16 11 2019
Retour a la home
Rubrique Économie
Économie
Rubrique Société
Société
Rubrique Technologies
Technologies
Rubrique Culture
Culture
MOTS CLÉS
 
Tous les mots

DOSSIERS...
 Le projet |  L’équipe |  L’association |  Nos outils  | Actualités |  Sources |  Alertes  
Abonnés : connectez-vous

 
Oubli du mot de passe
TRANSFERT S'ARRETE
Transfert décryptait l'actualité des nouvelles technologies, proposait un fil info quotidien et une série d'outils de veille. Notre agence, refusant toute publicité, dépendait de ses abonnements.
  COPINAGES
Ecoutez Routine.
Protégez-vous.
Chiffre du jour
700 000
dépistages génétiques chaque année en Europe, selon la Commission européenne (...)
Revue de Web
 Lindows harcelé
 Cyberdissidents vietnamiens en appel
 Plus de CO2 = moins d’eau potable
Phrase du jour
"Ce service public que nous assurons a besoin de votre soutien pour perdurer"
L’association Inf’OGM, qui justifie la fin de la gratuité de son bulletin d’information (...)

Dossier
Le nucléaire mis au secret
Dossiers récents
 Racisme en ligne : l’affaire Sos-racaille
 Le fichage des passagers aériens
 La bataille des brevets logiciels
 L’impasse énergétique
 L’hydrogène, une énergie (presque) propre
Tous les dossiers
Spacer
Unes de la semaine

lundi 1er/12 Transfert.net

vendredi 28/11 Économie

jeudi 27/11 Société

mercredi 26/11 Culture

mardi 25/11 Économie

Spacer


9/08/2001 • 18h00

A.R. Mani supplante Giorgio

La chambre d’arbitrage de l’OMPI a donné raison à un Canadien de Vancouver qui avait déposé Armani.com. L’entreprise textile milanaise comptait récupérer le nom de domaine.

Anand Ramnath Mani a bel et bien raison d’utiliser armani.com. La chambre d’arbitrage de l’Organisation mondiale de la propriété intellectuelle (OMPI) vient de rejeter la demande de la firme du couturier italien Giorgio Armani qui exigeait de récupérer le nom de domaine. La décision, relevée par le Journal du Net, dresse le rappel des faits : en janvier 1995, un Canadien dépose le nom de domaine armani.com. Né en Finlande d’un père indien, ce graphiste âgé aujourd’hui de 47 ans avait pris l’habitude de signer A. R. Mani. Le nom de domaine ne lui servira que d’adresse électronique. Quelques mois plus tard, l’entreprise italienne le contacte pour lui faire part de ses griefs. Au bout de deux ans, elle lui propose de racheter le nom pour 1 250 dollars canadiens (environ 7 000 francs). Anand Rathman Mani fait une contre-offre à 2 000 dollars américains (environ 12 000 francs) et demande de pouvoir utiliser "armani.com". Refus d’Armani, qui saisit l’OMPI en 2001. Dans sa décision, l’organisme remarque que le nom de domaine pouvait bien entraîner une confusion avec la marque Armani, mais estime que le Canadien avait un intérêt tout aussi légitime à le déposer. La chambre note que la somme proposée par le graphiste est bien loin de ce que demandaient à l’époque les cybersquatters dans d’autres affaires. L’OMPI reproche par ailleurs aux avocats d’Armani d’avoir cherché à embrouiller ses experts en présentant les faits de manière confuse. La conclusion est des plus fermes : "Armani a tort de croire que le titulaire d’une marque célèbre peut, en toute mauvaise foi, se servir de l’Icann [Internet Corporation for Assigned Names and Numbers] pour déposséder sommairement une personne utilisant son nom et ses initiales comme nom de domaine".

Interview d’Anand Ramnath Mani

Quelle importance accordez-vous à cette affaire ?

Je me bats avec Armani depuis 1995 pour cette histoire de nom de domaine. Autant dire que je suis soulagé qu’elle soit terminée. D’autant plus que jusqu’à l’année dernière, j’ai préféré me défendre moi-même. Ça ne m’a pas coûté énormément d’argent, au plus 10 000 dollars [canadiens, soit environ 50 000 francs]. Mais j’y ai consacré beaucoup de temps.

Pourquoi tenez-vous au nom Armani.com ?

Il faut remettre les choses dans leur contexte. Je pratique le Net depuis 1992 et j’ai d’ailleurs créé un des premiers webzines. En 1994, j’ai entrepris les démarches pour déposer le nom que j’utilisais dans mon travail : A. R. Mani. À l’époque, on trouvait super excitant de pouvoir utiliser son propre nom comme domaine et comme adresse électronique.

Mais vous n’avez jamais créé de site...

Non, car aucun fournisseur d’accès pour particuliers n’aurait accepté de recevoir les milliers de requêtes des internautes croyant se connecter au site de la firme Armani. C’est la raison pour laquelle j’avais proposé au cours de la négociation de leur céder l’adresse Web tout en gardant mes adresses @armani.com. Ils ont refusé.

Vous avez quand même cherché à négocier. Donc, ce n’était pas totalement une affaire de principes...

Ils m’avaient fait une offre très basse. Je leur ai juste demandé un peu plus pour financer la réimpression de mes cartes de visite. Si j’ai accepté de négocier, c’est sous la menace. Les avocats d’Armani m’avaient dit qu’ils étaient prêts à tout pour récupérer le nom de domaine. Je ne suis pas particulièrement riche et je ne me voyais pas faire face à un procès aux ...tats-Unis.

Pensez-vous que la firme pourrait demander à un juge d’examiner la question, en dépit de l’arbitrage de l’OMPI ?

Je l’ignore, mais je crois que ce serait une très mauvaise publicité pour eux.

Seriez-vous prêt tout de même à leur céder le nom pour un montant raisonnable ?

S’ils me proposaient beaucoup d’argent, j’y réfléchirais.

Portez-vous des habits de la marque Armani ?

J’ai effectivement des habits Armani et j’aime beaucoup leur after-shave. Mais, surtout, je respecte le combat de Giorgio Armani pour un traitement éthique des animaux. Donc, je compte rester client.

http://arbiter.wipo.int/domains/decisions/html/2001/d2001-0537.html
http://arbiter.wipo.int/domains/dec...
 
Dans la même rubrique

28/11/2003 • 18h33

La Criirad porte plainte contre la Cogema pour avoir diffusé des infos sur les déchets nucléaires

27/11/2003 • 17h14

La Cnil met les"étiquettes intelligentes" sur sa liste noire

26/11/2003 • 18h54

Un observatoire associatif pour lutter contre les inégalités

24/11/2003 • 22h09

EDF refuse d’étudier la résistance de l’EPR à une attaque de type 11-septembre

24/11/2003 • 18h36

La Grèce bannit la biométrie de ses aéroports à un an des Jeux olympiques
Dossier RFID
Les étiquettes "intelligentes"
Dernières infos

28/11/2003 • 19h29

Quand le déclin de la production pétrole mondiale va-t-il débuter ?

28/11/2003 • 19h19

Les réserves de pétrole sont dangereusement surévaluées, dénonce un groupe d’experts

27/11/2003 • 19h01

Un traité onusien veut obliger les belligérants à nettoyer les "résidus explosifs de guerre"

26/11/2003 • 19h06

"The Meatrix", un modèle de dessin animé militant, hilarant et viral

26/11/2003 • 18h47

Pour les Etats-Unis, les essais nucléaires ne sont pas encore de l’histoire ancienne

25/11/2003 • 19h13

Les hébergeurs indépendants ne sont toujours pas responsables, pour l’instant

25/11/2003 • 19h04

Les licences Creative Commons bientôt disponibles en français

24/11/2003 • 18h16

10 000 manifestants réclament la fermeture de la School of Americas

21/11/2003 • 19h36

Deux affaires judiciaires relancent la polémique sur la responsabilité des hébergeurs

21/11/2003 • 19h04

Un anti-raciste poursuivi en justice pour antisémitisme

21/11/2003 • 18h48

Le festival Jonctions confronte art, technologies et éthique

20/11/2003 • 19h28

Un fonctionnaire ne peut utiliser sa messagerie professionnelle à des fins religieuses

20/11/2003 • 19h00

Les technologies de surveillance automatisée tiennent salon au Milipol 2003

20/11/2003 • 18h22

Zouhaïr Yahyaoui libre, les cyberdissidents tunisiens restent harcelés par le régime

20/11/2003 • 16h29

Le site parodique Send Them Back milite pour le renvoi de tous les mp3 "volés" à la RIAA


Contacts |  Haut de page |  Archives
Tous droits réservés | © Transfert.net | Accueil
Logiciels libres |  Confidentialité |  Revue de presse