03 08 2020
Retour a la home
Rubrique Économie
Économie
Rubrique Société
Société
Rubrique Technologies
Technologies
Rubrique Culture
Culture
MOTS CLÉS
 
Tous les mots

DOSSIERS...
 Le projet |  L’équipe |  L’association |  Nos outils  | Actualités |  Sources |  Alertes  
Abonnés : connectez-vous

 
Oubli du mot de passe
TRANSFERT S'ARRETE
Transfert décryptait l'actualité des nouvelles technologies, proposait un fil info quotidien et une série d'outils de veille. Notre agence, refusant toute publicité, dépendait de ses abonnements.
  COPINAGES
Ecoutez Routine.
Protégez-vous.
Auditez votre cybersécurité.
Chiffre du jour
700 000
dépistages génétiques chaque année en Europe, selon la Commission européenne (...)
Revue de Web
 Lindows harcelé
 Cyberdissidents vietnamiens en appel
 Plus de CO2 = moins d’eau potable
Phrase du jour
"Ce service public que nous assurons a besoin de votre soutien pour perdurer"
L’association Inf’OGM, qui justifie la fin de la gratuité de son bulletin d’information (...)

Dossier
Le nucléaire mis au secret
Dossiers récents
 Racisme en ligne : l’affaire Sos-racaille
 Le fichage des passagers aériens
 La bataille des brevets logiciels
 L’impasse énergétique
 L’hydrogène, une énergie (presque) propre
Tous les dossiers
Spacer
Unes de la semaine

lundi 1er/12 Transfert.net

vendredi 28/11 Économie

jeudi 27/11 Société

mercredi 26/11 Culture

mardi 25/11 Économie

Spacer


15/04/2002 • 16h05

Après les e-mails, la surveillance des chats

Aux Etats-Unis, nombre d’entreprises ont désormais recours à des logiciels permettant d’intercepter non plus les e-mails mais aussi les messages instantanés de leurs employés.

Imaginez la réaction des employés de la compagnie américaine de logiciels Sonalysts, lorsque l’un des responsables leur a annoncé que leurs chats pouvaient être surveillé. SILENCE DANS LA SALLE ! Telle fut la réponse des salariés stupéfaits. Cela se passait, il y a un an, lors de la réunion annuelle de l’entreprise. Randy Dickson, analyste-système, avait fait la preuve que les chats n’échappaient pas à la direction en exhibant les extraits de messages privés échangés par deux employés de la firme. Cette histoire, rapportée par le New York Times, ouvre un peu plus le débat, récurrent, sur la cyber-surveillance dans les entreprises.

Inquiétudes des entreprises

Les firmes américaines, comme françaises, utilisent des logiciels de filtrage afin d’empêcher le ralentissement de leurs serveurs par des messages autres que professionnels. La méthode est aujourd’hui acceptée dans les entreprises à condition que les salariés en soient informés au préalable et que la surveillance n’outrepasse pas le droit au respect de la vie privée de l’employé (en tout cas en France).

Mais voilà, aux Etats-Unis, après la chasse aux e-mails les entreprises traquent les chats gênants. L’objectif : éviter que l’échange d’informations confidentielles ne vienne perturber les activités de l’entreprise. Ilustration par l’histoire de ce responsable financier d’un fond d’investissement de la côte Ouest, qui avait envoyé par chat un message à plusieurs amis de la profession, faisant état d’une rumeur courant à propos de l’entreprise People Soft. Celle-ci était suspectée de faire l’objet d’une enquête par la US Securities and Exchange Commission (SEC, l’équivalent américain de la Commission française des opérations de bourse (COB)). Personne ne saura jamais si ces messages sont directement à l’origine de la baisse subite des actions de l’entreprise. Mais bien qu’il fut impossible de démontrer la connexion entre les deux, la firme s’est quand même empressée de publier un démenti et le responsable en cause ne fait aujourd’hui plus partie de la société.

Les traces des chats

Si les e-mails sont facilement consultables par les services informatiques, les chats, eux, sont censés ne laisser aucune trace...Ou presque. Téléchargeables gratuitement par les internautes, les logiciels de discussion, comme ceux édités par America Online, inquiètent les entreprises. Si certaines firmes acceptent bon gré mal gré l’utilisation des chats, d’autres sont moins coulantes. Soit l’utilisation des logiciels de chat est bannie, soit les entreprises étatsuniennes recourrent aujourd’hui à l’installation de programmes d’interception qui permettent d’enregistrer les conversations instantanées. Certaines ont investi dans des systèmes tels que Lotus SameTime mis au point par IBM, ou encore Communicator Hub IM de la société Communicator Inc. Résultat : le marché se développe pour le bonheur des industriels du logiciel. La compagnie FaceTime vient d’ouvrir des locaux à New York pour répondre à la demande des entreprises de Wall Street et le géant Microsoft a annoncé en février qu’il mettait au point l’intégration d’une solution d’archivage (de la société IM Logic) dans la prochaine génération de ses logiciels de chat (Windows messaging software). Instantanés ou non, les web-conversations n’échapperont donc plus à la vigilance des employeurs. Une évolution à laquelle la France ne fera sans doute pas exception.

Article du New York Times
http://www.nytimes.com/2002/04/15/t...
 
Dans la même rubrique

28/11/2003 • 18h33

La Criirad porte plainte contre la Cogema pour avoir diffusé des infos sur les déchets nucléaires

27/11/2003 • 17h14

La Cnil met les"étiquettes intelligentes" sur sa liste noire

26/11/2003 • 18h54

Un observatoire associatif pour lutter contre les inégalités

24/11/2003 • 22h09

EDF refuse d’étudier la résistance de l’EPR à une attaque de type 11-septembre

24/11/2003 • 18h36

La Grèce bannit la biométrie de ses aéroports à un an des Jeux olympiques
Dossier RFID
Les étiquettes "intelligentes"
Dernières infos

28/11/2003 • 19h29

Quand le déclin de la production pétrole mondiale va-t-il débuter ?

28/11/2003 • 19h19

Les réserves de pétrole sont dangereusement surévaluées, dénonce un groupe d’experts

27/11/2003 • 19h01

Un traité onusien veut obliger les belligérants à nettoyer les "résidus explosifs de guerre"

26/11/2003 • 19h06

"The Meatrix", un modèle de dessin animé militant, hilarant et viral

26/11/2003 • 18h47

Pour les Etats-Unis, les essais nucléaires ne sont pas encore de l’histoire ancienne

25/11/2003 • 19h13

Les hébergeurs indépendants ne sont toujours pas responsables, pour l’instant

25/11/2003 • 19h04

Les licences Creative Commons bientôt disponibles en français

24/11/2003 • 18h16

10 000 manifestants réclament la fermeture de la School of Americas

21/11/2003 • 19h36

Deux affaires judiciaires relancent la polémique sur la responsabilité des hébergeurs

21/11/2003 • 19h04

Un anti-raciste poursuivi en justice pour antisémitisme

21/11/2003 • 18h48

Le festival Jonctions confronte art, technologies et éthique

20/11/2003 • 19h28

Un fonctionnaire ne peut utiliser sa messagerie professionnelle à des fins religieuses

20/11/2003 • 19h00

Les technologies de surveillance automatisée tiennent salon au Milipol 2003

20/11/2003 • 18h22

Zouhaïr Yahyaoui libre, les cyberdissidents tunisiens restent harcelés par le régime

20/11/2003 • 16h29

Le site parodique Send Them Back milite pour le renvoi de tous les mp3 "volés" à la RIAA


Contacts |  Haut de page |  Archives
Tous droits réservés | © Transfert.net | Accueil
Logiciels libres |  Confidentialité |  Revue de presse