25 07 2017
Retour a la home
Rubrique Économie
Économie
Rubrique Société
Société
Rubrique Technologies
Technologies
Rubrique Culture
Culture
MOTS CLÉS
 
Tous les mots

DOSSIERS...
 Le projet |  L’équipe |  L’association |  Nos outils  | Actualités |  Sources |  Alertes  
Abonnés : connectez-vous

 
Oubli du mot de passe
TRANSFERT S'ARRETE
Transfert décryptait l'actualité des nouvelles technologies, proposait un fil info quotidien et une série d'outils de veille. Notre agence, refusant toute publicité, dépendait de ses abonnements.
  COPINAGES
Jouez sur iPhone à Lucioles.
Sauvez la planète en lisant Terra Eco.
Et pourquoi pas plonger dans Nautilus ?
Ecoutez Routine.
Chiffre du jour
700 000
dépistages génétiques chaque année en Europe, selon la Commission européenne (...)
Revue de Web
 Lindows harcelé
 Cyberdissidents vietnamiens en appel
 Plus de CO2 = moins d’eau potable
Phrase du jour
"Ce service public que nous assurons a besoin de votre soutien pour perdurer"
L’association Inf’OGM, qui justifie la fin de la gratuité de son bulletin d’information (...)

Dossier
Le nucléaire mis au secret
Dossiers récents
 Racisme en ligne : l’affaire Sos-racaille
 Le fichage des passagers aériens
 La bataille des brevets logiciels
 L’impasse énergétique
 L’hydrogène, une énergie (presque) propre
Tous les dossiers
Spacer
Unes de la semaine

lundi 1er/12 Transfert.net

vendredi 28/11 Économie

jeudi 27/11 Société

mercredi 26/11 Culture

mardi 25/11 Économie

Spacer


16/05/2003 • 16h33

Ali Lmrabet risque cinq ans de prison pour "outrage" à Mohammed VI

Le journaliste satirique marocain publie en ligne le journal de sa grève de la faim

Ali Lmrabet, directeur des magazines satiriques marocains Demain et Doumane, entame aujourd’hui son onzième jour de grève de la faim. Il publie sur son site de soutien un "journal de gréviste", tandis qu’il attend le verdict de son procès pour "outrage à la personne du roi", "atteinte au régime monarchique" et "atteinte à l’intégrité territoriale", qui doit être rendu le 21 mai prochain. Lmrabet risque cinq ans de prison ferme et 10 000 euros d’amende pour avoir publié des articles jugés diffamatoires envers la personne du roi Mohammed VI.

Ali Lmrabet annonce à Transfert : "Je fais grève contre ce procès politique. Et jusqu’au bout !" Dans son journal de gréviste, repris notamment sur le site de Samizdat, le journaliste écrit : "Je crois que le pouvoir veut faire de moi un exemple. Créer un précédent d’une publication indépendante qu’il casse."

Jugé "au nom du roi"

Le crime de Lmrabet : avoir publié un dessin et un photomontage caricaturant le pouvoir ainsi qu’un article affirmant que l’une des propriétés royales, le palais de Skhirat, était en vente. En novembre 2001, il a déjà été condamné pour ces faits en première instance à quatre mois de prison ferme et à une amende de 3000 euros. Cette fois, Lmrabet est jugé par un tribunal qui se prononce "au nom du roi".

Robert Ménard, secrétaire général de Reporters sans frontières, met en doute l’impartialité de ce tribunal. "Comment ne pas suspecter de partialité un jugement rendu par des magistrats dont l’avenir professionnel dépend du Conseil supérieur de la magistrature présidé par... le roi ?", demande-t-il dans un communiqué publié le 13 mai.

Harcèlement

Le 6 mai dernier, Lmrabet a mis les employés de ses journaux au chômage technique, en même temps qu’il entamait sa grève de la faim. Depuis sa première condamnation en novembre 2001, le directeur de Demain et Doumane se dit harcelé. Pas moins de quarante journalistes d’un journal proche du pouvoir, Al Ahdath al Maghribiya, ont porté plainte contre lui. Ils s’étaient sentis insultés par une caricature publiée dans Doumane. En avril dernier, c’est le coup de grâce : Eco-Print, l’imprimerie des magazines satiriques, annonce son refus de continuer à travailler pour Lmrabet. Selon ce dernier, Eco-Print subit de vives pressions de la part du pouvoir.

Quelques jours avant le début du procès, le gouvernement marocain multiplie les signes d’apaisement : les plaintes des journalistes d’Al Ahdath sont retirées, Lmrabet est à nouveau autorisé à quitter le Maroc. On lui trouve même un nouvel imprimeur.

Une "tête brûlée" ?

Mais Ali Lmrabet est déterminé à ne pas transiger. "Ils voulaient m’épuiser, ils y sont arrivés", déclare le rédacteur en chef. Il accuse : "Nous avons découvert lors du procès que le ministre de la Justice, le socialiste Mohamed Bouzoubaâ, avait ordonné mon arrestation avant que le juge ne se prononce sur l’affaire. Ce qui est une preuve que des instructions ont été données en haut lieu."

Habitué à ce que ses pressions suffisent à calmer les opposants, le pouvoir fait aujourd’hui face à un homme que beaucoup au Maroc considèrent comme une tête brûlée. A l’instar de Tel Quel, même des journaux progressistes rechignent à soutenir Lmrabet. Dans sa dernière édition, le directeur de Tel Quel écrit : "Voilà une équation impossible à résoudre. D’un côté, un pouvoir effrayé de voir tomber les tabous trop vite (...) De l’autre, un journaliste volontiers candidat au martyre." Et d’ajouter : "L’heure n’est peut être pas encore mûre pour caricaturer le roi, même allégoriquement."

Céder ou creuver...

Lmrabet se dit très inquiet pour son sort. Il considère sa grève de la faim comme une solution "désespérée", qui ne lui laisse finalement "aucune option". Dans le journal de sa grève de la faim, il écrit : "Tu cèdes ou tu crèves, tel est le leitmotiv que le pouvoir marmonne dans ses palais".

Le journaliste refuse d’admettre qu’il a pu aller trop loin. Il interroge : "Franchement, croyez-vous que deux publications satiriques sont à ce point dangereuses pour mettre en danger une monarchie tricentenaire ?" C’est à cette dernière qu’il appartient maintenant de répondre.

Le site de soutien à Ali Lmrabet:
http://membres.lycos.fr/demainmag

Le dernier communiqué de Reporters sans Frontières:
http://www.rsf.org/article.php3?id_...

 
Dans la même rubrique

28/11/2003 • 18h33

La Criirad porte plainte contre la Cogema pour avoir diffusé des infos sur les déchets nucléaires

27/11/2003 • 17h14

La Cnil met les"étiquettes intelligentes" sur sa liste noire

26/11/2003 • 18h54

Un observatoire associatif pour lutter contre les inégalités

24/11/2003 • 22h09

EDF refuse d’étudier la résistance de l’EPR à une attaque de type 11-septembre

24/11/2003 • 18h36

La Grèce bannit la biométrie de ses aéroports à un an des Jeux olympiques
Dossier RFID
Les étiquettes "intelligentes"
Dernières infos

28/11/2003 • 19h29

Quand le déclin de la production pétrole mondiale va-t-il débuter ?

28/11/2003 • 19h19

Les réserves de pétrole sont dangereusement surévaluées, dénonce un groupe d’experts

27/11/2003 • 19h01

Un traité onusien veut obliger les belligérants à nettoyer les "résidus explosifs de guerre"

26/11/2003 • 19h06

"The Meatrix", un modèle de dessin animé militant, hilarant et viral

26/11/2003 • 18h47

Pour les Etats-Unis, les essais nucléaires ne sont pas encore de l’histoire ancienne

25/11/2003 • 19h13

Les hébergeurs indépendants ne sont toujours pas responsables, pour l’instant

25/11/2003 • 19h04

Les licences Creative Commons bientôt disponibles en français

24/11/2003 • 18h16

10 000 manifestants réclament la fermeture de la School of Americas

21/11/2003 • 19h36

Deux affaires judiciaires relancent la polémique sur la responsabilité des hébergeurs

21/11/2003 • 19h04

Un anti-raciste poursuivi en justice pour antisémitisme

21/11/2003 • 18h48

Le festival Jonctions confronte art, technologies et éthique

20/11/2003 • 19h28

Un fonctionnaire ne peut utiliser sa messagerie professionnelle à des fins religieuses

20/11/2003 • 19h00

Les technologies de surveillance automatisée tiennent salon au Milipol 2003

20/11/2003 • 18h22

Zouhaïr Yahyaoui libre, les cyberdissidents tunisiens restent harcelés par le régime

20/11/2003 • 16h29

Le site parodique Send Them Back milite pour le renvoi de tous les mp3 "volés" à la RIAA


Contacts |  Haut de page |  Archives
Tous droits réservés | © Transfert.net | Accueil
Logiciels libres |  Confidentialité |  Revue de presse