07 07 2020
Retour a la home
Rubrique Économie
Économie
Rubrique Société
Société
Rubrique Technologies
Technologies
Rubrique Culture
Culture
MOTS CLÉS
 
Tous les mots

DOSSIERS...
 Le projet |  L’équipe |  L’association |  Nos outils  | Actualités |  Sources |  Alertes  
Abonnés : connectez-vous

 
Oubli du mot de passe
TRANSFERT S'ARRETE
Transfert décryptait l'actualité des nouvelles technologies, proposait un fil info quotidien et une série d'outils de veille. Notre agence, refusant toute publicité, dépendait de ses abonnements.
  COPINAGES
Ecoutez Routine.
Protégez-vous.
Auditez votre cybersécurité.
Chiffre du jour
700 000
dépistages génétiques chaque année en Europe, selon la Commission européenne (...)
Revue de Web
 Lindows harcelé
 Cyberdissidents vietnamiens en appel
 Plus de CO2 = moins d’eau potable
Phrase du jour
"Ce service public que nous assurons a besoin de votre soutien pour perdurer"
L’association Inf’OGM, qui justifie la fin de la gratuité de son bulletin d’information (...)

Dossier
Le nucléaire mis au secret
Dossiers récents
 Racisme en ligne : l’affaire Sos-racaille
 Le fichage des passagers aériens
 La bataille des brevets logiciels
 L’impasse énergétique
 L’hydrogène, une énergie (presque) propre
Tous les dossiers
Spacer
Unes de la semaine

lundi 1er/12 Transfert.net

vendredi 28/11 Économie

jeudi 27/11 Société

mercredi 26/11 Culture

mardi 25/11 Économie

Spacer


12/03/2001 • 18h38

Aujourd’hui, on est ouvert à tout

Nicolas Gaume a fondé Kalisto en 1990. Le jeune PDG revient sur les mauvais résultats obtenus en 2000 par la société de développement de jeux vidéos.

Vous justifiez vos mauvais chiffres par un accord qui n’a pas abouti avec un opérateur télécom. Est-ce que tout miser sur le on line n’était pas un risque démesuré ?


Nicolas Gurgand
Que les choses soient claires : je n’explique pas les chiffres par cet accord. Nous avons souffert en 2000 parce qu’on a investi beaucoup sur des jeux off line originaux. Ceci a été le modèle de Kalisto pendant dix ans et nous a permis de passer de 5 à 100 millions de francs de chiffre d’affaires. Nous avons obtenu cette croissance parce qu’au lieu d’être une structure de développement, nous avons pris des risques en autofinançant des jeux que l’on vendait sous licence à différents éditeurs. Mais le développement prend du temps, et lorsqu’on a commencé à présenter nos jeux en 2000, le marché différait de beaucoup des prévisions initiales. Ensuite, on a fait le pari du on line, moins gourmand en termes de dépenses, mais avec un potentiel important en termes de recettes. Avec ce contrat, nous pensions effectivement compenser les pertes du off line en termes de recettes.

Vous nous donnez rendez-vous au 15 avril pour les résultats du premier trimestre. Le sort de vos sept jeux originaux sera-t-il fixé à ce moment-là ?

Je ne crois pas, même si nos discussions auront forcément avancé. On fera surtout le point sur le premier trimestre en montrant, je l’espère, que Kalisto continue d’avoir une activité notamment sur la vente des jeux en sous-traitance. Ce sont des contrats moins rémunérateurs, mais la prise de risque est plus réduite. En ce moment, les éditeurs souffrent, comme nous, et 2001 promet de ne pas être non plus une année extrêmement brillante. Maintenant, tous les analystes constatent que, dès 2002, les ventes vont redémarrer. Nous sommes donc convaincus que nous pourrons, in fine, valoriser notre catalogue.

Vous avez parlé de réduction d’effectifs concernant une trentaine de personnes...

Non. Aujourd’hui, nous avons l’objectif de maintenir les équipes. Elles doivent être en place pour livrer les jeux que nous développons pour le compte de tiers et pour finir nos jeux originaux. Mais, nous allons optimiser nos dépenses, réduire les frais de fonctionnement, les frais de déplacement, fermer des bureaux à l’étranger, comme celui de Chine. Ensuite nous allons pas reconduire les contrats à durée déterminée. Nous ne sommes plus dans une phase de croissance, mais dans une phase de consolidation. Nous devons regagner la confiance des financiers qui ont investi dans Kalisto.

Vous dites regarder toutes les offres qui vous seront soumises. Si Jean-Marie Messier vous fait une proposition de rachat demain matin, quelle sera votre réaction ?

Aujourd’hui, on est ouvert à tout. On pense que Kalisto a un avenir en tant que structure indépendante, créatrice de contenu interactif tant sur le off line que pour le on line. En l’état, on ne peut négliger aucune offre, mais nous privilégirons les offres d’investisseurs minoritaires, soit financiers, soit industriels. Ce qui est important, c’est la pérennité du projet, la confiance des actionnaires et des salariés. Je leur dois des comptes, et je dois être capable d’effectuer les bons choix pour eux. Ce qui s’est passé en 2000 vient du fait que l’on s’est beaucoup exposé aux risques. A posteriori, c’est facile de le dire. A priori, nous avons fait ces choix pour assurer la croissance que la Bourse nous demandait.

 
Dans la même rubrique

28/11/2003 • 18h33

La Criirad porte plainte contre la Cogema pour avoir diffusé des infos sur les déchets nucléaires

27/11/2003 • 17h14

La Cnil met les"étiquettes intelligentes" sur sa liste noire

26/11/2003 • 18h54

Un observatoire associatif pour lutter contre les inégalités

24/11/2003 • 22h09

EDF refuse d’étudier la résistance de l’EPR à une attaque de type 11-septembre

24/11/2003 • 18h36

La Grèce bannit la biométrie de ses aéroports à un an des Jeux olympiques
Dossier RFID
Les étiquettes "intelligentes"
Dernières infos

28/11/2003 • 19h29

Quand le déclin de la production pétrole mondiale va-t-il débuter ?

28/11/2003 • 19h19

Les réserves de pétrole sont dangereusement surévaluées, dénonce un groupe d’experts

27/11/2003 • 19h01

Un traité onusien veut obliger les belligérants à nettoyer les "résidus explosifs de guerre"

26/11/2003 • 19h06

"The Meatrix", un modèle de dessin animé militant, hilarant et viral

26/11/2003 • 18h47

Pour les Etats-Unis, les essais nucléaires ne sont pas encore de l’histoire ancienne

25/11/2003 • 19h13

Les hébergeurs indépendants ne sont toujours pas responsables, pour l’instant

25/11/2003 • 19h04

Les licences Creative Commons bientôt disponibles en français

24/11/2003 • 18h16

10 000 manifestants réclament la fermeture de la School of Americas

21/11/2003 • 19h36

Deux affaires judiciaires relancent la polémique sur la responsabilité des hébergeurs

21/11/2003 • 19h04

Un anti-raciste poursuivi en justice pour antisémitisme

21/11/2003 • 18h48

Le festival Jonctions confronte art, technologies et éthique

20/11/2003 • 19h28

Un fonctionnaire ne peut utiliser sa messagerie professionnelle à des fins religieuses

20/11/2003 • 19h00

Les technologies de surveillance automatisée tiennent salon au Milipol 2003

20/11/2003 • 18h22

Zouhaïr Yahyaoui libre, les cyberdissidents tunisiens restent harcelés par le régime

20/11/2003 • 16h29

Le site parodique Send Them Back milite pour le renvoi de tous les mp3 "volés" à la RIAA


Contacts |  Haut de page |  Archives
Tous droits réservés | © Transfert.net | Accueil
Logiciels libres |  Confidentialité |  Revue de presse