07 04 2020
Retour a la home
Rubrique Économie
Économie
Rubrique Société
Société
Rubrique Technologies
Technologies
Rubrique Culture
Culture
MOTS CLÉS
 
Tous les mots

DOSSIERS...
 Le projet |  L’équipe |  L’association |  Nos outils  | Actualités |  Sources |  Alertes  
Abonnés : connectez-vous

 
Oubli du mot de passe
TRANSFERT S'ARRETE
Transfert décryptait l'actualité des nouvelles technologies, proposait un fil info quotidien et une série d'outils de veille. Notre agence, refusant toute publicité, dépendait de ses abonnements.
  COPINAGES
Ecoutez Routine.
Protégez-vous.
Chiffre du jour
700 000
dépistages génétiques chaque année en Europe, selon la Commission européenne (...)
Revue de Web
 Lindows harcelé
 Cyberdissidents vietnamiens en appel
 Plus de CO2 = moins d’eau potable
Phrase du jour
"Ce service public que nous assurons a besoin de votre soutien pour perdurer"
L’association Inf’OGM, qui justifie la fin de la gratuité de son bulletin d’information (...)

Dossier
Le nucléaire mis au secret
Dossiers récents
 Racisme en ligne : l’affaire Sos-racaille
 Le fichage des passagers aériens
 La bataille des brevets logiciels
 L’impasse énergétique
 L’hydrogène, une énergie (presque) propre
Tous les dossiers
Spacer
Unes de la semaine

lundi 1er/12 Transfert.net

vendredi 28/11 Économie

jeudi 27/11 Société

mercredi 26/11 Culture

mardi 25/11 Économie

Spacer


30/05/2000 • 20h42

Boo.com bradé ?

Après sa faillite, Boo.com se revend morceau par morceau. La société britannique Bright Station vient de racheter l’intégralité du système technique. Une autre compagnie serait sur les rangs pour le rachat de la marque. Les salariés, eux, s’inquiètent des conditions de la liquidation. Interview de Farid Chaouki, ex-designer dans l’équipe londonienne .


Farid Chaouki
Julie Krassovsky
Dan Wagner, PDG de Bright Station PLC, a fait une bonne affaire. Pour 250 000 livres sterling (2,5 millions de francs) selon le Sunday Times et la BBC, ce fournisseur de solutions pour le commerce électronique vient de s’offrir l’actif technologique de boo.com, l’ex-site de vente de vêtements branchés en ligne, aujourd’hui en faillite. Un prix plutôt modeste comparé aux 70 millions investis par Boo dans sa technologie. Le montant de la vente n’est d’ailleurs pas confirmé par KPMG, la société en charge de la liquidation de Boo. "Nous venons de vendre le système technique de Boo, c’est exact, mais le prix demeure confidentiel. En revanche, les employés de Boo qui le souhaitent pourront travailler pour la compagnie Bright Station", explique Richard Whitehead, le porte parole de KPMG, contacté par téléphone. La marque boo.com et le nom de domaine sont également sur le point d’être cédés. "Nous sommes en cours de négociation avec une autre société pour la cession de la marque, mais elle ne souhaite pas pour l’instant rendre son nom public", ajoute le représentant de KPMG.

La gestion de la liquidation par KPMG ne fait pas l’unanimité chez les salariés de boo.com. Ces derniers déplorent ne pas être tenus au courant de l’évolution de la situation. Témoignage de Farid Chaouki, ex-designer dans l’équipe londonienne de boo.com.

Comment avez-vous appris le rachat de la technologie de Boo par Bright Station ?

Ce matin, KPMG a réuni des employés de Boo pour leur faire part de la vente. Bright Station achète la technologie : les serveurs, le système de vente, de livraison, les entrepôts de stockage. En gros, tout ce qui est derrière l’écran. C’est ce qu’on appelle ici le pack end. Si KPMG ne veut pas communiquer la somme totale, on a effectivement entendu parler de 200 000 livres. Ce qui semble tout à fait dérisoire. Le plus exaspérant, c’est que depuis la faillite du 17 mai, nous apprenons tout par la presse ou par des collègues. KPMG ne nous tient pas au courant des détails de la liquidation, contrairement à ce qu’ils nous avaient annoncé lors de la première entrevue.

Que vous a-t-on dit lors de cette première réunion ?

Le 18 mai dernier, le personnel a été réuni dans les bureaux de Londres en présence des deux fondateurs, Ernst Malmsten et Kajsa Leander, et des responsables de KPMG. Ces derniers nous ont dit qu’ils allaient faire un état des lieux de la boîte, que nous étions leurs créditeurs prioritaires et qu’il restait 500 000 livres sur le compte du groupe. Pour procéder à la liquidation, ils ont sélectionné quelques anciens employés de Boo. Moyennant rétribution, ces employés ont fait l’inventaire de tous les biens de la société. Depuis, rien de nouveau.

Que dites-vous de la proposition de Bright Station d’embaucher les ex-employés de Boo qui le souhaitent ?

Pour l’instant, ça ne m’intéresse pas, mais il faut voir ce qu’ils nous proposent réellement. En attendant, la plupart des ex-employés travaillent en free lance et on espère se relancer grâce au site postboo.com.

Qu’attendez-vous de ce site ?

C’est un site sur lequel nous proposons à d’éventuels investisseurs de reprendre l’équipe. Nous avons déjà rencontré pas loin d’une vingtaine de sociétés. Certaines sont des start-ups, mais franchement, l’expérience de Boo nous a un peu refroidis. De plus, les responsables de start-up sont toujours très évasifs sur leur business plan. Si rien ne nous tente, on envisage de monter une société de design et de proposer nos services à l’extérieur. L’expérience de Boo apparaît comme un plus pour les entreprises que l’on a rencontrées. Un type m’a même dit qu’un an chez Boo valait cinq ans ailleurs.

http://www.boo.com
http://www.boo.com http://www.postboo.com
http://www.postboo.com
 
Dans la même rubrique

28/11/2003 • 19h29

Quand le déclin de la production pétrole mondiale va-t-il débuter ?

28/11/2003 • 19h19

Les réserves de pétrole sont dangereusement surévaluées, dénonce un groupe d’experts

25/11/2003 • 19h13

Les hébergeurs indépendants ne sont toujours pas responsables, pour l’instant

25/11/2003 • 19h04

Les licences Creative Commons bientôt disponibles en français

21/11/2003 • 19h36

Deux affaires judiciaires relancent la polémique sur la responsabilité des hébergeurs
Dossier RFID
Les étiquettes "intelligentes"
Dernières infos

28/11/2003 • 18h33

La Criirad porte plainte contre la Cogema pour avoir diffusé des infos sur les déchets nucléaires

27/11/2003 • 19h01

Un traité onusien veut obliger les belligérants à nettoyer les "résidus explosifs de guerre"

27/11/2003 • 17h14

La Cnil met les"étiquettes intelligentes" sur sa liste noire

26/11/2003 • 19h06

"The Meatrix", un modèle de dessin animé militant, hilarant et viral

26/11/2003 • 18h54

Un observatoire associatif pour lutter contre les inégalités

26/11/2003 • 18h47

Pour les Etats-Unis, les essais nucléaires ne sont pas encore de l’histoire ancienne

24/11/2003 • 22h09

EDF refuse d’étudier la résistance de l’EPR à une attaque de type 11-septembre

24/11/2003 • 18h36

La Grèce bannit la biométrie de ses aéroports à un an des Jeux olympiques

24/11/2003 • 18h16

10 000 manifestants réclament la fermeture de la School of Americas

21/11/2003 • 19h04

Un anti-raciste poursuivi en justice pour antisémitisme

21/11/2003 • 18h48

Le festival Jonctions confronte art, technologies et éthique

20/11/2003 • 19h28

Un fonctionnaire ne peut utiliser sa messagerie professionnelle à des fins religieuses

20/11/2003 • 19h00

Les technologies de surveillance automatisée tiennent salon au Milipol 2003

20/11/2003 • 18h22

Zouhaïr Yahyaoui libre, les cyberdissidents tunisiens restent harcelés par le régime

20/11/2003 • 16h29

Le site parodique Send Them Back milite pour le renvoi de tous les mp3 "volés" à la RIAA


Contacts |  Haut de page |  Archives
Tous droits réservés | © Transfert.net | Accueil
Logiciels libres |  Confidentialité |  Revue de presse