Lessig selon qui l’architecture technique du réseau est politique. D’ailleurs il ne faut pas croire que l’Internet tel qu’il existe est tombé comme ça au milieu de nulle part. Initié dans les années 1950, il a pris, par ses qualités propres, l’ascendant sur d’autres types de réseaux privés. Ses fondateurs avaient mûrement réfléchi aux principes qui devaient le régir, fondés essentiellement sur une architecture de communication ouverte permettant aux personnes d’innover et de collaborer. Ça a été un vecteur de croissance. Or ce ne sont pas les entreprises qui ont fait cela. Si elles changent les règles, elles risquent aussi de tuer la poule aux œufs d’or.

Mais si l’architecture du Net est notamment entre les mains d’organismes composés d’ingénieurs, comme l’IETF ou le W3C, que faut-il faire ? Y ajouter une composante politique ?

On ne va pas envoyer des députés au W3C. C’est évident. Mais je pense que ces organismes, qui fonctionnaient très bien jusqu’à présent, devraient se conformer à des principes constitutionnels correspondant à un intérêt général pour éviter toute dérive qui y soit contraire.

Vous demandez aux gouvernements, d’une certaine manière, de prendre leurs distances avec les industriels du logiciel. Mais c’est un lobby puissant...

Ça n’est pas pour autant qu’ils représentent l’intérêt du pays. Ce sont les PME, qui stimulent l’économie d’un pays...

Votre groupe d’études comporte quatre membres fondateurs. N’est-ce pas un peu léger pour une problématique aussi large ?

Nous n’allons pas travailler tout seuls. Nous espérons faire collaborer beaucoup d’autres personnes venant d’horizons divers. Il y a des tas de groupes qui agissent sur des questions liées, comme l’Internet solidaire ou les logiciels libres. Mais il manque un mouvement qui se préoccupe, en priorité, du rôle de la technique dans le politique.

Le site de l’Isoc France
http://WWW.isocfrance.org
 
Dans la même rubrique

28/11/2003 • 18h33

La Criirad porte plainte contre la Cogema pour avoir diffusé des infos sur les déchets nucléaires

27/11/2003 • 17h14

La Cnil met les"étiquettes intelligentes" sur sa liste noire

26/11/2003 • 18h54

Un observatoire associatif pour lutter contre les inégalités

24/11/2003 • 22h09

EDF refuse d’étudier la résistance de l’EPR à une attaque de type 11-septembre

24/11/2003 • 18h36

La Grèce bannit la biométrie de ses aéroports à un an des Jeux olympiques
Dossier RFID
Les étiquettes "intelligentes"
Dernières infos

28/11/2003 • 19h29

Quand le déclin de la production pétrole mondiale va-t-il débuter ?

28/11/2003 • 19h19

Les réserves de pétrole sont dangereusement surévaluées, dénonce un groupe d’experts

27/11/2003 • 19h01

Un traité onusien veut obliger les belligérants à nettoyer les "résidus explosifs de guerre"

26/11/2003 • 19h06

"The Meatrix", un modèle de dessin animé militant, hilarant et viral

26/11/2003 • 18h47

Pour les Etats-Unis, les essais nucléaires ne sont pas encore de l’histoire ancienne

25/11/2003 • 19h13

Les hébergeurs indépendants ne sont toujours pas responsables, pour l’instant

25/11/2003 • 19h04

Les licences Creative Commons bientôt disponibles en français

24/11/2003 • 18h16

10 000 manifestants réclament la fermeture de la School of Americas

21/11/2003 • 19h36

Deux affaires judiciaires relancent la polémique sur la responsabilité des hébergeurs

21/11/2003 • 19h04

Un anti-raciste poursuivi en justice pour antisémitisme

21/11/2003 • 18h48

Le festival Jonctions confronte art, technologies et éthique

20/11/2003 • 19h28

Un fonctionnaire ne peut utiliser sa messagerie professionnelle à des fins religieuses

20/11/2003 • 19h00

Les technologies de surveillance automatisée tiennent salon au Milipol 2003

20/11/2003 • 18h22

Zouhaïr Yahyaoui libre, les cyberdissidents tunisiens restent harcelés par le régime

20/11/2003 • 16h29

Le site parodique Send Them Back milite pour le renvoi de tous les mp3 "volés" à la RIAA


Contacts |  Haut de page |  Archives
Tous droits réservés | © Transfert.net | Accueil
Logiciels libres |  Confidentialité |  Revue de presse