29 03 2017
Retour a la home
Rubrique Économie
Économie
Rubrique Société
Société
Rubrique Technologies
Technologies
Rubrique Culture
Culture
MOTS CLÉS
 
Tous les mots

DOSSIERS...
 Le projet |  L’équipe |  L’association |  Nos outils  | Actualités |  Sources |  Alertes  
Abonnés : connectez-vous

 
Oubli du mot de passe
TRANSFERT S'ARRETE
Transfert décryptait l'actualité des nouvelles technologies, proposait un fil info quotidien et une série d'outils de veille. Notre agence, refusant toute publicité, dépendait de ses abonnements.
  COPINAGES
Jouez sur iPhone à Lucioles.
Sauvez la planète en lisant Terra Eco.
Et pourquoi pas plonger dans Nautilus ?
Ecoutez Routine.
Chiffre du jour
700 000
dépistages génétiques chaque année en Europe, selon la Commission européenne (...)
Revue de Web
 Lindows harcelé
 Cyberdissidents vietnamiens en appel
 Plus de CO2 = moins d’eau potable
Phrase du jour
"Ce service public que nous assurons a besoin de votre soutien pour perdurer"
L’association Inf’OGM, qui justifie la fin de la gratuité de son bulletin d’information (...)

Dossier
Le nucléaire mis au secret
Dossiers récents
 Racisme en ligne : l’affaire Sos-racaille
 Le fichage des passagers aériens
 La bataille des brevets logiciels
 L’impasse énergétique
 L’hydrogène, une énergie (presque) propre
Tous les dossiers
Spacer
Unes de la semaine

lundi 1er/12 Transfert.net

vendredi 28/11 Économie

jeudi 27/11 Société

mercredi 26/11 Culture

mardi 25/11 Économie

Spacer


17/07/2003 • 17h26

AOL saborde Netscape et libère Mozilla

Le navigateur séminal est mort. La version open source continue via une fondation

modifié le 23 juillet

Netscape, l’un des rares navigateurs concurrents d’Internet Explorer, vient de mourir. AOL Time Warner a en effet annoncé le 15 juillet le licenciement des cinquante derniers développeurs en charge du produit dans sa filiale, soit un dixième de ses employés. La multinationale se dégage également du projet Mozilla, la version open source de Netscape. Mais le navigateur "libre" continuera lui à se développer grâce à une fondation regroupant des développeurs bénévoles qu’AOL soutiendra au moins à court terme.

La relation entre Netscape et AOL aura duré moins de 5 ans. Après avoir tenté en vain, en 1995, de s’allier avec celui qui était alors le leader des navigateurs internet, afin de contrer Microsoft, le fournisseur d’accès américain avait déboursé 4,2 milliards de dollars fin 1998 pour le racheter.

De Netscape, il ne restera que le nom, le logo ayant été ôté de la façade du siège d’AOL après l’annonce de mardi. AOL, reconnaissant la forte image de la marque, assurera le service aux usagers et entretiendra le site Netscape.com. Mais le navigateur ne connaîtra plus de nouvelle version ni d’amélioration. Seule sa version open source, lancée en 1998, continuera de se développer, sous la houlette de la Fondation Mozilla, également créée le 15 juillet.

Internet Explorer m’a tuer

Considéré comme un des pionniers du web, Netscape n’a pas résisté au rouleau compresseur Internet Explorer. Quand AOL a racheté Netscape en 1998, ses parts de marché étaient comparables à celles du navigateur de la firme de Bill Gates. Aujourd’hui, l’Internet Explorer de Microsoft contrôle un peu plus de 86 % du marché des navigateurs, selon les statistiques de l’organisme W3Schools. Il ne reste que des miettes pour Mozilla (5,5 %), Netscape (4 %) et Opera (1,7 %).

C’était en partie pour contrer Microsoft que Netscape avait lancé le projet Mozilla en février 1998, en rendant public le code source de la version 5.0 de son Communicator. En confiant les futurs développements au staff de Mozilla, Netscape pensait obtenir deux avantages : décupler ses capacités d’innovation en demandant la contribution de développeurs du monde entier et infuser sa technologie dans d’autres logiciels. En rachetant Netscape quelques mois après le lancement de Mozilla, AOL avait conservé le projet.

Mozilla, parfois gêné par les dirigeants d’AOL par exemple inquiets de voir incluses des fonctionnalités anti-pub, reste pourtant un navigateur applaudi par le monde de l’internet. Du magazine référence PC World au quotidien britannique The Guardian, les critiques saluent ses fonctionnalités variées (navigation par onglets, verrouillage anti-fenêtres de publicité pop-up), ainsi que les logiciels associés (lecteur d’email, éditeur de page web, messagerie IRC). A contrario, Internet Explorer fait plus souvent parler de lui par ses failles de sécurité.

750 millions de dollars

Les accords entre Microsoft et AOL Time Warner ont scellé le sort de Netscape. Après l’échec des négociations entre Netscape et AOL en 1995-1996, c’était finalement l’Internet Explorer de Microsoft qui avait obtenu le privilège d’être distribué aux millions d’abonnés du premier fournisseur d’accès mondial, malgré la rivalité entre les deux géants.

Au terme de cet accord, au printemps 2001, les renégociations avaient été l’occasion d’un refroidissement du climat entre AOL et Microsoft, jusqu’à ce que le fournisseur d’accès intente finalement, par l’intermédiaire de sa filiale Netscape, un procès pour abus de position dominante au leader mondial du logiciel, qui était déjà poursuivi par la justice américaine pour le même motif. Démarrée en janvier 2002, l’affaire s’est conclue récemment, en mai 2003, par une entente entre les deux groupes. Microsoft a notamment dédommagé AOL de 750 millions de dollars et Internet Explorer a été officiellement reconduit comme navigateur par défaut d’AOL, pour sept ans.

Aujourd’hui, le fournisseur d’accès américain lâche sa filiale Netscape et le projet Mozilla. Ce dernier sera désormais conduit par la Fondation Mozilla, une organisation à but non lucratif présidée par Mitchell Baker, ex-directeur de Mozilla.org. Mitch Kapor, inventeur de la suite bureautique Lotus et défenseur des logiciels libres, en sera le directeur. Les membres, dont dix permanents, seront pour une bonne partie d’entre eux des développeurs nouvellement licenciés.

"Les messages sur les canaux de discussion IRC #mozilla et #mozillazine parlent beaucoup des licenciements. Mais je crois qu’ils auront un impact sur le court terme uniquement. Les développeurs de par le monde - et il y a de très bons - continueront à faire évoluer Mozilla", relativise David Bradley, développeur de Netscape et Mozilla.

"La méritocratie de l’open source"

"Nous avons toujours voulu une organisation indépendante pour Mozilla et nous avons conduit les affaires selon ce qui nous semblait bon pour Mozilla, non par rapport aux bénéfices des contributeurs industriels, clament Mitchell Baker et Brendan Eich dans un forum. Il n’a été jamais été facile de porter deux casquettes. Les conflits sont survenus et sont passés. Nous préferons pour notre expérience continuer le projet sur la base de la méritocratie de l’open source. Il n’y a jamais eu d’autre voie."

La Fondation Mozilla disposera d’un budget de 2 millions de dollars sur deux ans, suite à un accord avec AOL. Elle touchera 300 000 dollars supplémentaires de Mitch Kapor. Le géant Sun Microsystems et le spécialiste du logiciel libre Red Hat envisageraient d’y contribuer.

La fondation Mozilla axera son effort sur le démantèlement du mastodonte Mozilla. Des critiques lui reprochent son code trop lourd et trop fouilli. Il sera séparé en deux parties : un navigateur plus léger et performant, le Mozilla Firebird, actuellement disponible dans sa version beta 0.6, et un logiciel d’email, Mozilla Thunderbird, encore balbutiant.

Le projet Mozilla continuera donc. Espérons qu’il pourra amener de nouvelles innovations, qui manquent cruellement sur le marché des navigateurs actuels, selon Marc Andreessen, cocréateur de feu Mosaïc, le premier navigateur internet, et fondateur de Netscape.

Le site de la Fondation Mozilla:
http://www.mozillafoundation.org

Le site du navigateur Mozilla Firebird:
http://www.mozilla.org/projects/fir...

Le site du logiciel d’email Mozilla Thunderbird:
http://www.mozilla.org/projects/thu...

 
Dans la même rubrique

28/11/2003 • 19h29

Quand le déclin de la production pétrole mondiale va-t-il débuter ?

28/11/2003 • 19h19

Les réserves de pétrole sont dangereusement surévaluées, dénonce un groupe d’experts

25/11/2003 • 19h13

Les hébergeurs indépendants ne sont toujours pas responsables, pour l’instant

25/11/2003 • 19h04

Les licences Creative Commons bientôt disponibles en français

21/11/2003 • 19h36

Deux affaires judiciaires relancent la polémique sur la responsabilité des hébergeurs
Dossier RFID
Les étiquettes "intelligentes"
Dernières infos

28/11/2003 • 18h33

La Criirad porte plainte contre la Cogema pour avoir diffusé des infos sur les déchets nucléaires

27/11/2003 • 19h01

Un traité onusien veut obliger les belligérants à nettoyer les "résidus explosifs de guerre"

27/11/2003 • 17h14

La Cnil met les"étiquettes intelligentes" sur sa liste noire

26/11/2003 • 19h06

"The Meatrix", un modèle de dessin animé militant, hilarant et viral

26/11/2003 • 18h54

Un observatoire associatif pour lutter contre les inégalités

26/11/2003 • 18h47

Pour les Etats-Unis, les essais nucléaires ne sont pas encore de l’histoire ancienne

24/11/2003 • 22h09

EDF refuse d’étudier la résistance de l’EPR à une attaque de type 11-septembre

24/11/2003 • 18h36

La Grèce bannit la biométrie de ses aéroports à un an des Jeux olympiques

24/11/2003 • 18h16

10 000 manifestants réclament la fermeture de la School of Americas

21/11/2003 • 19h04

Un anti-raciste poursuivi en justice pour antisémitisme

21/11/2003 • 18h48

Le festival Jonctions confronte art, technologies et éthique

20/11/2003 • 19h28

Un fonctionnaire ne peut utiliser sa messagerie professionnelle à des fins religieuses

20/11/2003 • 19h00

Les technologies de surveillance automatisée tiennent salon au Milipol 2003

20/11/2003 • 18h22

Zouhaïr Yahyaoui libre, les cyberdissidents tunisiens restent harcelés par le régime

20/11/2003 • 16h29

Le site parodique Send Them Back milite pour le renvoi de tous les mp3 "volés" à la RIAA


Contacts |  Haut de page |  Archives
Tous droits réservés | © Transfert.net | Accueil
Logiciels libres |  Confidentialité |  Revue de presse