19 09 2019
Retour a la home
Rubrique Économie
Économie
Rubrique Société
Société
Rubrique Technologies
Technologies
Rubrique Culture
Culture
MOTS CLÉS
 
Tous les mots

DOSSIERS...
 Le projet |  L’équipe |  L’association |  Nos outils  | Actualités |  Sources |  Alertes  
Abonnés : connectez-vous

 
Oubli du mot de passe
TRANSFERT S'ARRETE
Transfert décryptait l'actualité des nouvelles technologies, proposait un fil info quotidien et une série d'outils de veille. Notre agence, refusant toute publicité, dépendait de ses abonnements.
  COPINAGES
Ecoutez Routine.
Protégez-vous.
Chiffre du jour
700 000
dépistages génétiques chaque année en Europe, selon la Commission européenne (...)
Revue de Web
 Lindows harcelé
 Cyberdissidents vietnamiens en appel
 Plus de CO2 = moins d’eau potable
Phrase du jour
"Ce service public que nous assurons a besoin de votre soutien pour perdurer"
L’association Inf’OGM, qui justifie la fin de la gratuité de son bulletin d’information (...)

Dossier
Le nucléaire mis au secret
Dossiers récents
 Racisme en ligne : l’affaire Sos-racaille
 Le fichage des passagers aériens
 La bataille des brevets logiciels
 L’impasse énergétique
 L’hydrogène, une énergie (presque) propre
Tous les dossiers
Spacer
Unes de la semaine

lundi 1er/12 Transfert.net

vendredi 28/11 Économie

jeudi 27/11 Société

mercredi 26/11 Culture

mardi 25/11 Économie

Spacer


12/02/2002 • 12h44

C’est aujourd’hui qu’il faut investir

Auteur de plusieurs livres, Olivier Andrieu est un spécialiste du référencement.


Transfert
Quand et comment avez-vous découvert Internet ?

En 1993. Je faisais de la veille technologique dans le domaine des télécoms et j’ai vu arriver l’e-mail, Gopher, le Web, etc. Difficile de résister !

Pourquoi vous êtes vous impliqué dans Internet ? Quel a été le déclic ?

Le déclic a clairement été la découverte du logiciel Mosaic (l’ancêtre de Netscape Navigator et d’Internet Explorer) et donc du Web qui en était à ses balbutiements en 1993. Après avoir passé de longues années dans le domaine du Minitel, il m’a semblé que venait de naître la nouvelle génération d’outils de communication, couplée à l’e-mail qui répondait à de nombreux besoins dans le monde. Je me souviendrai souvent de la présentation de Mosaic qui m’a été faite à l’université de Strasbourg par des chercheurs. J’étais scotché ! J’ai été séduit en quelques minutes et persuadé que ces nouveaux outils allaient éclater au niveau mondial et qu’il fallait suivre cette voie. Du coup, mon premier livre sur le sujet est paru en 1994 (j’avais cherché à me renseigner sur le sujet et n’avais rien trouvé en français !).

Quand avez-vous compris que cela allait vraiment décoller en France ?

En 1993, j’ai compris que ca ne pouvait que décoller dans les années qui suivraient. Le domaine professionnel a suivi rapidement. A mon avis, le domaine grand public n’a pas encore décollé pour l’instant.

Comment avez-vous vécu la période automne 1999-printemps 2000 ? Que faisiez-vous ?

Comme d’habitude ;-) : des livres, des articles, je maintenais à jour mon site, etc. Je faisais également du référencement de sites web. Mais j’ai arrêté depuis, car j’estime qu’il n’y aura bientôt plus de place sur ce créneau pour des travailleurs indépendants, ce que je suis.

Comment analysez-vous aujourd’hui cette frénésie de huit mois ?

C’était, je pense, tout à fait prévisible, et ce pour plusieurs raisons. Tout d’abord, certains projets étaient bâtis sur du sable et n’auraient jamais dû recevoir les fonds nécessaires à leur création. Avec un minimum de connaissances du monde de l’Internet, les bailleurs de fonds n’auraient jamais aidé ces projets qui n’étaient, pour la plupart, pas viables et ce de façon évidente. Mais si les investisseurs étaient très forts côté finances, il semble qu’il n’en était pas de même côté Internet... Ensuite, espérer financer des sites web à 100 % par la publicité, alors que le marché grand public n’était pas mûr, était une utopie. On voit, hélas, ce qui est arrivé. Je n’arrive toujours pas à comprendre, plusieurs mois après, comment certains créateurs de start-up ont pu lever des millions de francs avec ce type de business model (lorsqu’il y en avait un). Pour moi, cela reste une énigme comme le monstre du Loch Ness ou les immenses dessins de Nazca !

Quel a été, selon vous, le signal de la chute des dotcoms ?

Le fait qu’ils aient reçu de l’argent ! Et lorsqu’ils ont tout grillé en publicités télévisées que regardaient des personnes qui n’étaient pas connectées sur Internet, il a bien fallu mettre la clé sous la porte... Je ne suis pas sûr de caricaturer tant que cela... Franchement, les projets qui tenaient la route sont encore là aujourd’hui. Les autres sont partis. Il est malheureusement dommage que les projets sérieux qui sont sortis, ou qui ont évolué sur les douze derniers mois, aient eu du mal à lever à leur tour de l’argent, les investisseurs se basant dans leur réflexion sur la chute préalable des dotcoms "bidons" à une certaine époque.

Que faites-vous aujourd’hui ?

Des livres, des articles et je mets à jour mon site qui n’a jamais été basé sur un business model axé sur la publicité. Cela dit, je suis installé en libéral dans un petit village alsacien. J’ai peu de besoins :-).

Croyez-vous toujours autant à Internet ?

Bien sûr, et plus que jamais ! Ce n’est qu’aujourd’hui que le Réseau entre dans une réelle phase de maturité. C’est aujourd’hui qu’il faut investir sans obligatoirement suivre les "modes". Il y a encore tant à faire !

Croyez-vous au commerce en ligne ? Croyez-vous à l’avenir du Web non marchand ?

Bien sûr, les deux ont leur place, puisqu’ils sont totalement complémentaires. Mais le commerce en ligne ne trouvera son essor que lorsque le taux de pénétration d’Internet sera bien plus fort qu’aujourd’hui et que la "ménagère de moins de 50 ans" l’utilisera. Et cela viendra de façon certaine, il n’y a aucune raison qu’il en soit autrement. Mais il faut encore attendre quelques années, je pense. Le réel commerce électronique est beaucoup plus dans le B2B aujourd’hui. Je pense que tout le monde en est conscient.

Comment voyez-vous les années à venir ?

De plus en plus de croissance, de plus en plus d’applicatifs intéressants, de plus en plus de gens connectés, donc de plus en plus d’emplois créés. L’idéal serait que l’outil s’adapte de plus en plus à l’utilisateur et non le contraire. Espérons qu’il en sera ainsi !

Croyez-vous toujours dans ce qu’on a appelé la " netéconomie " ?

Euh, ben désolé, mais je n’y ai jamais cru, en fait. Je n’ai jamais véritablement compris en quoi la "nouvelle économie" était nouvelle ? Le terme "économie issue d’Internet" m’aurait semblé plus juste. Mais Internet n’invente rien de nouveau en règle générale. Il recycle, adapte, fait évoluer mais il ne crée pas de réflexes nouveaux d’achat, d’embauche, de nouveau métier, etc. Tout ce que l’on fait sur Internet n’est qu’une évolution de ce que l’on faisait avant dans "la vraie vie" ou en dehors d’Internet, rien de plus. Vouloir présenter Internet comme une révolution est une erreur, je pense. C’est un nouveau média que nous devons tous apprendre à domestiquer, à apprivoiser.

Quelles vont être, selon vous, les futures grandes échéances et que vont-elles apporter ?

La principale est, bien entendu, le haut débit illimité pour tous. Et donc : "haut débit" avec des applicatifs extraordinaires qui pourront être imaginés, "illimité" car il n’y a pas d’autre alternative à mon avis que la connexion 24h/24 au forfait, et "pour tous" afin qu’il n’y ait pas de fracture sociale sur l’Internet. Tous les niveaux sociaux et tous les sites géographiques doivent pouvoir y accéder. C’est, à mon avis, primordial !

Internet en France - 7 Ans d'aventures
http://www.abondance.com/docs/oa.html
http://www.abondance.com/docs/oa.html
 
Dans la même rubrique

26/11/2003 • 19h06

"The Meatrix", un modèle de dessin animé militant, hilarant et viral

21/11/2003 • 18h48

Le festival Jonctions confronte art, technologies et éthique

20/11/2003 • 16h29

Le site parodique Send Them Back milite pour le renvoi de tous les mp3 "volés" à la RIAA

14/11/2003 • 14h40

Le V2V, une vidéothèque militante et décentralisée

13/11/2003 • 16h07

Les télés libres appellent à des états généraux européens du "tiers secteur audiovisuel"
Dossier RFID
Les étiquettes "intelligentes"
Dernières infos

28/11/2003 • 19h29

Quand le déclin de la production pétrole mondiale va-t-il débuter ?

28/11/2003 • 19h19

Les réserves de pétrole sont dangereusement surévaluées, dénonce un groupe d’experts

28/11/2003 • 18h33

La Criirad porte plainte contre la Cogema pour avoir diffusé des infos sur les déchets nucléaires

27/11/2003 • 19h01

Un traité onusien veut obliger les belligérants à nettoyer les "résidus explosifs de guerre"

27/11/2003 • 17h14

La Cnil met les"étiquettes intelligentes" sur sa liste noire

26/11/2003 • 18h54

Un observatoire associatif pour lutter contre les inégalités

26/11/2003 • 18h47

Pour les Etats-Unis, les essais nucléaires ne sont pas encore de l’histoire ancienne

25/11/2003 • 19h13

Les hébergeurs indépendants ne sont toujours pas responsables, pour l’instant

25/11/2003 • 19h04

Les licences Creative Commons bientôt disponibles en français

24/11/2003 • 22h09

EDF refuse d’étudier la résistance de l’EPR à une attaque de type 11-septembre

24/11/2003 • 18h36

La Grèce bannit la biométrie de ses aéroports à un an des Jeux olympiques

24/11/2003 • 18h16

10 000 manifestants réclament la fermeture de la School of Americas

21/11/2003 • 19h36

Deux affaires judiciaires relancent la polémique sur la responsabilité des hébergeurs

21/11/2003 • 19h04

Un anti-raciste poursuivi en justice pour antisémitisme

20/11/2003 • 19h28

Un fonctionnaire ne peut utiliser sa messagerie professionnelle à des fins religieuses


Contacts |  Haut de page |  Archives
Tous droits réservés | © Transfert.net | Accueil
Logiciels libres |  Confidentialité |  Revue de presse