08 12 2019
Retour a la home
Rubrique Économie
Économie
Rubrique Société
Société
Rubrique Technologies
Technologies
Rubrique Culture
Culture
MOTS CLÉS
 
Tous les mots

DOSSIERS...
 Le projet |  L’équipe |  L’association |  Nos outils  | Actualités |  Sources |  Alertes  
Abonnés : connectez-vous

 
Oubli du mot de passe
TRANSFERT S'ARRETE
Transfert décryptait l'actualité des nouvelles technologies, proposait un fil info quotidien et une série d'outils de veille. Notre agence, refusant toute publicité, dépendait de ses abonnements.
  COPINAGES
Ecoutez Routine.
Protégez-vous.
Chiffre du jour
700 000
dépistages génétiques chaque année en Europe, selon la Commission européenne (...)
Revue de Web
 Lindows harcelé
 Cyberdissidents vietnamiens en appel
 Plus de CO2 = moins d’eau potable
Phrase du jour
"Ce service public que nous assurons a besoin de votre soutien pour perdurer"
L’association Inf’OGM, qui justifie la fin de la gratuité de son bulletin d’information (...)

Dossier
Le nucléaire mis au secret
Dossiers récents
 Racisme en ligne : l’affaire Sos-racaille
 Le fichage des passagers aériens
 La bataille des brevets logiciels
 L’impasse énergétique
 L’hydrogène, une énergie (presque) propre
Tous les dossiers
Spacer
Unes de la semaine

lundi 1er/12 Transfert.net

vendredi 28/11 Économie

jeudi 27/11 Société

mercredi 26/11 Culture

mardi 25/11 Économie

Spacer


9/10/2000 • 00h00

ARCHIVES 1.07 - Les claviers du futur seront tissés

Le couturier parisien Olivier Lapidus est un pionnier du “i-Wear”, ou “vêtement intelligent” - des robes, vestes, manteaux, etc., auxquels on a intégré des composants électroniques. Il décrit ce que devrait être une industrie de la haute couture à la fois artisanale et high-tech, férue de brevets et non dépourvue d’humour.

)transfert : Depuis quand travaillez-vous sur le vêtement high-tech ?

Olivier Lapidus : En 1984, j’ai déposé le brevet pour une borne mobile solaire à l’Institut national de la propriété industrielle. Cela a fait rire tout le monde. Mais c’était bel et bien le premier vêtement capable de transformer l’énergie solaire. Pour quoi faire ? Pour chauffer le vêtement, en répartissant la chaleur sur l’ensemble du tissu, ou bien pour plugger un téléphone. À l’époque, cette idée paraissait insensée. Le combiné de radiotéléphone tenait dans une valise, il était à peine portable.

) Mais vous n’êtes pas seul à travailler sur le vêtement électronique. Parmi les centres scientifiques, le Massachusetts Institute of Technology est très impliqué...

Il n’y a rien de neuf. C’est moi le père des fonctions additionnelles dans le textile. J’ai été le premier à ajouter une caméra vidéo ou une montre dans le vêtement.

) A-t-on résolu le problème de la source d’énergie pour alimenter les équipements électriques ?

Comme source d’énergie, j’ai utilisé les piles photovoltaïques ou bien les batteries au lithium. En 16 ans, les progrès de l’industrie solaire ont été immenses. Cela dit, tout le travail de marketing autour de ces innovations reste à faire. J’étudie aussi les systèmes gyroscopiques, c’est-à-dire le rechargement automatique des batteries en lien avec le mouvement du corps humain. Aujourd’hui, on s’en sert surtout pour recharger les montres automatiques. Demain, toute l’électronique intégrée au vêtement pourra être alimentée de la sorte. Il suffira d’un élément de la taille d’une pièce de monnaie, mais souple, pour récupérer l’énergie du mouvement. Cela permettra de développer les fonctions thermorégulatrices, informatiques ou commerçantes du vêtement.

) Parlons-en : à quoi peut bien servir un vêtement électronique ?

Pour l’instant, il y a trois marchés principaux. Celui du vêtement de travail, qui nécessite des fonctions communicantes. Le domaine des équipements de haute performance, pour le ski extrême par exemple, ou tout autre sport qui exige un système de sécurité intégré. Et enfin, les vêtements de loisirs.

) Comment un vêtement composé d’un moniteur vidéo ou bien d’un clavier peut-il devenir pratique à porter au quotidien ? C’est encombrant, ce n’est pas lavable en machine...

Vous pouvez parfaitement faire nettoyer à sec les vêtements intelligents que je conçois. D’autre part, les claviers du futur seront tissés à même l’étoffe. Une firme anglaise, Electrotextiles, a breveté un modèle de clavier qu’elle développe actuellement. Ce type de produit va arriver très vite sur le marché. De même, les écrans plats souples de deux millimètres d’épaisseur sont déjà prêts. Avec l’invention d’une encre électronique, l’“e-ink", le papier électronique devient une réalité. Un jour, nous aurons aussi des téléphones cellulaires équipés d’un écran tactile, en couleur, souple, léger, et lavable ! Tout cela existe déjà dans les laboratoires...

) Vous avez créé des robes intégrant un écran vidéo animé. À quoi ça sert ?

Avec la robe vidéo, j’ai choisi un axe décoratif, consistant à déterminer les compatibilités entre le son, l’image et le textile. Le papier électronique constitue un nouveau stade d’évolution du textile. Au cours des siècles précédents, on réalisait des imprimés en broderie, parce que c’était la technologie de l’époque. Maintenant, il est possible d’animer les images. On peut faire défiler des images fractales. On peut aussi développer un système d’imprimerie musicale. L’avenir est à la génération aléatoire d’images ou de sons. C’est l’équivalent de la broderie au XIXe siècle !

) Il y a un paradoxe à vous entendre parler de haute technologie, tout en célébrant l’artisanat à l’ancienne...

Dans l’une des trois vidéos, on voit une ouvrière du textile. J’ai voulu montrer que les métiers d’art ne sont ni des trésors vivants, ni des natures mortes. Ils sont vivaces, grâce à la transversalité industrielle. Sans les artisans d’art, nous n’en serions pas là. Sans robe du soir, pas de navette spatiale : les fibres de verre et de carbone ont été fabriquées grâce à l’expertise des métiers de la soie. La chirurgie ligamentaire, elle aussi, est fondée sur l’étude de la dentelle du Puy. Les filets de protection des autoroutes ont été réalisés d’après l’agrandissement au microscope des mantilles du XIXe siècle, en remplaçant simplement le fil de soie par un kevlar. Je rêve d’un pôle d’innovation où les artisans auraient leur place. C’est d’ailleurs, à mon sens, la seule façon pour que la France regagne sa place dans la couture. Dans les années 50, 1,75 million de personnes travaillaient dans ce secteur. En 1999, nous n’étions plus que 250 000. Il n’y a plus qu’une quinzaine de maisons, contre une centaine jadis. La France serait-elle condamnée à exposer la mode des autres sans la fabriquer ?

) Les technologies vont-elles influer sur le style ?

Courrèges, Paco Rabanne ont créé une mode qui correspondait à une époque, un style. Ma génération a besoin d’un concept différent. On voulait “rendre l’utile beau". La nouvelle économie voudra rendre le beau intelligent, c’est-à-dire multifonctionnel. En ce sens, un vêtement doté d’un téléphone intégré n’a rien d’un gadget. Ou bien toute la nouvelle économie est une économie du gadget. Le cellulaire, c’est comme les baskets ou les voitures : un prolongement de l’homme. Et ces extensions de l’individu ont tendance à se rapprocher de plus en plus de son corps. Ou bien à l’imiter par un design anthropomorphique. Il y a les tissus “seconde peau", aussi fins que l’épiderme, les téléphones tellement minuscules qu’ils se perdent au fond d’une poche... Les objets suivent l’homme. L’homme a besoin d’objets et de place. D’où la nécessité de miniaturiser et de rendre multifonctionnel.

) À quoi ressemblerait, selon vous, une mode moderne et innovante ?

Personnellement, cela fait vingt ans que je travaille dans l’establishment de la couture, et je m’en lasse. Il est temps de créer une nouvelle page, de démocratiser ce savoir-faire. Mon but avec la robe vidéo, c’est que des gens qui n’ont pas d’argent puissent avoir des images à eux. Les pièces de couture uniques, qui coûtaient des fortunes parce qu’elles étaient produites à l’unité, vont pouvoir être industrialisées. Il suffira de changer les images fractales sur l’écran.

 
Dans la même rubrique

28/11/2003 • 18h33

La Criirad porte plainte contre la Cogema pour avoir diffusé des infos sur les déchets nucléaires

27/11/2003 • 17h14

La Cnil met les"étiquettes intelligentes" sur sa liste noire

26/11/2003 • 18h54

Un observatoire associatif pour lutter contre les inégalités

24/11/2003 • 22h09

EDF refuse d’étudier la résistance de l’EPR à une attaque de type 11-septembre

24/11/2003 • 18h36

La Grèce bannit la biométrie de ses aéroports à un an des Jeux olympiques
Dossier RFID
Les étiquettes "intelligentes"
Dernières infos

28/11/2003 • 19h29

Quand le déclin de la production pétrole mondiale va-t-il débuter ?

28/11/2003 • 19h19

Les réserves de pétrole sont dangereusement surévaluées, dénonce un groupe d’experts

27/11/2003 • 19h01

Un traité onusien veut obliger les belligérants à nettoyer les "résidus explosifs de guerre"

26/11/2003 • 19h06

"The Meatrix", un modèle de dessin animé militant, hilarant et viral

26/11/2003 • 18h47

Pour les Etats-Unis, les essais nucléaires ne sont pas encore de l’histoire ancienne

25/11/2003 • 19h13

Les hébergeurs indépendants ne sont toujours pas responsables, pour l’instant

25/11/2003 • 19h04

Les licences Creative Commons bientôt disponibles en français

24/11/2003 • 18h16

10 000 manifestants réclament la fermeture de la School of Americas

21/11/2003 • 19h36

Deux affaires judiciaires relancent la polémique sur la responsabilité des hébergeurs

21/11/2003 • 19h04

Un anti-raciste poursuivi en justice pour antisémitisme

21/11/2003 • 18h48

Le festival Jonctions confronte art, technologies et éthique

20/11/2003 • 19h28

Un fonctionnaire ne peut utiliser sa messagerie professionnelle à des fins religieuses

20/11/2003 • 19h00

Les technologies de surveillance automatisée tiennent salon au Milipol 2003

20/11/2003 • 18h22

Zouhaïr Yahyaoui libre, les cyberdissidents tunisiens restent harcelés par le régime

20/11/2003 • 16h29

Le site parodique Send Them Back milite pour le renvoi de tous les mp3 "volés" à la RIAA


Contacts |  Haut de page |  Archives
Tous droits réservés | © Transfert.net | Accueil
Logiciels libres |  Confidentialité |  Revue de presse