24 01 2020
Retour a la home
Rubrique Économie
Économie
Rubrique Société
Société
Rubrique Technologies
Technologies
Rubrique Culture
Culture
MOTS CLÉS
 
Tous les mots

DOSSIERS...
 Le projet |  L’équipe |  L’association |  Nos outils  | Actualités |  Sources |  Alertes  
Abonnés : connectez-vous

 
Oubli du mot de passe
TRANSFERT S'ARRETE
Transfert décryptait l'actualité des nouvelles technologies, proposait un fil info quotidien et une série d'outils de veille. Notre agence, refusant toute publicité, dépendait de ses abonnements.
  COPINAGES
Ecoutez Routine.
Protégez-vous.
Chiffre du jour
700 000
dépistages génétiques chaque année en Europe, selon la Commission européenne (...)
Revue de Web
 Lindows harcelé
 Cyberdissidents vietnamiens en appel
 Plus de CO2 = moins d’eau potable
Phrase du jour
"Ce service public que nous assurons a besoin de votre soutien pour perdurer"
L’association Inf’OGM, qui justifie la fin de la gratuité de son bulletin d’information (...)

Dossier
Le nucléaire mis au secret
Dossiers récents
 Racisme en ligne : l’affaire Sos-racaille
 Le fichage des passagers aériens
 La bataille des brevets logiciels
 L’impasse énergétique
 L’hydrogène, une énergie (presque) propre
Tous les dossiers
Spacer
Unes de la semaine

lundi 1er/12 Transfert.net

vendredi 28/11 Économie

jeudi 27/11 Société

mercredi 26/11 Culture

mardi 25/11 Économie

Spacer


18/09/2000 • 00h00

À bas la culture d’entreprise !

Dans un livre de fiction paru le 18 septembre, Jeremie Lefebvre raconte avec humour son expérience au sein d’Ubisoft. Il y décrit le quotidien d’une génération au travail dans une entreprise fleuron de la nouvelle économie. Interview.


Julie Krassovsky
Graphiste et designer de formation, Jeremie Lefebvre entre le 19 février 1997 chez Ubisoft, l’un des trois gros éditeurs de jeux vidéo en France. La moyenne d’âge y avoisine les 25 ans. Sur huit étages, chaque plateau offre la même vision : des rangées d’ordinateurs dont dépassent les têtes blondes et brunes de salariés au look d’adolescents. Intégré à l’équipe créative de l’entreprise, Jeremie découvre progressivement que cette escouade sert de vitrine artistique à l’éditeur de jeux vidéo. Pas dupe, il s’engage dans la construction d’Ubifree, la première section syndicale virtuelle. L’observation de ses jeunes collègues a inspiré le livre (1) qu’il publie aujourd’hui.

Quelle est l’idée principale de votre livre ?

Jeremie Lefebvre : Il faut cesser de croire à la culture d’entreprise. Si on s’y laisse glisser, on perd progressivement son identité. C’était le cas chez Ubisoft, où les employeurs jouaient sur la jeunesse des salariés - la moyenne était de 25 ans - et sur le fait que, pour la plupart d’entre eux, c’était leur premier emploi. J’ai donc voulu raconter l’ambiance de travail dans laquelle j’ai vécu pendant deux ans et essayer d’analyser la génération à laquelle j’appartiens. Après mon expérience chez Ubisoft, le sentiment qu’il n’y avait pas d’identité de génération chez ceux qui travaillaient là s’est renforcé. On avait l’impression que tous les salariés s’étaient installés, moi y compris, dans un modèle établi par l’ancienne génération et que l’on n’y apportait pas notre patte.

Cela se traduisait comment ?

L’absurdité de travailler tout le temps, le nez collé à l’écran, de ne pas savoir qui décide quoi, à quel projet on collabore, de communiquer essentiellement par e-mail. Il y avait un manque de communication énorme et personne ne semblait s’en soucier. En même temps, l’idée générale qui empêchait tout le monde de râler c’était "On a de la chance d’être là" et de fabriquer des jeux vidéo. Tant d’ados voudraient être à notre place. Ce refrain était largement distillé par le chargé de communication de l’entreprise. À la cafétéria, j’entendais les conversations des testeurs de jeux et des games designers qui acceptaient comme une fatalité le fait qu’ils n’avaient pas eu de week-end ou qu’ils avaient bossé jusqu’à 11 heures tous les soirs de la semaine. Le tout sans paiement des heures supplémentaires, sans syndicat, sans comité d’entreprise, sans délégué du personnel. Si bien que personne ne suivait l’évolution des employés dans la boîte et les quelques personnes qui s’opposaient à la direction risquaient de perdre leur place. D’ailleurs, elles n’auraient même pas le temps d’envisager de créer un syndicat...

Vous décrivez des abus qui ne sont pas spécifiques aux entreprises de nouvelle génération ?

C’est vrai que les abus dans le travail étaient les mêmes qu’ailleurs. Le manque de communication n’était pas nouveau, sauf que là, on avait à faire à une entreprise dont les salariés étaient très jeunes. Nous appartenons à une tranche d’âge pour qui le syndicalisme c’est presque de la préhistoire. Pour nous, s’occuper des problèmes des autres était une responsabilité gonflante. De plus, l’entreprise offrait des compensations en forme de pochettes surprises : des boissons et des fruits gratuits pour tous les employés, des connexions Internet libres pour ceux qui voulaient rester plus tard pour surfer sur le Web ou jouer en réseau. Comme s’ils ne le faisaient pas déjà assez pendant leurs heures de boulot. Tous les ans, Ubi Soft organisait aussi une immense soirée de Noël avec des danseurs, des jongleurs, des musiciens... ça coûtait des millions. Bref, on amusait les employés en les maintenant dans un univers attractif.

La création d’un syndicat virtuel et son existence de courte durée ont-ils servi à modifier l’organisation de l’entreprise ? Vous n’en parlez pas dans votre livre...

Je me suis heurté à une souffrance évidente mais qui ne se voyait pas. Moi j’en étais plus détaché puisque le travail chez Ubi Soft ne m’intéressait pas. J’ai fait quelques rencontres de gens qui se posaient aussi des questions, qui n’étaient pas complètement contaminés par l’ambiance. Nous nous sommes réunis à plusieurs reprises avant de créer le site Ubifree. L’idée du syndicat virtuel s’est imposée tout naturellement. Après son lancement, quand on a envoyé l’adresse à tous les employés, il y a eu un remue-ménage incroyable. Tout le monde se demandait qui avait pu faire le coup. Les soupçons se portaient sur ceux qui avaient un motif de vengeance.

Vous n’êtes pas tendre pour les salariés...

Ils attribuaient toute la responsabilité de la gestion abusive aux patrons. Dans mon livre, je mets aussi en cause les employés eux-mêmes, en montrant tout ce qu’ils acceptaient de subir, volontairement ou involontairement d’ailleurs. Mais au final, je pense que l’atmosphère a changé dans la boîte après la création du syndicat virtuel. Ce site a fait du bien à tout le monde. Nous avons suscité une révolte qui répondait à un désir inconscient. Depuis, le consensus s’est un peu lézardé. Ils ont envisagé une élection de délégués du personnel, mais personne ne s’est présenté. En revanche, tous ceux qui ont créé Ubifree avec moi ont quitté l’entreprise...

(1) La société de consolation, chronique d’une génération ensorcelée (Sens & Tonka Editions)

Le site Ubifree , encore en ligne:
http://www.multimania.com/ubifree
 
Dans la même rubrique

28/11/2003 • 18h33

La Criirad porte plainte contre la Cogema pour avoir diffusé des infos sur les déchets nucléaires

27/11/2003 • 17h14

La Cnil met les"étiquettes intelligentes" sur sa liste noire

26/11/2003 • 18h54

Un observatoire associatif pour lutter contre les inégalités

24/11/2003 • 22h09

EDF refuse d’étudier la résistance de l’EPR à une attaque de type 11-septembre

24/11/2003 • 18h36

La Grèce bannit la biométrie de ses aéroports à un an des Jeux olympiques
Dossier RFID
Les étiquettes "intelligentes"
Dernières infos

28/11/2003 • 19h29

Quand le déclin de la production pétrole mondiale va-t-il débuter ?

28/11/2003 • 19h19

Les réserves de pétrole sont dangereusement surévaluées, dénonce un groupe d’experts

27/11/2003 • 19h01

Un traité onusien veut obliger les belligérants à nettoyer les "résidus explosifs de guerre"

26/11/2003 • 19h06

"The Meatrix", un modèle de dessin animé militant, hilarant et viral

26/11/2003 • 18h47

Pour les Etats-Unis, les essais nucléaires ne sont pas encore de l’histoire ancienne

25/11/2003 • 19h13

Les hébergeurs indépendants ne sont toujours pas responsables, pour l’instant

25/11/2003 • 19h04

Les licences Creative Commons bientôt disponibles en français

24/11/2003 • 18h16

10 000 manifestants réclament la fermeture de la School of Americas

21/11/2003 • 19h36

Deux affaires judiciaires relancent la polémique sur la responsabilité des hébergeurs

21/11/2003 • 19h04

Un anti-raciste poursuivi en justice pour antisémitisme

21/11/2003 • 18h48

Le festival Jonctions confronte art, technologies et éthique

20/11/2003 • 19h28

Un fonctionnaire ne peut utiliser sa messagerie professionnelle à des fins religieuses

20/11/2003 • 19h00

Les technologies de surveillance automatisée tiennent salon au Milipol 2003

20/11/2003 • 18h22

Zouhaïr Yahyaoui libre, les cyberdissidents tunisiens restent harcelés par le régime

20/11/2003 • 16h29

Le site parodique Send Them Back milite pour le renvoi de tous les mp3 "volés" à la RIAA


Contacts |  Haut de page |  Archives
Tous droits réservés | © Transfert.net | Accueil
Logiciels libres |  Confidentialité |  Revue de presse