15 11 2019
Retour a la home
Rubrique Économie
Économie
Rubrique Société
Société
Rubrique Technologies
Technologies
Rubrique Culture
Culture
MOTS CLÉS
 
Tous les mots

DOSSIERS...
 Le projet |  L’équipe |  L’association |  Nos outils  | Actualités |  Sources |  Alertes  
Abonnés : connectez-vous

 
Oubli du mot de passe
TRANSFERT S'ARRETE
Transfert décryptait l'actualité des nouvelles technologies, proposait un fil info quotidien et une série d'outils de veille. Notre agence, refusant toute publicité, dépendait de ses abonnements.
  COPINAGES
Ecoutez Routine.
Protégez-vous.
Chiffre du jour
700 000
dépistages génétiques chaque année en Europe, selon la Commission européenne (...)
Revue de Web
 Lindows harcelé
 Cyberdissidents vietnamiens en appel
 Plus de CO2 = moins d’eau potable
Phrase du jour
"Ce service public que nous assurons a besoin de votre soutien pour perdurer"
L’association Inf’OGM, qui justifie la fin de la gratuité de son bulletin d’information (...)

Dossier
Le nucléaire mis au secret
Dossiers récents
 Racisme en ligne : l’affaire Sos-racaille
 Le fichage des passagers aériens
 La bataille des brevets logiciels
 L’impasse énergétique
 L’hydrogène, une énergie (presque) propre
Tous les dossiers
Spacer
Unes de la semaine

lundi 1er/12 Transfert.net

vendredi 28/11 Économie

jeudi 27/11 Société

mercredi 26/11 Culture

mardi 25/11 Économie

Spacer


13/03/2001 • 16h30

C’est de la faiblesse de nos moyens que nous tirons nos richesses

Clermont-Ferrand accueille depuis 16 ans Vidéoformes, festival des arts de la vidéo et du multimédia. Du 13 au 18 mars, installations, performances, projections et scène électronique investissent la capitale du Massif central. Les expositions, elles, seront présentes jusqu’en avril. Interview d’un des fondateurs et actuel Président Gabriel Soucheyre.

Un festival d’art vidéo à Clermont-Ferrand, c’est risqué ?

D’une certaine manière, oui : faire de l’art contemporain à Clermont, ce n’est pas simple. Au début, du moins. Mais la manifestation existe depuis 16 ans et, petit à petit, le public s’est formé. Il a appris à aimer et à être sensible à l’art contemporain. Pendant des années, nous avons investi la rue et les commerces avec des installations ou des expositions multimédias. Pour que ça s’inscrive dans le parcours des habitants de Clermont-Ferrand. Nous menons également un travail avec les jeunes, nous leur proposons des programmes adaptés. Et ils peuvent également devenir acteurs, en réalisant "une minute" de vidéo. Sans aucune autre contrainte que celle du temps. Cette année, on a reçu 30 cassettes. Nous allons toutes les projeter, puis un comité de sélection attribuera les prix. Je ne les ai pas encore visionnées, mais l’année dernière par exemple, c’était très divers : ça allait du film léché et académique à des choses très expérimentales.

D’autres manifestations tournent autour de l’art et des technologies. Quelle est la particularité de votre festival ?

Nous ne sommes pas devenus une institution. Nous avons peu de moyens et c’est de cette faiblesse que nous tirons nos richesses : des relations très privilégiées avec le monde artistique. Je crois que les artistes se plaisent chez nous. L’envers du décor, c’est le manque de fonds. Chaque année, c’est une guerre de tranchées. L’...tat nous soutient assez bien. En revanche, la ville n’est pas trop investie dans le projet.

Qu’est-ce qui vous a particulièrement plu dans la sélection 2001 ?

Il y aura une nuit des arts électroniques. Pendant cette nuit, nous allons projeter une œuvre très particulière. Vous connaissez Finnegans Wake, c’est un roman de James Joyce, un monument de la littérature, un truc monstrueux à lire, sans aucune ponctuation. Deux artistes, Michael Kvium & Christian Lemmerz, en ont tiré un poème visuel de huit heures. Il y a différentes façons d’utiliser un tel matériel. Soit on s’installe et on mate pendant huit heures, soit on considère que c’est un papier peint, soit on s’en sert comme d’un support pour une performance. Nous avons choisi de l’utiliser comme du papier peint. Moi, ça m’a particulièrement intéressé car ça fait longtemps que je rêve d’un papier peint qui bouge. Toute la nuit, le film va passer, comme une toile de fond. Plus tard, mais c’est un autre projet, j’aimerais bien que des DJ improvisent sur ces images. J’aime aussi que la rue soit investie par l’art contemporain. L’an dernier, un homme-sandwich se baladait dans les rues, avec des vidéos diffusées sur lui-même. Cette année, trois artistes vont projeter des images sur les murs de la ville chaque soir, à la nuit tombée.

Après 16 ans de festival, vous n’êtes pas lassé ?

Bizarrement non. Bizarrement car, comme beaucoup de monde, je marche par cycles. Moi, ce sont des cycles de sept ans. Ce festival est donc une exception, mais je crois qu’il a suffisamment évolué pour que ça ne me lasse pas. Et puis, on a monté plusieurs projets autres : une revue trimestrielle, Turbulences, consacrée au Vidéo art, une galerie indépendante, l’Art du temps. En septembre dernier, on a lancé une télé sur le Web. Elle s’appelle aussi Turbulences, on y trouve des interviews vidéo d’artistes contemporains. Pour l’instant, je m’en occupe, mais je suis en train de former des gens pour passer le flambeau. L’idée est d’utiliser Internet pas seulement comme un support artistique mais aussi comme un support de communication et d’information.

Et vos projets ?

Nous voulons lancer un espace de création. Juste à côté de notre galerie à Clermont-Ferrand, il y a une friche industrielle, c’est cet espace que nous aimerions utiliser. Pour accueillir des artistes en résidence, organiser des expos plus grandes. La mairie envisage de nous y installer, mais rien n’est sûr. C’est important de créer des lieux pour que les formes émergentes de création aient des lieux où s’exprimer, expérimenter et dire ce qu’elles ont à dire.

Le programme du festival:
http://ww2.nat.fr/videoformes/2001f...
 
Dans la même rubrique

28/11/2003 • 18h33

La Criirad porte plainte contre la Cogema pour avoir diffusé des infos sur les déchets nucléaires

27/11/2003 • 17h14

La Cnil met les"étiquettes intelligentes" sur sa liste noire

26/11/2003 • 18h54

Un observatoire associatif pour lutter contre les inégalités

24/11/2003 • 22h09

EDF refuse d’étudier la résistance de l’EPR à une attaque de type 11-septembre

24/11/2003 • 18h36

La Grèce bannit la biométrie de ses aéroports à un an des Jeux olympiques
Dossier RFID
Les étiquettes "intelligentes"
Dernières infos

28/11/2003 • 19h29

Quand le déclin de la production pétrole mondiale va-t-il débuter ?

28/11/2003 • 19h19

Les réserves de pétrole sont dangereusement surévaluées, dénonce un groupe d’experts

27/11/2003 • 19h01

Un traité onusien veut obliger les belligérants à nettoyer les "résidus explosifs de guerre"

26/11/2003 • 19h06

"The Meatrix", un modèle de dessin animé militant, hilarant et viral

26/11/2003 • 18h47

Pour les Etats-Unis, les essais nucléaires ne sont pas encore de l’histoire ancienne

25/11/2003 • 19h13

Les hébergeurs indépendants ne sont toujours pas responsables, pour l’instant

25/11/2003 • 19h04

Les licences Creative Commons bientôt disponibles en français

24/11/2003 • 18h16

10 000 manifestants réclament la fermeture de la School of Americas

21/11/2003 • 19h36

Deux affaires judiciaires relancent la polémique sur la responsabilité des hébergeurs

21/11/2003 • 19h04

Un anti-raciste poursuivi en justice pour antisémitisme

21/11/2003 • 18h48

Le festival Jonctions confronte art, technologies et éthique

20/11/2003 • 19h28

Un fonctionnaire ne peut utiliser sa messagerie professionnelle à des fins religieuses

20/11/2003 • 19h00

Les technologies de surveillance automatisée tiennent salon au Milipol 2003

20/11/2003 • 18h22

Zouhaïr Yahyaoui libre, les cyberdissidents tunisiens restent harcelés par le régime

20/11/2003 • 16h29

Le site parodique Send Them Back milite pour le renvoi de tous les mp3 "volés" à la RIAA


Contacts |  Haut de page |  Archives
Tous droits réservés | © Transfert.net | Accueil
Logiciels libres |  Confidentialité |  Revue de presse