15 11 2019
Retour a la home
Rubrique Économie
Économie
Rubrique Société
Société
Rubrique Technologies
Technologies
Rubrique Culture
Culture
MOTS CLÉS
 
Tous les mots

DOSSIERS...
 Le projet |  L’équipe |  L’association |  Nos outils  | Actualités |  Sources |  Alertes  
Abonnés : connectez-vous

 
Oubli du mot de passe
TRANSFERT S'ARRETE
Transfert décryptait l'actualité des nouvelles technologies, proposait un fil info quotidien et une série d'outils de veille. Notre agence, refusant toute publicité, dépendait de ses abonnements.
  COPINAGES
Ecoutez Routine.
Protégez-vous.
Chiffre du jour
700 000
dépistages génétiques chaque année en Europe, selon la Commission européenne (...)
Revue de Web
 Lindows harcelé
 Cyberdissidents vietnamiens en appel
 Plus de CO2 = moins d’eau potable
Phrase du jour
"Ce service public que nous assurons a besoin de votre soutien pour perdurer"
L’association Inf’OGM, qui justifie la fin de la gratuité de son bulletin d’information (...)

Dossier
Le nucléaire mis au secret
Dossiers récents
 Racisme en ligne : l’affaire Sos-racaille
 Le fichage des passagers aériens
 La bataille des brevets logiciels
 L’impasse énergétique
 L’hydrogène, une énergie (presque) propre
Tous les dossiers
Spacer
Unes de la semaine

lundi 1er/12 Transfert.net

vendredi 28/11 Économie

jeudi 27/11 Société

mercredi 26/11 Culture

mardi 25/11 Économie

Spacer


14/03/2001 • 16h10

Avenir à Marseille, elles disent non

On leur a dit : pliez bagage, la suite se fera à Marseille. Les trente salariées d’Avenir Telecom ont fait leur vie à Ivry-sur-Seine, en banlieue parisienne, elles y resteront.


Ghislaine Catonaud
Karine Portrait
Elles s’alignent sous la banderole et se serrent un peu pour la photo. Elles sourient, elles se tiennent droites. Et l’une dit : "Allez, ayez l’air plus combatives." Elles sont une petite vingtaine devant ce grand immeuble vieillot à l’entrée d’Ivry-sur-Seine (94). Des tracts oranges dans la main pour dénoncer la délocalisation de leur service, trente personnes, à Marseille. Tout a commencé mi-février. "Nous avons reçu une lettre qui avait pour objet ceci : transfert des activités pour motifs économiques des sites d’Ivry-sur-seine et de Lyon vers Marseille", explique Ghislaine Catonaud, la déléguée CFDT. Les trente personnes ont le choix : rejoindre Marseille ou être licenciées si le reclassement n’est pas possible. Avenir Telecom est une grosse boîte du secteur des télécommunications dont le siège est à Marseille, mais dont plusieurs services et filiales sont installés en banlieue parisienne et en province. Le site d’Ivry s’occupe de la gestion des abonnements de téléphonie mobile pour les opérateurs.

Aucun respect


Karine Portrait
Début mars, le personnel reçoit un mail d’information. Le mail de trop. L’une des manifestantes s’énerve : "C’était un mail du président qui nous disait qu’il était très fier des résultats, qu’on était les meilleurs mais qu’il ne fallait pas perdre de vue le prochain challenge : réaliser un milliard d’Euros de chiffre d’affaires en juin 2001." Elles - car ce ne sont pratiquement que des femmes - ont l’impression d’avoir été trahies. Elles ont déjà suivi le mouvement quand les locaux de leur service ont été transférés de Santeny à Ivry. Toutes disent qu’on leur promettait un bel avenir. Et qu’elles y ont cru."Nous avons beaucoup travaillé, nous nous sommes investis et voilà comment on est remercié", dit l’une d’elles, aux grands yeux clairs. Pas question d’aller à Marseille. Pas question d’abandonner la maison parfois achetée, le mari, les amis, la vie. Elles ont entre 30 et 40 ans et cette fois on leur demande trop. "En février, ils ont même fait visiter nos locaux aux commerciaux qui vont venir s’y installer. De toutes façons, ils n’ont aucun respect pour nous, ils ne nous écoutent même pas." Leurs revendications sont sages, elles n’espèrent même pas faire revenir la direction sur sa décision mais au moins obtenir de meilleures conditions de licenciement. "Nous demandons un plan social : un an de salaire et 46 000 francs de formation par salarié. C’est la moindre des choses." Jeudi 15 mars, ce sera leur dernier jour de travail. Ensuite, les bureaux leur seront fermés "pour travaux". N’empêche, jusqu’au 16 avril, date effective de leur période de préavis, elles viendront chaque matin, avec leurs banderoles. Pour se faire entendre.

 
Dans la même rubrique

28/11/2003 • 18h33

La Criirad porte plainte contre la Cogema pour avoir diffusé des infos sur les déchets nucléaires

27/11/2003 • 17h14

La Cnil met les"étiquettes intelligentes" sur sa liste noire

26/11/2003 • 18h54

Un observatoire associatif pour lutter contre les inégalités

24/11/2003 • 22h09

EDF refuse d’étudier la résistance de l’EPR à une attaque de type 11-septembre

24/11/2003 • 18h36

La Grèce bannit la biométrie de ses aéroports à un an des Jeux olympiques
Dossier RFID
Les étiquettes "intelligentes"
Dernières infos

28/11/2003 • 19h29

Quand le déclin de la production pétrole mondiale va-t-il débuter ?

28/11/2003 • 19h19

Les réserves de pétrole sont dangereusement surévaluées, dénonce un groupe d’experts

27/11/2003 • 19h01

Un traité onusien veut obliger les belligérants à nettoyer les "résidus explosifs de guerre"

26/11/2003 • 19h06

"The Meatrix", un modèle de dessin animé militant, hilarant et viral

26/11/2003 • 18h47

Pour les Etats-Unis, les essais nucléaires ne sont pas encore de l’histoire ancienne

25/11/2003 • 19h13

Les hébergeurs indépendants ne sont toujours pas responsables, pour l’instant

25/11/2003 • 19h04

Les licences Creative Commons bientôt disponibles en français

24/11/2003 • 18h16

10 000 manifestants réclament la fermeture de la School of Americas

21/11/2003 • 19h36

Deux affaires judiciaires relancent la polémique sur la responsabilité des hébergeurs

21/11/2003 • 19h04

Un anti-raciste poursuivi en justice pour antisémitisme

21/11/2003 • 18h48

Le festival Jonctions confronte art, technologies et éthique

20/11/2003 • 19h28

Un fonctionnaire ne peut utiliser sa messagerie professionnelle à des fins religieuses

20/11/2003 • 19h00

Les technologies de surveillance automatisée tiennent salon au Milipol 2003

20/11/2003 • 18h22

Zouhaïr Yahyaoui libre, les cyberdissidents tunisiens restent harcelés par le régime

20/11/2003 • 16h29

Le site parodique Send Them Back milite pour le renvoi de tous les mp3 "volés" à la RIAA


Contacts |  Haut de page |  Archives
Tous droits réservés | © Transfert.net | Accueil
Logiciels libres |  Confidentialité |  Revue de presse