01 12 2020
Retour a la home
Rubrique Économie
Économie
Rubrique Société
Société
Rubrique Technologies
Technologies
Rubrique Culture
Culture
MOTS CLÉS
 
Tous les mots

DOSSIERS...
 Le projet |  L’équipe |  L’association |  Nos outils  | Actualités |  Sources |  Alertes  
Abonnés : connectez-vous

 
Oubli du mot de passe
TRANSFERT S'ARRETE
Transfert décryptait l'actualité des nouvelles technologies, proposait un fil info quotidien et une série d'outils de veille. Notre agence, refusant toute publicité, dépendait de ses abonnements.
  COPINAGES
Ecoutez Routine.
Protégez-vous.
Auditez votre cybersécurité.
Chiffre du jour
700 000
dépistages génétiques chaque année en Europe, selon la Commission européenne (...)
Revue de Web
 Lindows harcelé
 Cyberdissidents vietnamiens en appel
 Plus de CO2 = moins d’eau potable
Phrase du jour
"Ce service public que nous assurons a besoin de votre soutien pour perdurer"
L’association Inf’OGM, qui justifie la fin de la gratuité de son bulletin d’information (...)

Dossier
Le nucléaire mis au secret
Dossiers récents
 Racisme en ligne : l’affaire Sos-racaille
 Le fichage des passagers aériens
 La bataille des brevets logiciels
 L’impasse énergétique
 L’hydrogène, une énergie (presque) propre
Tous les dossiers
Spacer
Unes de la semaine

lundi 1er/12 Transfert.net

vendredi 28/11 Économie

jeudi 27/11 Société

mercredi 26/11 Culture

mardi 25/11 Économie

Spacer


21/11/2000 • 17h12

Allemagne : la démocratie virtuelle au banc d’essai

Une communauté en ligne a créé sa démocratie virtuelle, avec des partis, des "K@nzler" et des électeurs. On y vote tous les jours. "Notre communauté a la chance de pouvoir devenir une sorte de producteur d’idées nouvelles pour le monde politique réel", Urs Fähndrich, l’actuel chancelier, bachelier âgé de 18 ans dans la vie réelle.


©PP/transfert
Face aux ratés de leur machine électorale, les Américains feraient bien d’aller se ressourcer sur le site de dol2day (democracy online today). En effet, en l’espace de seulement quelques mois, cette communauté en ligne créée par des étudiants allemands d’Aix-la-Chapelle a déjà élu sans aucune difficulté deux "chanceliers de l’Internet". Dans cette petite démocratie virtuelle, c’est bien simple : onvote tous les jours. D’ailleurs, la campagne électorale pour l’élection du prochain "K@nzler ", fixée au 4 décembre prochain, bat déjà son plein.

Lancé sur le réseau à la mi-avril 2000, dol2day est un véritable jeu de simulation politique. Chaque internaute à la possibilité de s’enregistrer sous un pseudonyme et de s’inscrire dans l’un des 15 partis existants. Et, au cas où l’on ne désire pas s’engager, on peut toujours adhérer au groupe neutre surnommé "Le peuple".

Sans qu’il existe de liens officiels avec les partis politiques réels, on y retrouve assez fidèlement l’éventail des courants politiques allemands traditionnels : les chrétiens-démocrates (CIP), les sociaux-démocrates (SIP), les libéraux (IDL), les écologistes (GII) etc... Mais pas seulement. Il y a aussi le sympathique IFGU, l’initiative pour la joie de vivre et le bien dans le monde, ou encore l’AKWA, le "parti des créatifs", qui propose un concept politique limpide et rafraîchissant : AKWA se prononce aussi aqua (l’eau). La politique doit donc être comme l’eau, transparente et au centre de la vie.

Collectionner les points pour être élu

Plus problématique et actuellement au centre des débats des nombreux forums du site : la création récente du FUN (Freiheitlich - Unabhängig - National), un parti au message "libertaire, indépendant et national" que d’aucuns soupçonne, malgré ses envolées démocratiques, d’avoir été créé par des membres du NPD, le parti néo-nazi bien réel qui fait actuellement tant parler de lui en Allemagne. Comme leurs grands frères, les partis virtuels de dol2day n’échappent pas au dilemme posé par les extrêmes : dialogue ou exclusion. Une étape visiblement inévitable dans le processus de maturation de tout système démocratique, virtuel ou non.

La libre expression et la représentation sont au cœur du concept de dol2day. On est là avant tout pour exposer et défendre ses idées. Les plus ambitieux peuvent aussi choisir de faire carrière au sein d’un parti voire, pourquoi pas, en devenir le candidat pour l’élection du chancelier de l’internet qui a lieu environ tous les deux mois. Pour cela, un système de points, les dols-points et les Bimbes (terme ironique pour désigner les pots-de-vins), a été créé. On les obtient en multipliant les prises de positions dans les chatrooms et les forums, en lançant des référendums sur les thèmes les plus variés et en s’attirant les sympathies des autres membres de la communauté. Plus votre participation est grande et plus le nombre de personnes qui adhèrent à vos idées est important, plus vous aurez de points et plus vous verrez grandir vos chances d’être élu. Autre variante pour conquérir le pouvoir : réunir au moins 100 sympathisants et créer son propre parti.

"Notre communauté a la chance de pouvoir devenir une sorte de producteur d’idées nouvelles pour le monde politique réel", estime "Reto" alias Urs Fähndrich, l’actuel "K@nzler", membre de l’Initiative démocratique libérale et bachelier âgé de 18 ans dans la vie réelle. Pour lui, dol2day n’est pas à prendre à la légère et peut même "révolutionner les processus de formation de l’opinion politique".

Pêché de jeunesse

Pour l’instant, dol2day n’en est pas encore là. En effet, les discussions suivies dans les forums ressemblent plus à une juxtaposition peu cohérente d’avis personnels qu’à un véritable débat producteur d’idées. Quant aux questions posées dans les référendums, elles oscillent entre le très sérieux ("Pensez-vous que la coalition rouge-verte soit déjà en bout de course ?" ou "La réforme fiscale peut-elle déclencher une crise des marchés financiers allemands ?") et le n’importe quoi ("Te réjouis-tu de l’approche de la prochaine fête de la bière ?" ou encore "Qui prépare la meilleure pizza congelée ?"). Par ailleurs, l’organisation du gouvernement virtuel de "Reto" semble avoir du mal à s’émanciper des schémas établis. Seule fantaisie : le "ministère de la Défense" a été rebaptisé "ministère de la Paix". Enfin, les pages de présentation des principaux partis de Dol2day sont de plus de plus envahies par les liens et les slogans politiques de leurs grands frères réels.

À la décharge de dol2day, on dira que son existence même est en soi novatrice. Par ailleurs, on rappellera que l’expérience n’a que quelques mois de vie, encore trop peu pour devenir le laboratoire politique qu’elle sera peut-être un jour. La communauté, qui comptait quelques dizaines de membres à ses débuts, en regroupe aujourd’hui plus de 6 000. Tous les espoirs sont permis.

Democracy online today:
www.dol2day.de
 
Dans la même rubrique

28/11/2003 • 18h33

La Criirad porte plainte contre la Cogema pour avoir diffusé des infos sur les déchets nucléaires

27/11/2003 • 17h14

La Cnil met les"étiquettes intelligentes" sur sa liste noire

26/11/2003 • 18h54

Un observatoire associatif pour lutter contre les inégalités

24/11/2003 • 22h09

EDF refuse d’étudier la résistance de l’EPR à une attaque de type 11-septembre

24/11/2003 • 18h36

La Grèce bannit la biométrie de ses aéroports à un an des Jeux olympiques
Dossier RFID
Les étiquettes "intelligentes"
Dernières infos

28/11/2003 • 19h29

Quand le déclin de la production pétrole mondiale va-t-il débuter ?

28/11/2003 • 19h19

Les réserves de pétrole sont dangereusement surévaluées, dénonce un groupe d’experts

27/11/2003 • 19h01

Un traité onusien veut obliger les belligérants à nettoyer les "résidus explosifs de guerre"

26/11/2003 • 19h06

"The Meatrix", un modèle de dessin animé militant, hilarant et viral

26/11/2003 • 18h47

Pour les Etats-Unis, les essais nucléaires ne sont pas encore de l’histoire ancienne

25/11/2003 • 19h13

Les hébergeurs indépendants ne sont toujours pas responsables, pour l’instant

25/11/2003 • 19h04

Les licences Creative Commons bientôt disponibles en français

24/11/2003 • 18h16

10 000 manifestants réclament la fermeture de la School of Americas

21/11/2003 • 19h36

Deux affaires judiciaires relancent la polémique sur la responsabilité des hébergeurs

21/11/2003 • 19h04

Un anti-raciste poursuivi en justice pour antisémitisme

21/11/2003 • 18h48

Le festival Jonctions confronte art, technologies et éthique

20/11/2003 • 19h28

Un fonctionnaire ne peut utiliser sa messagerie professionnelle à des fins religieuses

20/11/2003 • 19h00

Les technologies de surveillance automatisée tiennent salon au Milipol 2003

20/11/2003 • 18h22

Zouhaïr Yahyaoui libre, les cyberdissidents tunisiens restent harcelés par le régime

20/11/2003 • 16h29

Le site parodique Send Them Back milite pour le renvoi de tous les mp3 "volés" à la RIAA


Contacts |  Haut de page |  Archives
Tous droits réservés | © Transfert.net | Accueil
Logiciels libres |  Confidentialité |  Revue de presse