05 12 2019
Retour a la home
Rubrique Économie
Économie
Rubrique Société
Société
Rubrique Technologies
Technologies
Rubrique Culture
Culture
MOTS CLÉS
 
Tous les mots

DOSSIERS...
 Le projet |  L’équipe |  L’association |  Nos outils  | Actualités |  Sources |  Alertes  
Abonnés : connectez-vous

 
Oubli du mot de passe
TRANSFERT S'ARRETE
Transfert décryptait l'actualité des nouvelles technologies, proposait un fil info quotidien et une série d'outils de veille. Notre agence, refusant toute publicité, dépendait de ses abonnements.
  COPINAGES
Ecoutez Routine.
Protégez-vous.
Chiffre du jour
700 000
dépistages génétiques chaque année en Europe, selon la Commission européenne (...)
Revue de Web
 Lindows harcelé
 Cyberdissidents vietnamiens en appel
 Plus de CO2 = moins d’eau potable
Phrase du jour
"Ce service public que nous assurons a besoin de votre soutien pour perdurer"
L’association Inf’OGM, qui justifie la fin de la gratuité de son bulletin d’information (...)

Dossier
Le nucléaire mis au secret
Dossiers récents
 Racisme en ligne : l’affaire Sos-racaille
 Le fichage des passagers aériens
 La bataille des brevets logiciels
 L’impasse énergétique
 L’hydrogène, une énergie (presque) propre
Tous les dossiers
Spacer
Unes de la semaine

lundi 1er/12 Transfert.net

vendredi 28/11 Économie

jeudi 27/11 Société

mercredi 26/11 Culture

mardi 25/11 Économie

Spacer


8/03/2001 • 20h27

Atos, une usine à bourdes

La communication de crise n’est visiblement pas le fort d’Atos. Tentative de décryptage des problèmes de cette SSII. Et ils sont nombreux.

"Pas de commentaires". Le président du directoire d’Atos, Bernard Bourigeaud, n’a pas souhaité fournir la moindre explication concernant les graves problèmes auxquels les équipes techniques de sa SSII sont confrontées depuis mercredi soir. Puisqu’Atos s’est enfermée dans le mutisme, les observateurs, clients comme journalistes, sont contraints de décrypter le problème qui a touché le DNS de sips-atos.com en s’appuyant uniquement sur la logique. Plusieurs explications sont envisageables. Puisque le nom de domaine apparaissait encore, jeudi matin, comme ayant expiré le 9 janvier 2001, il est possible qu’Atos ait tout simplement omis de racheter le nom à l’échéance. En théorie, Network Solutions International (NSI) prévient par mail les contacts techniques lorsque la durée de vie d’un nom de domaine expire. Mais si les techniciens ont quitté l’entreprise et que leur e-mail ne répond plus… Il est donc possible que NSI ait conservé le nom de domaine (elle ne l’a pas remis en vente), en laissant à Atos un délais qui aurait finalement duré deux mois. Ce qui aboutit à la situation de mercredi et de jeudi, quand le nom de domaine disparaît, in fine, des caches partout sur le Net, et que, peu à peu, plus personne ne peut accéder à www.sips-atos.com à moins de connaître le numéro IP du serveur (193.56.115.25). Par ailleurs, les contacts administratifs et de paiement ont été modifiés, à plusieurs reprises, dans la journée de jeudi, sur les bases de NSI. Deux explications possibles : quelqu’un a racheté le nom de domaine sips-atos.com sans toucher aux DNS. Ce mystérieux nouveau propriétaire cherche peut-être à "signifier " à Atos qu’il détient ce nom de domaine en modifiant les contacts et en provoquant un court black-out. Une explication plausible, sauf que tout cela peut simplement être dû à un problème interne à NSI. Enfin, quelqu’un peut aussi pratiquer un hack (spoof) de DNS sur ce site. Qui sait ?

Sips-atos.com peut être hacké en un instant…

En tous cas, Atos n’a visiblement pas une culture très développée en matière de sécurité. En effet, le site www.sips-atos.com peut être piraté en quelques instants. N’importe quel gamin peut en changer ou détruire le contenu. Pourtant la faille qui permet de prendre la main sur le serveur est ultra-connue : un patch a été émis par Microsoft il y a belle lurette. Nous avons proposé à Atos de leur expliquer ce problème, mais le sempiternel "pas de commentaires" nous a été opposé. Au palmarès des plus belles bourdes techniques, Atos peut aisément prétendre au premier prix. En juillet 2000, un serveur Web raccordé à Internet et en accès libre stockait les identifiants et les mots de passe des clients d’une grosse banque en ligne française lorsque ces derniers se connectaient sur le serveur Web de l’établissement pour vérifier l’état de leur compte. Ces logins et mots de passe permettent de contrôler totalement le compte des clients. Sur ce serveur, devaient se trouver, à vue de nez, quelque 11.000 logins et mots de passe. Cela représente à peu près un sixième de la clientèle de ladite banque ! Mieux : au moment des faits, Atos n’avait plus de relations commerciales avec la banque . Prévenu de cette double aberration technique –identifiants et mots de passe en clair sur un serveur public et logs hors relation contractuelle-, le responsable Internet de la banque avait fait fermer le serveur d’Atos en quelques minutes. Cette affaire démontre qu’Atos dispose d’"une vraie culture informatique de gestion de projet", comme on dit dans les SSII. Dominique Illien, vice-président d’Atos Origin explique, lui, sur le site d’Atos que sa société est "la porte ouverte sur les technologies du troisième millénaire". Allez, encore un petit effort et c’est gagné !

 
Dans la même rubrique

28/11/2003 • 18h33

La Criirad porte plainte contre la Cogema pour avoir diffusé des infos sur les déchets nucléaires

27/11/2003 • 17h14

La Cnil met les"étiquettes intelligentes" sur sa liste noire

26/11/2003 • 18h54

Un observatoire associatif pour lutter contre les inégalités

24/11/2003 • 22h09

EDF refuse d’étudier la résistance de l’EPR à une attaque de type 11-septembre

24/11/2003 • 18h36

La Grèce bannit la biométrie de ses aéroports à un an des Jeux olympiques
Dossier RFID
Les étiquettes "intelligentes"
Dernières infos

28/11/2003 • 19h29

Quand le déclin de la production pétrole mondiale va-t-il débuter ?

28/11/2003 • 19h19

Les réserves de pétrole sont dangereusement surévaluées, dénonce un groupe d’experts

27/11/2003 • 19h01

Un traité onusien veut obliger les belligérants à nettoyer les "résidus explosifs de guerre"

26/11/2003 • 19h06

"The Meatrix", un modèle de dessin animé militant, hilarant et viral

26/11/2003 • 18h47

Pour les Etats-Unis, les essais nucléaires ne sont pas encore de l’histoire ancienne

25/11/2003 • 19h13

Les hébergeurs indépendants ne sont toujours pas responsables, pour l’instant

25/11/2003 • 19h04

Les licences Creative Commons bientôt disponibles en français

24/11/2003 • 18h16

10 000 manifestants réclament la fermeture de la School of Americas

21/11/2003 • 19h36

Deux affaires judiciaires relancent la polémique sur la responsabilité des hébergeurs

21/11/2003 • 19h04

Un anti-raciste poursuivi en justice pour antisémitisme

21/11/2003 • 18h48

Le festival Jonctions confronte art, technologies et éthique

20/11/2003 • 19h28

Un fonctionnaire ne peut utiliser sa messagerie professionnelle à des fins religieuses

20/11/2003 • 19h00

Les technologies de surveillance automatisée tiennent salon au Milipol 2003

20/11/2003 • 18h22

Zouhaïr Yahyaoui libre, les cyberdissidents tunisiens restent harcelés par le régime

20/11/2003 • 16h29

Le site parodique Send Them Back milite pour le renvoi de tous les mp3 "volés" à la RIAA


Contacts |  Haut de page |  Archives
Tous droits réservés | © Transfert.net | Accueil
Logiciels libres |  Confidentialité |  Revue de presse