12 12 2019
Retour a la home
Rubrique Économie
Économie
Rubrique Société
Société
Rubrique Technologies
Technologies
Rubrique Culture
Culture
MOTS CLÉS
 
Tous les mots

DOSSIERS...
 Le projet |  L’équipe |  L’association |  Nos outils  | Actualités |  Sources |  Alertes  
Abonnés : connectez-vous

 
Oubli du mot de passe
TRANSFERT S'ARRETE
Transfert décryptait l'actualité des nouvelles technologies, proposait un fil info quotidien et une série d'outils de veille. Notre agence, refusant toute publicité, dépendait de ses abonnements.
  COPINAGES
Ecoutez Routine.
Protégez-vous.
Chiffre du jour
700 000
dépistages génétiques chaque année en Europe, selon la Commission européenne (...)
Revue de Web
 Lindows harcelé
 Cyberdissidents vietnamiens en appel
 Plus de CO2 = moins d’eau potable
Phrase du jour
"Ce service public que nous assurons a besoin de votre soutien pour perdurer"
L’association Inf’OGM, qui justifie la fin de la gratuité de son bulletin d’information (...)

Dossier
Le nucléaire mis au secret
Dossiers récents
 Racisme en ligne : l’affaire Sos-racaille
 Le fichage des passagers aériens
 La bataille des brevets logiciels
 L’impasse énergétique
 L’hydrogène, une énergie (presque) propre
Tous les dossiers
Spacer
Unes de la semaine

lundi 1er/12 Transfert.net

vendredi 28/11 Économie

jeudi 27/11 Société

mercredi 26/11 Culture

mardi 25/11 Économie

Spacer


22/02/2001 • 21h16

Cartes bancaires : Bercy reprend la main

Le ministère des Finances remet de l’ordre dans le secteur des systèmes de paiement et annonce que la Banque de France supervisera désormais la sécurité des cartes de paiement. La Banque centrale a finalement eu gain de cause au détriment du GIE Cartes Bancaires.


©PP/transfert
Un véritable rappel à l’ordre. Le train de mesures, annoncé mercredi 22 février par le ministère de l’...conomie et des Finances, ressemble fort à un camouflet pour les banques et le GIE (Groupement d’intérêt économique) Cartes bancaires. En effet, Laurent Fabius a entériné le fait que la Banque de France, qui dispose déjà du contrôle des moyens et systèmes de paiement, puisse superviser la sécurité des moyens de paiement électroniques. En clair, la carte bancaire passe sous la coupe de l’institut d’émission au détriment du GIE qui devra désormais se plier, pour ses développements techniques, aux souhaits de la Banque centrale. Cette modification profonde des attributions du petit monde du secteur bancaire français est, sans conteste, le point le plus frappant des mesures annoncées.

Meilleure information du client

Les solutions proposées par Bercy pour améliorer la sécurité et la confiance dans les cartes sont le fruit du travail de deux groupes. L’un était piloté par le Conseil national de la consommation (CNC) et l’autre par les ministères des Finances, de la Justice et de l’Intérieur. Premier effet, les établissements financiers et le monde du commerce ont signé mercredi, sous le regard du ministre, une charte relative à la sécurité des cartes de paiement. Ceci s’applique donc aux cartes bancaires bien sûr, mais aussi aux cartes privatives (délivrées par une enseigne, comme c’est souvent le cas dans la grande distribution) et aux cartes de crédit (Cetelem, Cofinoga, etc.). Selon les termes de cette charte, les consommateurs, comme les clients, seront mieux informés (mais qui lit les documents reçus au moment de la signature du contrat ?) des risques et obligations liés à l’utilisation de la carte. La sécurité technique sera renforcée. Par ailleurs, les banques s’engagent à rembourser leurs clients en moins d’un mois en cas d’usage frauduleux de leur carte dans un contexte de vente à distance (utilisation du numéro de carte). Une petite révolution quand on sait que certaines banques laissaient traîner ces procédures de remboursement pendant plusieurs mois… Une franchise est établie à 400 euros (environ 2 624 francs). Pour le reste, la charte est une série de bonnes intentions qui seront, ou non, respectées par les parties. Encore une fois, seul le temps le dira…

La loi au service du commerce…

Tout cela vise, bien entendu, à rétablir la confiance des consommateurs fortement ébranlée, notamment par l’affaire Humpich. D’ailleurs, le ministère n’est pas avare d’explications orientées pour tenter de faire croire que la faille découverte par Serge Humpich est sans incidence sur la sécurité de la carte à puce. Le retour de la confiance devrait permettre, estime le gouvernement, de développer si possible le commerce électronique. Et pour bien faire comprendre au bon peuple des consommateurs qu’ils peuvent utiliser sans danger leur carte bancaire, le gouvernement va user de la loi. À plusieurs niveaux.

Journalistes en prison ?

Pour commencer, le droit pénal va être modifié afin de prendre – sérieusement – en compte la fraude à la carte. Première idée lumineuse qui renvoie au tristement célèbre projet de Convention sur la cybercriminalité du Conseil de l’Europe : "le fait de fabriquer, d’acquérir, de détenir, de céder, d’offrir ou de mettre à disposition des équipements, instruments, programmes informatiques ou données conçus ou spécialement adaptés pour commettre les infractions" à la carte sera puni de "sept ans d’emprisonnement et d’une amende de 750 000 euros". À ce tarif, il y a peu de chances pour qu’un nouvel Humpich cherche une autre faille du système. En revanche, cela n’empêchera pas les fraudeurs de les trouver et de les utiliser en toute impunité, puisque les failles ne seront plus rendues publiques… Si l’on prend ce projet d’article du code pénal à la lettre, les journalistes qui diffuseraient des informations trop précises sur une faille du système de paiement (toujours) géré par le GIE Cartes Bancaires se retrouveraient en prison. Tant pis pour le particulier. De plus, appliqué au monde de la contrefaçon de billets, cela revient à criminaliser la mise à disposition d’encre, de papier ou même – c’est plus à la mode –, de scanners et d’imprimantes laser… Face au tollé provoqué par la criminalisation de la détention d’outils de hacking (ou de sécurité informatique), le Conseil de l’Europe avait dû revoir sa copie.

Banque de France et petites cartes…

Un autre texte législatif actera le renforcement du rôle de la Banque de France. La loi prévoit aujourd’hui que "la Banque de France veille au bon fonctionnement et à la sécurité des systèmes de paiement". Ce qui signifie que la banque centrale supervise les systèmes d’échange entre banques. Cela concerne principalement les gros montants (systèmes interbancaires), mais aussi le traitement des chèques et les paiements par carte. Cependant, veiller au bon fonctionnement ne suffit pas. Il faut, selon le gouvernement, que la Banque de France puisse exiger "communication de toutes les informations et tous les documents nécessaires à l’exercice de cette mission" ainsi que "s’opposer à la mise à disposition du public de tout instrument de paiement dont les fonctions de sécurité seraient insuffisantes". En clair, la Banque de France prend la main sur le contrôle des "instruments de paiement" électroniques. Un vrai camouflet pour les institutions financières et le GIE Cartes Bancaires qui en est issu.

 
Dans la même rubrique

28/11/2003 • 18h33

La Criirad porte plainte contre la Cogema pour avoir diffusé des infos sur les déchets nucléaires

27/11/2003 • 17h14

La Cnil met les"étiquettes intelligentes" sur sa liste noire

26/11/2003 • 18h54

Un observatoire associatif pour lutter contre les inégalités

24/11/2003 • 22h09

EDF refuse d’étudier la résistance de l’EPR à une attaque de type 11-septembre

24/11/2003 • 18h36

La Grèce bannit la biométrie de ses aéroports à un an des Jeux olympiques
Dossier RFID
Les étiquettes "intelligentes"
Dernières infos

28/11/2003 • 19h29

Quand le déclin de la production pétrole mondiale va-t-il débuter ?

28/11/2003 • 19h19

Les réserves de pétrole sont dangereusement surévaluées, dénonce un groupe d’experts

27/11/2003 • 19h01

Un traité onusien veut obliger les belligérants à nettoyer les "résidus explosifs de guerre"

26/11/2003 • 19h06

"The Meatrix", un modèle de dessin animé militant, hilarant et viral

26/11/2003 • 18h47

Pour les Etats-Unis, les essais nucléaires ne sont pas encore de l’histoire ancienne

25/11/2003 • 19h13

Les hébergeurs indépendants ne sont toujours pas responsables, pour l’instant

25/11/2003 • 19h04

Les licences Creative Commons bientôt disponibles en français

24/11/2003 • 18h16

10 000 manifestants réclament la fermeture de la School of Americas

21/11/2003 • 19h36

Deux affaires judiciaires relancent la polémique sur la responsabilité des hébergeurs

21/11/2003 • 19h04

Un anti-raciste poursuivi en justice pour antisémitisme

21/11/2003 • 18h48

Le festival Jonctions confronte art, technologies et éthique

20/11/2003 • 19h28

Un fonctionnaire ne peut utiliser sa messagerie professionnelle à des fins religieuses

20/11/2003 • 19h00

Les technologies de surveillance automatisée tiennent salon au Milipol 2003

20/11/2003 • 18h22

Zouhaïr Yahyaoui libre, les cyberdissidents tunisiens restent harcelés par le régime

20/11/2003 • 16h29

Le site parodique Send Them Back milite pour le renvoi de tous les mp3 "volés" à la RIAA


Contacts |  Haut de page |  Archives
Tous droits réservés | © Transfert.net | Accueil
Logiciels libres |  Confidentialité |  Revue de presse