11 07 2020
Retour a la home
Rubrique Économie
Économie
Rubrique Société
Société
Rubrique Technologies
Technologies
Rubrique Culture
Culture
MOTS CLÉS
 
Tous les mots

DOSSIERS...
 Le projet |  L’équipe |  L’association |  Nos outils  | Actualités |  Sources |  Alertes  
Abonnés : connectez-vous

 
Oubli du mot de passe
TRANSFERT S'ARRETE
Transfert décryptait l'actualité des nouvelles technologies, proposait un fil info quotidien et une série d'outils de veille. Notre agence, refusant toute publicité, dépendait de ses abonnements.
  COPINAGES
Ecoutez Routine.
Protégez-vous.
Auditez votre cybersécurité.
Chiffre du jour
700 000
dépistages génétiques chaque année en Europe, selon la Commission européenne (...)
Revue de Web
 Lindows harcelé
 Cyberdissidents vietnamiens en appel
 Plus de CO2 = moins d’eau potable
Phrase du jour
"Ce service public que nous assurons a besoin de votre soutien pour perdurer"
L’association Inf’OGM, qui justifie la fin de la gratuité de son bulletin d’information (...)

Dossier
Le nucléaire mis au secret
Dossiers récents
 Racisme en ligne : l’affaire Sos-racaille
 Le fichage des passagers aériens
 La bataille des brevets logiciels
 L’impasse énergétique
 L’hydrogène, une énergie (presque) propre
Tous les dossiers
Spacer
Unes de la semaine

lundi 1er/12 Transfert.net

vendredi 28/11 Économie

jeudi 27/11 Société

mercredi 26/11 Culture

mardi 25/11 Économie

Spacer


5/09/2001 • 19h36

Avec Myst, nous ne comptions pas faire une révolution

Châtain virant poivre et sel, la quarantaine rangée, petites lunettes cerclées, Rand Miller ne joue pas les stars. Au contraire, le créateur de la saga Myst - 10 millions de jeux vendus à ce jour - cultive le calme et la concision. Tranquille, il répond d’une voix douce et posée aux questions de Transfert.

Vous avez failli être banquier... et vous voilà en train de présenter un jeu internationalement connu... Quel revirement !

Je me suis toujours intéressé aux jeux vidéo. Mais, au sortir de l’université, j’ai trouvé un travail dans une banque. Parallèlement, j’ai appris quelques notions de développement et j’ai convaincu mon frère de bosser sur un jeu vidéo pour enfant. Je pensais à un livre dont les pages deviendraient vivantes. Mais lorsqu’il a commencé à travailler sur ce projet, il n’est jamais sorti de la première page. Celle-ci s’est animée, et nous avons fabriqué un monde de plus en plus profond et fouillé. Au lieu de faire un livre, nous avons fabriqué un monde. C’était un monde très simple, mais à partir de là, nous en avons créé d’autres. Au point de quitter notre "vrai" travail pour vivre de ces créations.

Risqué...

Risqué ? Non. Complètement fou. Ma belle famille a été surprise. Lorsque je leur avais annoncé mon intention de travailler dans une banque, ils avaient tous approuvé. Lorsque j’ai quitté la banque pour faire des jeux... Ils ont trouvé l’idée stupide. Ils ont changé d’avis entre temps.

Après The man hole, votre premier logiciel, comment est né Myst ?

Nous ne comptions pas faire de révolution. Au plus, il s’agissait d’une évolution du jeu pour enfants que nous avions déjà créé. Nous avons réalisé que ce jeu simple, destiné aux plus jeunes, intriguait les adultes aussi. Nous avons, alors, voulu faire un monde plus sophistiqué pour un public plus âgé. L’industrie du jeu ne nous a pas suivi à l’époque [1988, NDLR]. Sans doute étions-nous un peu trop en avance. En 1990, une société japonaise nous a contactés en nous demandant un monde pour adulte. Nous étions prêts. C’est ainsi que Myst est né.

Quelles sont les différences entre Myst III et ses prédécesseurs ?

Les différences sont essentiellement techniques. Vous pouvez voir dans toutes les directions, bouger partout, ce qu’on ne pouvait pas faire dans Myst ou Riven. Mais l’on retrouve le même sentiment de mystère qui préside à l’esprit du jeu.

Pas de baston, de grosses voitures, de speed... Comment avez-vous séduit tant de joueurs ?

Quand Myst est sorti, les joueurs habituels ont été satisfaits visuellement. Aucun monde de cette qualité n’avait encore été conçu. Le jeu est devenu de plus en plus populaire. Le joueur de Myst appartient aujourd’hui au grand public, et plus seulement au petit monde des accros du jeu. Ces derniers constituent une "élite". Lorsque le jeu est devenu grand public, celle-ci n’a plus été très impressionnée par Myst ou Riven. Néanmoins, nous sommes heureux, parce que nous avions conçu Myst pour notre plaisir sans savoir si cela plairait. Nous avons pris des décisions hasardeuses : pas de mort, des journées très lentes... Au final, le grand public a apprécié parce que ce jeu n’est pas intimidant. Rien ne peut vous frustrer : vous êtes dans un monde que vous vous contentez d’explorer. Certains peuvent trouver les énigmes trop dures, mais ils s’amuseront quand même en découvrant le monde.

Qui est à l’origine des énigmes ?

Mon frère et moi, pour Myst et Riven. Pour Exile, ce sont les équipes de Presto.

Justement. Exile a été développé par une société qui n’est pas la vôtre. Pourquoi ?

À l’origine, nous avions décidé que personne ne pourrait faire ce jeu à notre place. Après Riven, nous avions décidé de passer à autre chose. L’éditeur nous a demandé une suite, et nous avons refusé. Mais ils nous ont proposé le travail de Presto. C’était vraiment bon, mais nous avons continué à refuser. Alors l’éditeur est venu nous trouver en nous montrant la demande des fans de Myst et Riven. Cette demande, et l’assurance que Presto maintiendrait la qualité du jeu, nous ont décidé.

Comment s’est passé la collaboration ?

Lorsque vous créez, vous devez être libre. Nous avons donc laissé travailler l’équipe de Presto en contrôlant chaque nouveau développement. Nous ne nous sommes vraiment rencontrés que deux fois, afin d’être certains que le développement du scénario et de l’histoire nous convenait.

Vous travaillez aujourd’hui pour Cyan, votre société, sur un projet baptisé The Mudpie. De quoi s’agit-il ?

Ce qui nous motive, c’est de créer des mondes où les joueurs peuvent se perdre. Les supports tels que le DVD et CD sont frustrants parce qu’une fois qu’ils sont dans le commerce, les mondes sont figés, on ne peut plus rien changer. Après Riven, nous nous sommes donc tournés vers Internet, et vers le broadband. C’est là, désormais, que nous voulons créer nos mondes. Nous développons cette idée depuis deux ans.

Quelle sorte de jeu comptez-vous faire ?

Nous voulons faire de la 3D temps réel. Ce qu’on peut faire aujourd’hui est vraiment étonnant. La qualité des images, la vitesse... Nous avons donc créé notre propre moteur. C’est long et compliqué, mais nous voulons vraiment construire un vrai monde en temps réel. On a remarqué aussi que les joueurs de Myst et Riven jouaient souvent ensemble derrière un même ordinateur ou même à distance, par téléphone. En ligne, nous voulons créer un monde que vous pourrez explorer avec vos amis sur Internet. Un monde en 3D temps réel, visuellement étonnant, qui vive pour toujours.

Vous avez séduit un très large public off line. Beaucoup d’éditeurs se lancent aujourd’hui dans le jeu vidéo en ligne, mais cela reste l’apanage de la minorité de joueurs acharnés dont vous parliez tout à l’heure. Quelle est la formule magique pour rallier le grand public en ligne ?

Les jeux en ligne se ressemblent trop : vous tuez des ennemis ou des lapins, vous ramassez de l’or... Mais on ne fait pas la part assez belle à l’exploration. Je pense que les gens adorent explorer, découvrir ce qu’il y a derrière le prochain coin. On fait ça pour les enfants, mais les adultes n’ont pas souvent l’occasion de se livrer à cette curiosité. Il ne s’agit pas d’appliquer une formule magique, mais de prendre un risque incroyable. Cela étant, nous pensons que l’on peut convertir le grand public au jeu en ligne si on lui donne la capacité d’explorer ce genre de monde.

 
Dans la même rubrique

26/11/2003 • 19h06

"The Meatrix", un modèle de dessin animé militant, hilarant et viral

21/11/2003 • 18h48

Le festival Jonctions confronte art, technologies et éthique

20/11/2003 • 16h29

Le site parodique Send Them Back milite pour le renvoi de tous les mp3 "volés" à la RIAA

14/11/2003 • 14h40

Le V2V, une vidéothèque militante et décentralisée

13/11/2003 • 16h07

Les télés libres appellent à des états généraux européens du "tiers secteur audiovisuel"
Dossier RFID
Les étiquettes "intelligentes"
Dernières infos

28/11/2003 • 19h29

Quand le déclin de la production pétrole mondiale va-t-il débuter ?

28/11/2003 • 19h19

Les réserves de pétrole sont dangereusement surévaluées, dénonce un groupe d’experts

28/11/2003 • 18h33

La Criirad porte plainte contre la Cogema pour avoir diffusé des infos sur les déchets nucléaires

27/11/2003 • 19h01

Un traité onusien veut obliger les belligérants à nettoyer les "résidus explosifs de guerre"

27/11/2003 • 17h14

La Cnil met les"étiquettes intelligentes" sur sa liste noire

26/11/2003 • 18h54

Un observatoire associatif pour lutter contre les inégalités

26/11/2003 • 18h47

Pour les Etats-Unis, les essais nucléaires ne sont pas encore de l’histoire ancienne

25/11/2003 • 19h13

Les hébergeurs indépendants ne sont toujours pas responsables, pour l’instant

25/11/2003 • 19h04

Les licences Creative Commons bientôt disponibles en français

24/11/2003 • 22h09

EDF refuse d’étudier la résistance de l’EPR à une attaque de type 11-septembre

24/11/2003 • 18h36

La Grèce bannit la biométrie de ses aéroports à un an des Jeux olympiques

24/11/2003 • 18h16

10 000 manifestants réclament la fermeture de la School of Americas

21/11/2003 • 19h36

Deux affaires judiciaires relancent la polémique sur la responsabilité des hébergeurs

21/11/2003 • 19h04

Un anti-raciste poursuivi en justice pour antisémitisme

20/11/2003 • 19h28

Un fonctionnaire ne peut utiliser sa messagerie professionnelle à des fins religieuses


Contacts |  Haut de page |  Archives
Tous droits réservés | © Transfert.net | Accueil
Logiciels libres |  Confidentialité |  Revue de presse