19 01 2020
Retour a la home
Rubrique Économie
Économie
Rubrique Société
Société
Rubrique Technologies
Technologies
Rubrique Culture
Culture
MOTS CLÉS
 
Tous les mots

DOSSIERS...
 Le projet |  L’équipe |  L’association |  Nos outils  | Actualités |  Sources |  Alertes  
Abonnés : connectez-vous

 
Oubli du mot de passe
TRANSFERT S'ARRETE
Transfert décryptait l'actualité des nouvelles technologies, proposait un fil info quotidien et une série d'outils de veille. Notre agence, refusant toute publicité, dépendait de ses abonnements.
  COPINAGES
Ecoutez Routine.
Protégez-vous.
Chiffre du jour
700 000
dépistages génétiques chaque année en Europe, selon la Commission européenne (...)
Revue de Web
 Lindows harcelé
 Cyberdissidents vietnamiens en appel
 Plus de CO2 = moins d’eau potable
Phrase du jour
"Ce service public que nous assurons a besoin de votre soutien pour perdurer"
L’association Inf’OGM, qui justifie la fin de la gratuité de son bulletin d’information (...)

Dossier
Le nucléaire mis au secret
Dossiers récents
 Racisme en ligne : l’affaire Sos-racaille
 Le fichage des passagers aériens
 La bataille des brevets logiciels
 L’impasse énergétique
 L’hydrogène, une énergie (presque) propre
Tous les dossiers
Spacer
Unes de la semaine

lundi 1er/12 Transfert.net

vendredi 28/11 Économie

jeudi 27/11 Société

mercredi 26/11 Culture

mardi 25/11 Économie

Spacer


1er/12/2000 • 15h53

ARCHIVES 1.08 - Le Net affole les marchands du foot

Clubs, stars du ballon rond, ligues nationales... et même Bill Gates. Pour tous, Internet est l’avenir du foot. De son business surtout.

Pour s’offrir Luis Figo, la star du FC Barcelone, le 24 juillet, le Real Madrid a sorti 400 millions de francs qu’il n’avait pas. 400 patates que le club madrilène a réunis en vendant Anelka au PSG, mais aussi en cédant les droits Internet de Figo à Telefónica : pour la modique somme de 236 millions, le géant espagnol des télécoms s’est acheté l’image de la star sur le Web. Telefónica n’en demandait pas plus : l’entreprise n’a pas d’équipe de foot, mais des sites Internet en pagaille... Deux jours plus tard, le rachat de l’espoir espagnol Gerard par le FC Barcelone a failli capoter pour une histoire de Web. Le jeune prodige refusait de lâcher ses droits à l’image sur le Réseau. Il a fini par céder et l’affaire s’est faite.

L’odeur du cash

C’est donc parti. Alors que la réforme des transferts de joueurs professionnels secoue le milieu, le Net fait son entrée dans le foot-business. Les joueurs, souvent premiers à sentir l’odeur du cash, l’ont bien compris. Franck Lebœuf, le successeur de Laurent Blanc en équipe de France, est consultant pour sportal.com. L’Anglais cybersportsinternational.com, en construction, vient de décrocher des accords d’exclusivité avec Emmanuel Petit et Thierry Henry. À Paris, Nicolas Béraud, fondateur de Sport4fun, site de pronostics, espère lui aussi accrocher un « bleu » héroïque. Pas avec du cash : à coup de stock-options... Internet, média global, devait logiquement rencontrer le football, sport-roi planétaire. Le mariage devrait donner de nombreux enfants : « Les bénéfices liés aux nouvelles technologies vont exploser. Les clubs ne pourront plus s’en passer », prévoyait cet été Joan Gaspart, président du FC Barcelone, à la signature de Gerard. Cinq mois plus tôt, Gerhard Aigner, secrétaire général de l’UEFA (Union européenne de football association), s’était fendu d’un petit oracle : « La téléphonie mobile, Internet et la télévision formeront une seule et même entité. Cela va engendrer un changement de paramètres pour les clubs. » L’homme parle d’argent. Et pas de pourboires : l’UEFA chiffre à un milliard de dollars les revenus que les grands clubs européens peuvent espérer tirer du Net dans les dix ans à venir. Prudent, ...ric Conrad, directeur général adjoint d’Havas Advertising Sports, qui gère le site de l’OM, avance des recettes Internet comprises « entre 5 et 10 % des ressources du club d’ici deux ou trois ans ». Mais la réduction des recettes des transferts, jusqu’à 25 % des revenus des grands clubs, devrait doper ces proportions et renforcer l’ardeur des clubs à trouver de nouvelles sources de profit. Jusqu’en 1999, clubs et organisateurs de compétitions se focalisaient sur la manne des droits de diffusion télé des matchs. Mais en septembre 1999, la négociation des droits TV de la première division anglaise s’est alourdie d’un « paquet » Internet. Une première. Et la bataille n’a opposé que des poids-lourds. Bill Gates aurait proposé 10 milliards de francs mais c’est BSkyB (chaîne par satellite, propriété de Rupert Murdoch) qui a raflé l’ensemble pour 13 milliards de francs : 230 millions de francs pour les seuls droits de rediffusion sur le Net. BSkyB s’est récemment illustrée sur le Web : actionnaire de Sportal, elle a payé, en mai dernier, 3 milliards de francs pour Sportinternet - qui gère les sites de 12 clubs de première division anglaise et possède planetfootball.com. Ses sites totalisent 70 millions de pages vues. Et elle veut introduire en Bourse Chelsea Village, le site du club londonien dont elle est actionnaire.

Gel jusqu’en 2004

Malgré cette fièvre du Web - 1001foot.com recensait récemment 4 690 sites de foot -, la diffusion des grands matchs va rester, un temps encore, l’apanage des télés. La qualité de l’image laisse encore à désirer. Et les internautes sont trop peu nombreux pour que le jeu en vaille la chandelle. D’ailleurs, au niveau européen, l’UEFA n’a pas encore autorisé la diffusion d’un match officiel sur le Net. Prudence ? « Ils ont surtout vu que les prix flambaient. Ils attendent de voir ce qu’ils vont pouvoir en tirer », pense Dominique Bessière, directeur des sites sportifs chez CanalNumedia, filiale Internet de Canal Plus. En France, les droits du Net, « gelés » l’été dernier, ont été l’un des enjeux de l’élection de Gérard Bourgoin à la tête de la Ligue nationale de football. Sa victoire n’a pour l’heure rien changé. « Les contrats passés rendent difficile la vente de droits Internet », explique Philippe Diallo, chargé par Bourgoin de phosphorer sur la question. En clair : les chaînes françaises qui ont payé cher les droits télés n’on pas vraiment envie de voir les matchs retransmis sur le Net... D’accord, un petit quota a bien été cédé : la Ligue, les clubs et les chaînes détentrices de droits TV peuvent diffuser sur leurs sites deux minutes d’images, 24 heures après les matchs. Pour le reste, le gel durera jusqu’en 2004. En principe. Canal, elle, se prépare en diffusant sur le Web des matchs africains.

Face aux télés, le Net joue donc la carte de la complémentarité. « Les matchs en vidéo sur le Web sont des coups marketing. L’avenir, c’est le service, assure Frédéric Sitterlé de sport24.com. Sur le site de la Fédération, fff.fr, trois personnes publient, chaque semaine, tous les résultats français, du plus grand match jusqu’à la rencontre de village. La télé s’intéresse à l’élite du foot. Internet est un média participatif. » Peut-être. Mais les argentiers du foot envisagent d’autres ressources sur le Net : merchandising, e-commerce, billetterie, paris en ligne... À l’invite du tandem Canal Plus-Groupe Darmon, dix grands clubs français ont monté le club Europe, pour tirer parti des opportunités du numérique. À la clé pour Canal : un site de merchandising.

Mainmise contestée

Les filiales de grands groupes - comme CanalNumedia ou Havas Advertising Sport - dominent un pan du marché français des produits star du foot, qu’il s’agisse des clubs ou des joueurs. CanalNumedia a déjà à son actif les sites d’Auxerre, Nantes et Lens, ceux de Zidane, Djorkaeff ou Lizarazu. Havas a joué de sa connaissance des annonceurs pour rafler les contrats de l’OM, Saint-...tienne ou Toulouse. Mais cette mainmise est contestée par de jeunes venues, comme l’anglaise Sportal, qui a créé les sites de l’Euro 2000, du PSG et de grands clubs européens, ou encore Athleteline. En soufflant Anelka à la concurrence - le clan de Nicolas appréciait trop peu les railleries des Guignols pour signer avec la filiale de Canal Plus -, la petite Athleteline a réussi un coup de maître. Née en septembre 1999, cette start-up a reçu, en juin, le soutien de BNP-Paribas, Capital Invest et In qual. Depuis, elle a convaincu Barthez et Deschamps. Ses sites affichent un million de pages vues et 150 000 visiteurs uniques en juillet, dont la moitié pour celui d’Anelka. Nicolas se lancera en octobre dans la vente en ligne : casquettes, tee-shirts dédicacés et maillots trempés de sueur... Le joueur touchera 25 % des recettes de son site. On a connu son clan plus gourmand. •

 
Dans la même rubrique

28/11/2003 • 19h29

Quand le déclin de la production pétrole mondiale va-t-il débuter ?

28/11/2003 • 19h19

Les réserves de pétrole sont dangereusement surévaluées, dénonce un groupe d’experts

25/11/2003 • 19h13

Les hébergeurs indépendants ne sont toujours pas responsables, pour l’instant

25/11/2003 • 19h04

Les licences Creative Commons bientôt disponibles en français

21/11/2003 • 19h36

Deux affaires judiciaires relancent la polémique sur la responsabilité des hébergeurs
Dossier RFID
Les étiquettes "intelligentes"
Dernières infos

28/11/2003 • 18h33

La Criirad porte plainte contre la Cogema pour avoir diffusé des infos sur les déchets nucléaires

27/11/2003 • 19h01

Un traité onusien veut obliger les belligérants à nettoyer les "résidus explosifs de guerre"

27/11/2003 • 17h14

La Cnil met les"étiquettes intelligentes" sur sa liste noire

26/11/2003 • 19h06

"The Meatrix", un modèle de dessin animé militant, hilarant et viral

26/11/2003 • 18h54

Un observatoire associatif pour lutter contre les inégalités

26/11/2003 • 18h47

Pour les Etats-Unis, les essais nucléaires ne sont pas encore de l’histoire ancienne

24/11/2003 • 22h09

EDF refuse d’étudier la résistance de l’EPR à une attaque de type 11-septembre

24/11/2003 • 18h36

La Grèce bannit la biométrie de ses aéroports à un an des Jeux olympiques

24/11/2003 • 18h16

10 000 manifestants réclament la fermeture de la School of Americas

21/11/2003 • 19h04

Un anti-raciste poursuivi en justice pour antisémitisme

21/11/2003 • 18h48

Le festival Jonctions confronte art, technologies et éthique

20/11/2003 • 19h28

Un fonctionnaire ne peut utiliser sa messagerie professionnelle à des fins religieuses

20/11/2003 • 19h00

Les technologies de surveillance automatisée tiennent salon au Milipol 2003

20/11/2003 • 18h22

Zouhaïr Yahyaoui libre, les cyberdissidents tunisiens restent harcelés par le régime

20/11/2003 • 16h29

Le site parodique Send Them Back milite pour le renvoi de tous les mp3 "volés" à la RIAA


Contacts |  Haut de page |  Archives
Tous droits réservés | © Transfert.net | Accueil
Logiciels libres |  Confidentialité |  Revue de presse