04 06 2020
Retour a la home
Rubrique Économie
Économie
Rubrique Société
Société
Rubrique Technologies
Technologies
Rubrique Culture
Culture
MOTS CLÉS
 
Tous les mots

DOSSIERS...
 Le projet |  L’équipe |  L’association |  Nos outils  | Actualités |  Sources |  Alertes  
Abonnés : connectez-vous

 
Oubli du mot de passe
TRANSFERT S'ARRETE
Transfert décryptait l'actualité des nouvelles technologies, proposait un fil info quotidien et une série d'outils de veille. Notre agence, refusant toute publicité, dépendait de ses abonnements.
  COPINAGES
Ecoutez Routine.
Protégez-vous.
Auditez votre cybersécurité.
Chiffre du jour
700 000
dépistages génétiques chaque année en Europe, selon la Commission européenne (...)
Revue de Web
 Lindows harcelé
 Cyberdissidents vietnamiens en appel
 Plus de CO2 = moins d’eau potable
Phrase du jour
"Ce service public que nous assurons a besoin de votre soutien pour perdurer"
L’association Inf’OGM, qui justifie la fin de la gratuité de son bulletin d’information (...)

Dossier
Le nucléaire mis au secret
Dossiers récents
 Racisme en ligne : l’affaire Sos-racaille
 Le fichage des passagers aériens
 La bataille des brevets logiciels
 L’impasse énergétique
 L’hydrogène, une énergie (presque) propre
Tous les dossiers
Spacer
Unes de la semaine

lundi 1er/12 Transfert.net

vendredi 28/11 Économie

jeudi 27/11 Société

mercredi 26/11 Culture

mardi 25/11 Économie

Spacer


15/01/2001 • 16h58

ARCHIVES 1.09 - Chez Triselec, on clique avant de savoir lire

Depuis deux ans, dans la banlieue lilloise, une société de tri de déchets développe un logiciel de formation accessible aux illettrés. Mise en page simplissime, priorité au son et à l’image... Derrière cette idée généreuse, le risque de créer un univers où il serait inutile de savoir lire et écrire.

Le tapis du verre a commencé sa course. Les bouteilles défilent : il faut trier ce qui peut être revendu et ce qui n’est pas recyclable. Vite. Le tapis ne supporte guère les hésitations. Il y a le bruit du verre qui tombe dans les caisses, l’odeur qui prend à la gorge. Les mains s’activent. Clément est énorme, mais ses gestes sont sûrs et maîtrisés. Il porte une blouse grise, de grosses lunettes et des bouchons jaunes coincés dans ses oreilles. Six ans qu’il travaille chez Triselec, la plus importante société de tri de déchets, installée à Halluin dans la banlieue lilloise. Des bâtiments allongés, bleus, rouges, plantés au milieu d’une campagne plate. Jusqu’à vendredi, l’horaire sera immuable : 05 h 30-13 h 30. La semaine prochaine, 13 h 30-21 h 30. Clément a 39 ans, ne sait ni lire ni écrire. L’été dernier, il a suivi une formation d’informatique dans les bâtiments rouges, ceux de l’administration, les bleus étant réservés aux chaînes de tri. Clément a appris à manier la souris et à se servir de Paintshop, un logiciel de traitement et de retouches de photo. Ici, près de 140 000 francs ont été investis depuis deux ans pour mettre en place des outils de formation accessibles aux illettrés. À l’origine de ce projet, Patrick Vandamme, directeur des ressources humaines (DRH) de Triselec. L’homme, barbu et ventru, reçoit dans un bureau vert où s’alignent des trouvailles échouées sur les chaînes de tri d’ordures. À côté d’une étrange bouteille à double goulot, un E.T. pointe son doigt vers un poème chinois punaisé au mur... Patrick Vandamme défend sa vision : « Le multimédia est au cœur de notre dispositif de formation et nous avons tout mis en œuvre pour ne pas exclure des personnes maîtrisant mal l’écriture. » Il faut dire que la structure même de Triselec est assez particulière. Cette société d’économie mixte compte près de 130 ouvriers en situation de requalification, CES (Contrat emploi solidarité) ou CEC (Contrat emploi consolidé), sur 180 employés. Près de 8 % des salariés sont illettrés. « Les nouvelles technologies sont omniprésentes dans notre vie quotidienne, s’enflamme le DRH. On ne peut pas en exclure des gens déjà marginalisés. »

Quelques secondes pour trier les déchets

Loin de remédier à cet analphabétisme, l’idée est donc bien d’adapter les outils à cette situation. Le logiciel de formation au tri de déchets, logiquement baptisé Apprend-Tri, a été conçu dans cet esprit. Une mise en page simple, la priorité à l’image et des textes que l’on peut écouter en cliquant sur l’icône « haut-parleur ». Responsable informatique, Alain Merveille est l’un des concepteurs de ce logiciel : « Au début, je voulais éviter à tout prix le texte, mais des spécialistes de l’illettrisme m’ont expliqué qu’il ne fallait surtout pas exclure l’écriture. Bien au contraire. » Donc, 2 000 bouteilles, morceaux de plastique et bouts de papier, cartons ondulés ou aluminium ont été photographiés. Sur l’écran, tout ce bric-à-brac défile sur un tapis. L’opérateur dispose de quelques secondes pour les trier. « PVC », « PE-HD », « indésirable »... Il s’agit de maîtriser les sigles et ne pas se mélanger les pinceaux. Chaque nouvelle recrue passe devant l’écran pour deux heures de formation assurées par un tuteur. Jean-Claude distille ses cours depuis deux ans : « Ce logiciel nous a facilité la tâche. Tous les ouvriers, quel que soit leur niveau, peuvent l’utiliser. » Dans la foulée, un système de sonorisation des textes internet est en projet. L’intention est louable, avec un risque : créer un univers où il ne serait plus utile de savoir lire et écrire. Patrick Vandamme s’attendait à la remarque, il secoue la tête et soutient son concept : « Je fais un pari. Le pari d’attiser l’appétence et de leur donner l’envie d’aller plus loin. » Mais a-t-on encore de l’« appétence » pour la lecture quand on passe six heures par jour les mains dans les ordures ? Dans la salle multimédia de Triselec - quelques ordinateurs alignés devant une grande baie vitrée -, Alain Merveille, le formateur, choisit des mots plus simples : « J’ai utilisé Paintshop pour initier les illetrés à l’ordinateur. Et surtout pour les valoriser en leur faisant réaliser quelque chose. » Ce quelque chose est une représentation de l’usine, minutieuse et détaillée. « Grâce à ce type de travail, on peut déceler chez eux des qualités que l’on ne soupçonnait pas : un sens du détail et une précision hallucinants. »

« C’est toujours la même rengaine »

Clément, lui, ne raconte pas la même histoire. Pas vraiment disert sur cette expérience, il dit juste que c’était pas mal mais que depuis, plus rien. L’homme s’exprime difficilement, marche doucement, gêné par sa corpulence. Son illettrisme ? Il en parle sans honte, mais avec un sentiment de frustration doublé d’un peu de rage. « C’est pour ça que je ne trouve pas de travail mieux. » Il n’est jamais allé à l’école, sa mère travaillait sur les péniches et « ça coûtait trop cher de m’envoyer en classe ». Clément parle de la fatigue, des jambes engourdies, de ce verre acéré qui vous coupe les mains. Mais aussi d’un stage d’écriture inachevé. « Ici aussi, j’ai demandé, mais ce n’est pas pour tout de suite. » Alors Clément attend. Et pense qu’il y a des gens moins bien lotis que lui. Ça l’aide à tenir. Quand il ne travaille pas, il se balade en moto et fait le ménage dans la maison qu’il partage en célibataire avec son frère aîné. Dans leur salon, des femmes nues se disputent les murs. Clément aimerait bien en trouver une, une vraie, « se caser, ça c’est important ». Silence. Bruno, un autre ouvrier, est moins prolixe mais exprime le même ras-le-bol. Bien sûr, le stage informatique lui a plu. « L’ordinateur, on voit ça qu’à la télé. Alors c’était bien. » Mais il a presque oublié et, depuis, il n’a plus mis les pieds dans l’espace multimédia. Bruno pense surtout à partir. « J’ai horreur de travailler ici. C’est toujours la même rengaine. » Il fait la même réflexion que Clément : « C’est sûr que si je savais lire, j’aurais un métier mieux que ça. » Patrick Vandamme en est conscient : « Il faut savoir que nous sommes les premiers à réfléchir sur l’illettrisme et la formation professionnelle. » Avec son équipe, cet humaniste convaincu développe un projet d’alphabétisation pour le début de l’année prochaine. Sous forme d’apprentissage à distance en liaison avec le CUEEP (Centre université économie éducation permanente) et en dehors des heures de travail. L’année dernière, la direction a proposé à Laoussim un cursus d’alphabétisation au CUEEP de Tourcoing. Le jeune homme de 23 ans n’a pas tenu six mois. « Après le boulot, c’était trop fatigant. J’ai fini par laisser tomber. Le CUEEP, c’est intéressant pour quelqu’un de disponible et sans problèmes. » Certes, des cours sur place via le Net représentent une voie possible, mais pas la panacée. Les ouvriers ne savent pas s’ils auront le courage de s’y mettre, de lâcher les gants pour rejoindre l’écran. Alors que de simples images ont suffi à leur formation...

 
Dans la même rubrique

28/11/2003 • 18h33

La Criirad porte plainte contre la Cogema pour avoir diffusé des infos sur les déchets nucléaires

27/11/2003 • 17h14

La Cnil met les"étiquettes intelligentes" sur sa liste noire

26/11/2003 • 18h54

Un observatoire associatif pour lutter contre les inégalités

24/11/2003 • 22h09

EDF refuse d’étudier la résistance de l’EPR à une attaque de type 11-septembre

24/11/2003 • 18h36

La Grèce bannit la biométrie de ses aéroports à un an des Jeux olympiques
Dossier RFID
Les étiquettes "intelligentes"
Dernières infos

28/11/2003 • 19h29

Quand le déclin de la production pétrole mondiale va-t-il débuter ?

28/11/2003 • 19h19

Les réserves de pétrole sont dangereusement surévaluées, dénonce un groupe d’experts

27/11/2003 • 19h01

Un traité onusien veut obliger les belligérants à nettoyer les "résidus explosifs de guerre"

26/11/2003 • 19h06

"The Meatrix", un modèle de dessin animé militant, hilarant et viral

26/11/2003 • 18h47

Pour les Etats-Unis, les essais nucléaires ne sont pas encore de l’histoire ancienne

25/11/2003 • 19h13

Les hébergeurs indépendants ne sont toujours pas responsables, pour l’instant

25/11/2003 • 19h04

Les licences Creative Commons bientôt disponibles en français

24/11/2003 • 18h16

10 000 manifestants réclament la fermeture de la School of Americas

21/11/2003 • 19h36

Deux affaires judiciaires relancent la polémique sur la responsabilité des hébergeurs

21/11/2003 • 19h04

Un anti-raciste poursuivi en justice pour antisémitisme

21/11/2003 • 18h48

Le festival Jonctions confronte art, technologies et éthique

20/11/2003 • 19h28

Un fonctionnaire ne peut utiliser sa messagerie professionnelle à des fins religieuses

20/11/2003 • 19h00

Les technologies de surveillance automatisée tiennent salon au Milipol 2003

20/11/2003 • 18h22

Zouhaïr Yahyaoui libre, les cyberdissidents tunisiens restent harcelés par le régime

20/11/2003 • 16h29

Le site parodique Send Them Back milite pour le renvoi de tous les mp3 "volés" à la RIAA


Contacts |  Haut de page |  Archives
Tous droits réservés | © Transfert.net | Accueil
Logiciels libres |  Confidentialité |  Revue de presse